Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La construction du surhomme : contre-histoire de la philosophie (tome 7)
Michel Onfray  (Editions Grasset)  octobre 2011

Michel Onfray poursuit sa contre-histoire de la philosophie en s’attelant à une notion qui a été l’occasion de nombreuses erreurs d’interprétation, et également de beaucoup de fantasmes : le surhomme.

L’idée de surhomme est quasi automatiquement associée par la plupart d’entre nous à Nietzsche, auteur de prédilection d’Onfray. Que n’a-t-on reproché à Nietzsche à son propos ? Anti-humaniste, pré-nazi, défenseur des "forts" contre les "faibles", le contrepoint exact de Karl Marx, cette pensée ne pouvait que conduire son auteur à la folie et ses successeurs à la catastrophe. L’anachronisme est ici la norme, ainsi qu’une tendance à faire peser sur Nietzsche des fautes qui ne sont pas les siennes.

Onfray retourne aux racines du "mal" en s’intéressant tout d’abords au terreau qui n’a pas fait fructifier que le pensée de Nietzsche. Du côté français, Jean-Marie Guyau, auteur mal connu, aura développé, sans connaître Nietzsche, une pensée du surhomme. Les ingrédients : un philosophe malade  (mort à 33 ans des suites de sa tuberculose) qui va exalter les forces vitales qui font défaut à son corps mais qui pourtant débordent en lui, en font un stakhanoviste de l’écriture et de la production intellectuelle ; une tradition philosophique qui tend à négliger le corps au profit du spirituel et est incapable de rendre compte de cette puissance immanente, tournée qu’elle est vers une transcendance stérile et stérilisante. Tout commence pour le mieux, et ce philosophe entre parfaitement dans le champs d’analyse d’Onfray qui établit, suivant en ce point Nietzsche, une continuité entre le corps du philosophe et sa pensée. Guyau sent en lui les forces vitales qui oeuvrent, luttent contre la maladie et lui permettent finalement d’être plus vivant que ceux qui ont les apparences d’une santé normale. Le raisonnement tient, mais seulement un temps. Car Guyau n’est pas Nietzsche, et sa pensée du surhomme deviendra, sur la fin de sa courte vie, une pensée hygiéniste, exaltant le corps pour lui-même, allant même jusqu’à soutenir les idées proches d’un "dressage des corps", de pureté de la race et une défense de la colonisation. Le corps de Guyau devient alors l’antithèse de sa pensée, et l’idée du surhomme devient une sorte de remède miracle à un corps défaillant.

L’idée nietzschéenne de surhomme sera plus subtile, travaillant cependant les mêmes problématiques de la santé et de la maladie mais n’aboutissant pas, malgré ce que l’on a voulu lui faire dire, à un délire de pureté raciale… C’est que si surhomme il doit y avoir, c’est pour dépasser les valeurs humaines jusqu’alors tenues par un paysage théologique organisant l’univers des idées, séparant le bien du mal, le vrai du faux… La grande idée Nietzschéenne est celle de la mort de Dieu et du besoin pour l’humanité de se dépasser elle-même pour pouvoir se hisser à la hauteur de la tâche. Plus de transcendance… il faudra donc célébrer le corps comme lieu de la création des valeurs, chasser les tendances à le déprécier. Voici l’enjeu de la construction du surhomme.

L’un des buts de ce livre est de dégager Nietzsche de l’ombre de proches qui n’avaient pas les moyens de comprendre sa pensée et qui avaient pourtant la prétention de la poursuivre en publiant des ouvrages posthumes expurgés dans lesquels Nietzsche ne devient que la caricature de lui-même. Nietzsche avait une sœur : Elisabeth Förster, antisémite notoire qui s’est fait un devoir de faire le pont entre son frère et Hitler au prix d’un détournement de la pensée du premier. Détestée du vivant de son frère elle récupèrera pourtant son héritage intellectuel (les diverses notes préparatoires d’ouvrages qui ne verront jamais le jour), le pillant en publiant le livre La volonté de puissance dans lequel elle n’hésite pas à intervenir sans le mentionner… L’histoire est connue, mais Onfray la rapporte une nouvelle fois.

Michel Onfray sait nous prendre par la main pour nous emmener dans son univers d’interprétation des philosophes. Mélange d’anecdotes biographiques et d’analyses de concepts de la pensée de l’auteur. Qu’on partage la méthode ou pas, elle a quelque chose de roboratif et on lit ces livres avec plaisir. Sur certains points cependant, je ne suivrai pas l’auteur jusqu’au bout… Faire de Nietzsche un épicurien me paraît difficile : car si les deux philosophes font du corps le cœur de leur pensée, Epicure fait du plaisir et de la douleur les critères du bonheur, la position de Nietzsche là-dessus n’est pas la même : la douleur est valorisée par l’effet qu’elle peut produire en nous, elle nous apprend à devenir maître de nous même. Il est certainement dans cette interprétation d’un Nietzsche épicurien moins question de Nietzsche que d’Onfray. Et après tout, ce livre doit avoir pour vocation de nous amener à notre propre lecture des auteurs dont il traite. A nous de nous en faire définitivement notre idée ensuite et d’opérer nos propres mutations de leurs pensées…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Une histoire de France - Tome 1 - La dalle rouge"
La chronique de "Rendre la raison populaire"
La chronique de "Abrégé hédoniste"
La chronique de "Apostille au Crépuscule : pour une psychanalyse non freudienne"
La chronique de "Le crépuscule d'une idole : l'affabulation freudienne"
La chronique de "L'art de jouir"

En savoir plus :
Le site officiel de Michel Onfray


Philippe Gauthier         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=