Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'éveil du printemps
Théâtre 71  (Malakoff)  janvier 2012

Drame de Frank Wedekind, mise en scène de Omar Porras, avec Sophie Botte, Olivia Dalric, Peggy Dias, Alexandre Ethève, Adrien Gygax, Paul Jeanson, Jeanne Pasquier, François Praud et Anna-Lena Strasse.

Oeuvre de jeunesse écrite en 1891 de Frank Wedekind, plus connu pour "La boîte de Pandore" immortalisé sous le titre de Lulu" après sa déclinaison opératique par Alban Berg, "L'éveil du printemps" est qualifiée de "tragédie enfantine" en ce qu'elle aborde le délicat passage de l'adolescence d'autant plus douloureux qu'il se déroule dans le cadre d'une société puritaine.

Sous forme d'une fable initiatique recelant un drame violent, le dramaturge allemand dénonce le puritanisme coupable, voire meurtrier, de la société de son époque qui répond par le silence, l'hypocrisie, une morale rigoriste et la répression à des réalités biologiques, psychologiques et sexuelles qu'il aborde sans ambiguité tout comme les sujets tabous qu'étaient l'avortement,l'homosexualité ou le suicide des enfants.

Il est ardu de porter sur scène cette thématique globale, dont certains aspects sont certes intemporels (voir "Salle d'attente" d'après Lars Noren mis en scène par Krystian Lupa programmé au même moment au Théâtre de la Colline), traitée dans un contexte socio-historique fortement connoté sinon obsolète.

Fort habilement, Omar Porras n'a pas versé dans la contextualisation multimedia à la mode mais a opté pour le conte onirique en se calant sur la partition originale - avec une efficace version resserrée due à Marco Sabbatini - composée également, avec son dénouement, comme un voyage initiatique.

Ce voyage est celui de Melchior, issu d'une famille aisée et relativement progressiste, enfant doué et "en avance" par rapport aux autres collégiens notamment son ami Moritz, le cancre de la classe qui est travaillé autant par le risque de redoublement qui décevrait ses parents modestes qui se sacrifient pour ses études que par ses poussées d'hormones, et la jolie Wendla qu'il va séduire et engrosser en toute innocence partagée. Difficile pour lui de survivre, jeté en maison de correction après le suicide du premier et la mort de la seconde victime d'une faiseuse d'anges.

Omar Porras a procédé de manière syncrétique en recourant à des références iconographiques cohérentes, sans faire de la reconstitution historique, et contemporaines de l'auteur, que sont celles de l'expressionnisme allemand, auquel ressortit l'auteur, et celles du grotesque et de la caricature vériste d'artistes comme Otto Dix et George Grosz, qui suscitent un rire jaune, usitées dans le théâtre et le cinéma des années 20 entre autres par Meyerhold et Ensenstein.

Avec la scénographe Amélie Kiritzé-Topor, qui a conçu un décor de no man's land intemporel pour adolescents en forme d'arrière cour terreuse sur fond d'obscure forêt, les créations lumières qui donnent parfois l'illusion du noir et blanc de Mathias Roche et la costumière Irène Schlatter, il parvient à un juste équilibre entre le fond, non exempt de symbolisme, et la forme.

Certes, Omar Porras a du métier et connaît la musique. Aussi parfois joue-t-il sur du velours quand il insère un extrait de "Riders on the storm" des Doors ou fait graffiter "Le cri" de Munch sur le mur qui sera éclaboussé du sang du suicidé. Mais l'ensemble est de belle facture et l'enchantement, même noir, fonctionne bien.

Il signe une mise en scène au cordeau et dirige parfaitement une troupe de comédiens, la plupart jeunes tant par l'âge que par leur parcours artistique qui, loin de toute posture ou affectation, réussissent totalement à camper aussi bien les enfants avec leurs attributs enfantins, la poupée de chiffon, le cheval à bascule, le cartable d'écolier, mais déjà trop grands pour leur costume d'enfant et les archétypes adultes.

C'est un sans faute pour le travail choral de Paul Jeanson (Melchior), François Praud (Moritz), Jeanne Pasquier (Wendla), Olivia Dalric et Sophie Botte (les mères), entourés de Peggy Dias, Alexandre Ethève, Adrien Gygax et Anna-Lena Strasse.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=