Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Camille
Café de la Danse  (Paris)  dimanche 18 décembre 2011

Et si, pour une fois, on commençait par la fin ? Par ce joyeux défilé dans le métro parisien jusqu'au Pont des Arts ? Pas à une surprise près, Camille nous a réservé une ultime pirouette à l'issue d'un concert de haute volée. Se rappelant que six ans plus tôt, lors d'un passage au Café de la Danse, elle avait embarqué son public dans une virée nocturne sur les trottoirs parisiens, elle propose de reconduire l'expérience ce soir. Destination : le Pont des Arts. Chant de troupe : "Na Na Na". Le public - resté quasiment au complet - prend un malin plaisir à suivre la chanteuse dans la rue puis à chanter à tue-tête dans le métro. Arrivée au Pont des Arts, la centaine de privilégiés qui a réussi à suivre la cadence jusqu'au bout réclame un ultime rappel. Camille s'exécute et interprète "La Demeure D'un Ciel" a capella, accompagnée par ses trois musiciens, dans un froid de canard et sous la bruine. En arrière-fond la Seine, les lumières parisiennes et la Tour Eiffel illuminée. Cette soirée restera dans les mémoires.

On l'oublierait presque, mais avant cet inattendu épilogue, Camille donna deux heures durant un récital tour à tour touchant et brillant, souvent excellent, parfois génial, constamment original. S'il y a une chose qu'on ne peut lui enlever, c'est son incroyable maîtrise vocale. Elle livre notamment avec "Tout Dit" et "Ilo Veyou" deux performances impressionnantes. La première partie du concert voit Camille interpréter en intégralité Ilo Veyou, son nouveau et très bel opus. "A chaque titre sa mise en scène" semble être sa ligne de conduite. Celle-ci, à la fois sobre et inventive (beaux jeux de lumière, arrangements délicats - dispensés par trois musiciens polyvalents -, tableaux poétiques ou drôles selon la chanson), s'inscrit totalement dans l'esprit de l'album.

A trop rechercher la virtuosité, Music Hole - son précédent disque - nous avait laissé de marbre : Camille avait perdu le chemin des émotions. La chanteuse, jeune maman, a eu la bonne idée pour Ilo Veyou et son nouveau spectacle de revenir à plus de simplicité et de sensibilité. Sa retranscription live offre ainsi une très belle première partie de concert, toute en légèreté et douceur. L'ensemble, très orchestré, donne tout d'abord l'impression que l'interprète fait preuve de retenue. Mais Camille sort progressivement de sa coquille (sur "My Man Is Married But Not To Me" et surtout "La France" où, se transformant en chanteuse de cabaret à l'accent gouailleur, elle fait danser la valse à deux hommes pris au hasard dans le public) pour se laisser gagner à davantage de folie et d'exubérance lors des rappels.

Ceux-ci, entamés tambour battant ("Ta Douleur" suivi de "Paris"), retracent en quelques titres le parcours discographique de la chanteuse. L'album Le Fil est le plus représenté, et l'on redécouvre notamment "Baby Carni Bird" ou la superbe ballade "Pâle Septembre", interprétée au piano par Camille. "Cats and Dogs", un des meilleurs titres de Music Hole, voit la chanteuse donner libre cours à son grain de folie, entre "miaou miaou", "ouaf ouaf", chant survolté, grimaces de circonstance et jeu avec le public ("miaou miaou" à droite, "ouaf ouaf" à gauche et inversement). Le rappel se termine par une performance collective très justement intitulée "Na Na Na" : sur un air répétitif (2 couplets et un refrain) et en utilisant - presque - toutes les consonnes de l'alphabet dans l'ordre (une antisèche géante est projetée sur le rideau blanc en fond de scène), la joyeuse chorale entonne à pleins poumons cette guillerette rengaine de cour de récréation, tentant tant bien que mal de suivre un tempo qui s'accélère à mesure que la chanson avance.

S'en suit une salve d'applaudissements et un second rappel, plus court cette fois-ci où Camille revisite le "Wanna Be Startin' Somethin'" de Michael Jackson. Est-il possible de rendre hommage au King Of Pop avec un violon jouant des pizz, un piano, une contrebasse et une batterie de fortune ? La réponse est oui, et Camille fait mieux que se défendre. S'emparant de la chanson, elle la fait sienne tout en gardant son esprit originel. Une totale réussite où la chanteuse se permet même un intermède humoristique : entre autres pitreries, elle se lance dans une moonwalk pour lequel elle quémande une paire de chaussette dans le public, "parce que sinon ça ne glisse pas assez".

Après un sympathique mais anecdotique duo avec son frère suivi des salutations d'usage, nous avions déjà la tête au chemin du retour. Mais c'est alors que Camille fit une proposition qu'on ne pouvait décemment pas refuser...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Love Musik de Camille Bazbaz
La chronique de l'album Mille bouches de Camille Hardouin
La chronique de l'album Après le Soir de Camille Bénâtre
La chronique de l'album Après le soir de Camille Bénâtre
Camille en concert au Festival Art Rock 2005 (Dimanche)
Camille en concert au Festival Solidays 2005 (dimanche)
Camille en concert au Festival Les Eurockéennes 2006 (samedi)
Camille en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Camille en concert au Festival Le Rock Dans Tous ses Etats 2008
Camille en concert au Festival Fiesta des Suds
Camille en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Dimanche
Camille en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition
Camille en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition - Samedi
Camille en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012)
Camille en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012) - Samedi 15 septembre
Camille en concert à Dame de Canton (jeudi 19 février 2015)
Camille en concert au Festival Chansons & Mots d'amou #4 (édition 2015)
Camille en concert au Festival Chansons et Mots d'Amou (édition 2015)
Camille en concert à Théâtre de la Verdière (dimanche 17 juillet 2016)
Camille en concert au Festival Les Francofolies de La Rochelle #32 (édition 2016)
Camille en concert à L'étrange petit sirène (mercredi 9 novembre 2016)
Camille en concert au Festival Détours de chant #16 (édition 2017)
Camille en concert au Festival Nancy Jazz Pulsations #44 (édition 2017)

En savoir plus :
Le site officiel de Camille
Le Myspace de Camille
Le blog de Pierre Baubeau


Pierre Baubeau         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=