Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mano Solo
Live à l'Olympia  (Wagram)  novembre 2011

Voilà un beau cadeau ! Pas un objet commercial de fin d’année, pas un produit d’appel de maisons de disques pour grandes surfaces, non, un vrai cadeau… Tout le monde avait tant donné, depuis si longtemps. Une longue histoire de dons et de contre-dons entre l’artiste, ses proches, ses engagements, ses partenaires et bien sûr son public.

Ce public que Mano Solo a respecté toujours, malmené parfois, aimé souvent. Ce public qui était une oreille attentive, une tête pensante, mais aussi une bouche qui consomme, qui, boulimique, avale tout et en veut davantage ; ce public vampire, pour lequel il mourrait, à sa place, en quelque sorte… Pour ce public, pour le monde entier qui n’a pas chialé, pour eux, pour lui, ils l’ont fait, eux les shalalistes de l’Internationale Shalala, les musiciens, les proches, les collaborateurs. Au final, la famille, le label, l’Olympia ; tous ont donné leur accord et céder leurs droits, et tous les fonds récoltés iront à l'association Fazasoma qui lutte contre le paupérisme à Madagascar, et que Mano Solo a beaucoup soutenue depuis les années 2000. Dons et contre-dons… Voici donc l’ultime cadeau : l’ultime concert de Mano Solo le 12 novembre 2009 à l’Olympia !

Nous sommes bien loin du coffret de fin d’année habilement présenté pour booster les ventes d’une actualité artistique défaillante ou pour surfer sur l’hommage de l’un ou l’anniversaire de l’autre. Ce n’est pas un concert qu’on nous offre, mais un document historique ! Ce n’est pas une date parmi d’autres, c’est la dernière... C’est aussi le seul enregistrement live de cette formation incroyable qui aura accompagné l’artiste sur trois albums et de nombreuses tournées : Fabrice Gratien, Daniel Jamet, Régis Gizavo. On aurait pu passer à côté, heureusement un enregistrement de fortune et une énorme dose de persévérance ont permis l’impossible : tout est là, sur cet objet unique, qui restera à part dans nos discothèques, par sa forme, son histoire et son contenu.

Le concert s’ouvre sur "Rentrer au port" puis va égrainer un nombre important de titres de ce dernier album. C’est comme toujours une expérience heureuse que d’entendre vivre les morceaux, qui ne sont jamais figés avec Mano Solo. Même les derniers nés ont grandi, ont bougé. Le disque studio les a figés à un instant t, mais on les retrouve aujourd’hui, différents : "Tu m’as vu", "La Rouille", "Chaque matin", "Les chevaux d’Aubervilliers", "Des années entières"…

Bien sûr Les Animals et In the Garden ne sont pas en reste et glissent quelques morceaux. Ainsi, "Paris avance" et un "Je n’y peux rien" de clôture s’envole comme jamais ; "Les endurants" et "Les petits carrés blancs" se suivent comme souvent, mais dans un tempo qui donne le tournis. Un premier constat s’impose : le caractère historique de l’album n’a pas pris le pas sur l’artistique. Avant tout, ce live est un grand moment de chanson, la voix est bien là, plus présente que jamais. Le son est bon. Les musiciens portent le tout avec succès.

Les trois premiers albums sont présents aussi, et font de ce concert une véritable visite dans l’œuvre. "Je reviens", "Une image", "Novembre"… Le morceau "Un soir de retour", et ses loupés, pose un cadre d’authenticité au tout et témoigne du plein engagement, du plaisir et de la bonne humeur de l’artiste ce dernier soir de concert. Rien ne manque, pas même un fabuleux Shalala collectif libérateur !

Avec force, l’émotion se tisse entre la joie et le pétillant de l’instant enregistré que l’on découvre, et l’inexorable fin de concert – dont nous mesurons aujourd’hui le caractère ultime et douloureux – qui s’approche. Cette schizophrénie de l’écoute installe une profondeur dans chaque mot, fait longuement résonner chaque note.

Au final, c’est avec beaucoup de joie que l’on se dit que c’est beau de finir par un tel concert, que c’est beau ces endurants qui se sont démenés pour que cet album live existe et vive. Il le fallait pour nous offrir l’occasion d’être les témoins de ce talent, talent qui permet de finir ainsi, avec beauté et panache, sans ne rien lâcher, jamais. Et si vous cherchez bien, vous trouverez la plus belle chanson d’amour du monde, qui se cache, pour refermer, avec pudeur, un concert et une carrière…

Et vive la révolution !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album In the garden de Mano Solo
La chronique de l'album Rentrer au port de Mano Solo
Mano Solo en concert au Festival Garorock 2005 (vendredi)
Mano Solo en concert à l'Olympia (18 septembre 2006)
Mano Solo en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (mercredi)
Mano Solo en concert au Festival Les mille et Une 2007
Mano Solo en concert au Festival Furia Sound 2008
Expos : Exposition Mano Solo et Concert des Enfants d'Solo - Atelier Layral

En savoir plus :
Le site officiel de Mano Solo
Le Myspace de Mano Solo


Cyril Hortala         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=