Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Goudemalion - Jean-Paul Goude : une rétrospective
Musée des Arts Décoratifs  (Paris)  Du 11 novembre 2011 au 18 mars 2012

40 ans de carrière, cela se fête et le Musée des Arts Décoratifs a invité l'illustrateur, publicitaire, graphiste, photographe, chorégraphe et vidéaste Jean-Paul Goude à concevoir une "rétrospective introspective" de sa carrière et de son oeuvre.

Il a donc eu carte blanche pour scénographier l'exposition "Goudemalion - Jean-Paul Goude : une rétrospective" conçue sous le commissariat conjoint de Béatrice Salmon, directrice des musées des Arts Décoratifs, et Amélie Gastaut, conservatrice de la collection Publicité.

Cela donne une exposition d'un esthétisme tiré au cordeau, sans esbroufe ni débordement music hall paillettes et strass.

Goudemalion : Cherchez la femme

L'exposition commence par le point d'orgue de la carrière de Jean-Paul Goude que constitue, en 1989, la conception, à la demande du ministre de la culture Jack Lang, et avec le concours de Phlippe Découflé et Azzedine Alaïa, de l'ébouriffant défilé du Bicentenaire de la Révolution française qui clôt une décennie qui a commencé en mai 1981 à la Bastille par l'arrivée de la gauche au pouvoir.

Dix années d'un état de grâce et de folie, les années "folie, fun and frime" sont placées sous le signe de l'hédonisme et de la superficialité mais également de l'apogée des images et de l'utopie multiraciale qui sont au coeur du travail du publicitaire.

Dans la nef, trône la monumentale locomotive qui ouvrait le bal des festivités autour de laquelle sont présentés portraits photographiques des différents groupes ethniques du défilé.

Dans l'aile Tuileries, le parcours professionnel de Jean-Paul Goude est scandé en 6 salles chronologiques qui attestent de son don pour le dessin et son goût pour l'image sublimée de la femme à la fois muse et créature.

Le feuilleton de sa vie artistique déclinée en dessins, photos, peintures, magazines et films publicitaires révèle la singularité de son univers iconographique, une mythologie personnelle structurée au cours d'une enfance à Saint-Mandé près du zoo de Vincennes et du musée des Colonies de la Porte Dorée.

Mais également un créativité surabondante qui bénéficie d'un vocabulaire plastique particulièrement expressif et qui fut extrêmement novateur.

Illustrateur formé à l'Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, publicitaire de génie qui figure parmi les premiers à avoir compris qu'il ne fallait plus vanter les qualités d'un produit mais vendre du rêve en racontant une histoire féérique qui sidère la cible prise au piège comme le lapin la nuit sous les phares d'une voiture, il s'est essayé à tous les registres de la publicité, de la mode et du spectacle.

Après la publicité pour Citroën devenue célébrissime en 1985, pour la "CX 2 la beauté sauvage" avalée par Grace Jones, les années 90 sont particulièrement riches en films publicitaires qui appartiennent à l'imaginaire collectif.

Aucun doute sur l'identité du créateur des Kodakettes, de l'inventeur du slogan "Perrier c'est fou !, de l'oiseleur magicien de Coco ou du maître de ballet qui proposait de bouger avec La Poste.

Par ailleurs, Jean-Paul Goude, qui, à juste titre, a des velléités d'artiste-plasticien, a transformé les salles de l'aile Rivoli en balck cube pour pour y présenter des installations qui, là encore, ont la femme pour sujet.

La femme de Goude est une femme exotique, beauté noire, beur ou asiatique que, comme l'écrit le philosophe et sociologue Edgar Morin à l'origine du terme "Goudemalion", "Goude transforme et transfigure ses fantasmes, qui tournent autour du même trou noir de la Beauté féminine : il les transfigure en mythe".

Cette femme a pour nom Radiah Frye, Toukie, Grace Jones, Farida Khelfa et Karen.

Il la métamorphose en icône idéalisée à grand coup de "french correction" manuelle qui officie comme un logiciel de retouche de photos et de morphing.

Incontournable le diorama Citroën avec la tête automate de Grace Jones tout comme les valseuses géantes juchée sur un plateau à roulettes du bicentenaire dont le visage blanc aux lèvres "rouge baiser" est celui de Farida Khelfa.

Aux deux bouts de la chaîne du temps, en 1986 "Vestiges d'une enfance enfouie" et sa dernière compagne Karin, the Queen of Séoul d'une campagne publicitaire pour les Galeries Lafayette, transformée en belle endormie dans un écrin de paille sous les traits de la Reine Min.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée des Arts Décoratifs

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Musée des Arts Décoratifs


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=