Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Cowboys Fringants
Que du vent  (Wagram)  novembre 2011

L’Expédition, leur précédent album, semble déjà loin. Trois années se sont écoulées depuis, pendant lesquelles Les Cowboys Fringants ont enchainé quelques 200 concerts au Québec et en Europe francophone. Aujourd’hui Que du vent  tombe dans les bacs comme un flocon de neige sur Montréal et ramène le groupe à ses fondamentaux.

Après 16 ans d’existence, il était bien difficile de conserver la fraîcheur des débuts. Les premiers albums étaient teintés d’une joyeuse insouciance. Puis dans La Grand-Messe en 2004 et surtout dans L’expédition quatre ans plus tard, les cowboys ont assumé une maturité somme toute assez normale. Au fil des albums, ils ont abandonné la franche déconnade originelle pour aborder leurs thèmes de prédilection d’une façon plus adulte. Aujourd’hui, le quatuor sans doute un peu las de trop de sérieux a eu envie, comme sur l’album Sur un air de déjà-vu en 2008, de plus légèreté.

Que du vent est le huitième album studio des Cowboys Fringants. Avec onze titres, les québécois resserrent le format, mais aèrent le contenu. Alors que le précédent disque était assez sombre, navigant en plein spleen, ce petit dernier revient à une musique plus ludique avec une énergie proche des concerts. La guitare électrique fait une arrivée fracassante, les titres renouent avec le festif. Moins revendicatives, les chansons de Jean-François Pauzé, le guitariste auteur-compositeur, racontent toujours des histoires sentimentales presque banales, des tranches de vie, des faits de notre société.

"Télé" ouvre le bal avec frénésie et nous dépeint une jeune femme prête à tout pour une exposition médiatique. Dès la première chanson, on est dans l’ambiance live. On s’imagine devant la scène, la musique crachée des enceintes, les lights éclairants les planches et la chaleur moite d’une salle de concert après que chacun ait perdu quelques litres de sueur. Dans la continuité, le single "Paris-Montréal" déroule son gimmick fédérateur taillé pour la scène. Et alors que la ballade cousue-main "L’horloge" aborde le temps qui passe inexorablement et les désenchantements de la vie (thème récurrent au groupe), "Party !" voulue rock, dégage en moins de trois minutes une énergie punk contagieuse. Cependant, l’insouciance n’empêche pas d’aborder des sujets plus délicats. "Shooters", la chanson sociale traitant de la désolation du chômage, qui vire à la country au son du banjo, s’inspire de la fermeture de l’usine Electrolux dans la ville d’Assomption au nord de Montréal. Puis à l’instar de "Hannah" ou "Catherine", portraits de femmes, trentenaires désillusionnées apparues précédemment, "Marilou s’en fout" décrit une jeune femme perdant pied et se noyant dans l’alcool.

Deuxième référence à la France de l’album, "Comme Joe Dassin" est un hommage à notre chanteur américain national, au regard un peu louche et à la permanente imperturbable. La voix de Karl Tremblay y prend même des accents du chanteur yéyé. Et c’est vrai que l’on a l’impression d’entendre la cousine de "Salut les amoureux". Rayon référence toujours, le gimmick de l’électrique "Has been" louche, lui, du côté de "Thunderstruck" d’AC/DC avant de revenir vers des sentiers musicaux plus habituels. Chanson pleine d’autodérision puisque, à l’instar de groupes dinosaures, elle imagine la possibilité d’eux-même dans 20 ans.

Enfin la chanson ritournelle "On tient l’coup" clôture l’album comme un épilogue. Marie-Annick Lépine, la violoniste-accordéoniste et arrangeuse en titre, partageant le refrain avec Karl Tremblay, le chanteur débonnaire.

Que du vent, enlevé et festif, permet aux Cowboys Fringants de renouer avec la légèreté d’antan. Ils font ce qu’ils savent faire de mieux et le font bien. Avec cet album davantage taillé pour la scène, on attend avec impatience leur retour sur les planches dans notre pays.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album La Grand-messe des Cowboys fringants
La chronique de l'album Attache ta tuque des Cowboys Fringants
La chronique de l'album L'Expédition des Cowboys Fringants
Les Cowboys Fringants en concert au Grand Rex (7 novembre 2005)
Les Cowboys Fringants en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (samedi)
Les Cowboys Fringants en concert aux Docks (30 avril 2007)
Les Cowboys Fringants en concert à l'Olympia (3 février 2009)
Les Cowboys Fringants en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (jeudi 15)
Les Cowboys Fringants en concert à L'Olympia (mardi 7 février 2012)
Les Cowboys Fringants en concert au Festival international de la chanson de Granby 2013 (45ème édition) - jeudi 12 septembre
L'interview des Cowboys Fringants (novembre 2005)
L'interview des Cowboys Fringants (29 janvier 2009)

En savoir plus :
Le site officiel des Cowboys Fringants
Le Myspace des Cowboys Fringants


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=