Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Cowboys Fringants
Que du vent  (Wagram)  novembre 2011

L’Expédition, leur précédent album, semble déjà loin. Trois années se sont écoulées depuis, pendant lesquelles Les Cowboys Fringants ont enchainé quelques 200 concerts au Québec et en Europe francophone. Aujourd’hui Que du vent  tombe dans les bacs comme un flocon de neige sur Montréal et ramène le groupe à ses fondamentaux.

Après 16 ans d’existence, il était bien difficile de conserver la fraîcheur des débuts. Les premiers albums étaient teintés d’une joyeuse insouciance. Puis dans La Grand-Messe en 2004 et surtout dans L’expédition quatre ans plus tard, les cowboys ont assumé une maturité somme toute assez normale. Au fil des albums, ils ont abandonné la franche déconnade originelle pour aborder leurs thèmes de prédilection d’une façon plus adulte. Aujourd’hui, le quatuor sans doute un peu las de trop de sérieux a eu envie, comme sur l’album Sur un air de déjà-vu en 2008, de plus légèreté.

Que du vent est le huitième album studio des Cowboys Fringants. Avec onze titres, les québécois resserrent le format, mais aèrent le contenu. Alors que le précédent disque était assez sombre, navigant en plein spleen, ce petit dernier revient à une musique plus ludique avec une énergie proche des concerts. La guitare électrique fait une arrivée fracassante, les titres renouent avec le festif. Moins revendicatives, les chansons de Jean-François Pauzé, le guitariste auteur-compositeur, racontent toujours des histoires sentimentales presque banales, des tranches de vie, des faits de notre société.

"Télé" ouvre le bal avec frénésie et nous dépeint une jeune femme prête à tout pour une exposition médiatique. Dès la première chanson, on est dans l’ambiance live. On s’imagine devant la scène, la musique crachée des enceintes, les lights éclairants les planches et la chaleur moite d’une salle de concert après que chacun ait perdu quelques litres de sueur. Dans la continuité, le single "Paris-Montréal" déroule son gimmick fédérateur taillé pour la scène. Et alors que la ballade cousue-main "L’horloge" aborde le temps qui passe inexorablement et les désenchantements de la vie (thème récurrent au groupe), "Party !" voulue rock, dégage en moins de trois minutes une énergie punk contagieuse. Cependant, l’insouciance n’empêche pas d’aborder des sujets plus délicats. "Shooters", la chanson sociale traitant de la désolation du chômage, qui vire à la country au son du banjo, s’inspire de la fermeture de l’usine Electrolux dans la ville d’Assomption au nord de Montréal. Puis à l’instar de "Hannah" ou "Catherine", portraits de femmes, trentenaires désillusionnées apparues précédemment, "Marilou s’en fout" décrit une jeune femme perdant pied et se noyant dans l’alcool.

Deuxième référence à la France de l’album, "Comme Joe Dassin" est un hommage à notre chanteur américain national, au regard un peu louche et à la permanente imperturbable. La voix de Karl Tremblay y prend même des accents du chanteur yéyé. Et c’est vrai que l’on a l’impression d’entendre la cousine de "Salut les amoureux". Rayon référence toujours, le gimmick de l’électrique "Has been" louche, lui, du côté de "Thunderstruck" d’AC/DC avant de revenir vers des sentiers musicaux plus habituels. Chanson pleine d’autodérision puisque, à l’instar de groupes dinosaures, elle imagine la possibilité d’eux-même dans 20 ans.

Enfin la chanson ritournelle "On tient l’coup" clôture l’album comme un épilogue. Marie-Annick Lépine, la violoniste-accordéoniste et arrangeuse en titre, partageant le refrain avec Karl Tremblay, le chanteur débonnaire.

Que du vent, enlevé et festif, permet aux Cowboys Fringants de renouer avec la légèreté d’antan. Ils font ce qu’ils savent faire de mieux et le font bien. Avec cet album davantage taillé pour la scène, on attend avec impatience leur retour sur les planches dans notre pays.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album La Grand-messe des Cowboys fringants
La chronique de l'album Attache ta tuque des Cowboys Fringants
La chronique de l'album L'Expédition des Cowboys Fringants
Les Cowboys Fringants en concert au Grand Rex (7 novembre 2005)
Les Cowboys Fringants en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (samedi)
Les Cowboys Fringants en concert aux Docks (30 avril 2007)
Les Cowboys Fringants en concert à l'Olympia (3 février 2009)
Les Cowboys Fringants en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (jeudi 15)
Les Cowboys Fringants en concert à L'Olympia (mardi 7 février 2012)
Les Cowboys Fringants en concert au Festival international de la chanson de Granby 2013 (45ème édition) - jeudi 12 septembre
L'interview des Cowboys Fringants (novembre 2005)
L'interview des Cowboys Fringants (29 janvier 2009)

En savoir plus :
Le site officiel des Cowboys Fringants
Le Myspace des Cowboys Fringants


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=