Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La construction du surhomme : contre-histoire de la philosophie (tome 7)
Michel Onfray  (Editions Grasset)  octobre 2011

Michel Onfray poursuit sa contre-histoire de la philosophie en s’attelant à une notion qui a été l’occasion de nombreuses erreurs d’interprétation, et également de beaucoup de fantasmes : le surhomme.

L’idée de surhomme est quasi automatiquement associée par la plupart d’entre nous à Nietzsche, auteur de prédilection d’Onfray. Que n’a-t-on reproché à Nietzsche à son propos ? Anti-humaniste, pré-nazi, défenseur des "forts" contre les "faibles", le contrepoint exact de Karl Marx, cette pensée ne pouvait que conduire son auteur à la folie et ses successeurs à la catastrophe. L’anachronisme est ici la norme, ainsi qu’une tendance à faire peser sur Nietzsche des fautes qui ne sont pas les siennes.

Onfray retourne aux racines du "mal" en s’intéressant tout d’abords au terreau qui n’a pas fait fructifier que le pensée de Nietzsche. Du côté français, Jean-Marie Guyau, auteur mal connu, aura développé, sans connaître Nietzsche, une pensée du surhomme. Les ingrédients : un philosophe malade  (mort à 33 ans des suites de sa tuberculose) qui va exalter les forces vitales qui font défaut à son corps mais qui pourtant débordent en lui, en font un stakhanoviste de l’écriture et de la production intellectuelle ; une tradition philosophique qui tend à négliger le corps au profit du spirituel et est incapable de rendre compte de cette puissance immanente, tournée qu’elle est vers une transcendance stérile et stérilisante. Tout commence pour le mieux, et ce philosophe entre parfaitement dans le champs d’analyse d’Onfray qui établit, suivant en ce point Nietzsche, une continuité entre le corps du philosophe et sa pensée. Guyau sent en lui les forces vitales qui oeuvrent, luttent contre la maladie et lui permettent finalement d’être plus vivant que ceux qui ont les apparences d’une santé normale. Le raisonnement tient, mais seulement un temps. Car Guyau n’est pas Nietzsche, et sa pensée du surhomme deviendra, sur la fin de sa courte vie, une pensée hygiéniste, exaltant le corps pour lui-même, allant même jusqu’à soutenir les idées proches d’un "dressage des corps", de pureté de la race et une défense de la colonisation. Le corps de Guyau devient alors l’antithèse de sa pensée, et l’idée du surhomme devient une sorte de remède miracle à un corps défaillant.

L’idée nietzschéenne de surhomme sera plus subtile, travaillant cependant les mêmes problématiques de la santé et de la maladie mais n’aboutissant pas, malgré ce que l’on a voulu lui faire dire, à un délire de pureté raciale… C’est que si surhomme il doit y avoir, c’est pour dépasser les valeurs humaines jusqu’alors tenues par un paysage théologique organisant l’univers des idées, séparant le bien du mal, le vrai du faux… La grande idée Nietzschéenne est celle de la mort de Dieu et du besoin pour l’humanité de se dépasser elle-même pour pouvoir se hisser à la hauteur de la tâche. Plus de transcendance… il faudra donc célébrer le corps comme lieu de la création des valeurs, chasser les tendances à le déprécier. Voici l’enjeu de la construction du surhomme.

L’un des buts de ce livre est de dégager Nietzsche de l’ombre de proches qui n’avaient pas les moyens de comprendre sa pensée et qui avaient pourtant la prétention de la poursuivre en publiant des ouvrages posthumes expurgés dans lesquels Nietzsche ne devient que la caricature de lui-même. Nietzsche avait une sœur : Elisabeth Förster, antisémite notoire qui s’est fait un devoir de faire le pont entre son frère et Hitler au prix d’un détournement de la pensée du premier. Détestée du vivant de son frère elle récupèrera pourtant son héritage intellectuel (les diverses notes préparatoires d’ouvrages qui ne verront jamais le jour), le pillant en publiant le livre La volonté de puissance dans lequel elle n’hésite pas à intervenir sans le mentionner… L’histoire est connue, mais Onfray la rapporte une nouvelle fois.

Michel Onfray sait nous prendre par la main pour nous emmener dans son univers d’interprétation des philosophes. Mélange d’anecdotes biographiques et d’analyses de concepts de la pensée de l’auteur. Qu’on partage la méthode ou pas, elle a quelque chose de roboratif et on lit ces livres avec plaisir. Sur certains points cependant, je ne suivrai pas l’auteur jusqu’au bout… Faire de Nietzsche un épicurien me paraît difficile : car si les deux philosophes font du corps le cœur de leur pensée, Epicure fait du plaisir et de la douleur les critères du bonheur, la position de Nietzsche là-dessus n’est pas la même : la douleur est valorisée par l’effet qu’elle peut produire en nous, elle nous apprend à devenir maître de nous même. Il est certainement dans cette interprétation d’un Nietzsche épicurien moins question de Nietzsche que d’Onfray. Et après tout, ce livre doit avoir pour vocation de nous amener à notre propre lecture des auteurs dont il traite. A nous de nous en faire définitivement notre idée ensuite et d’opérer nos propres mutations de leurs pensées…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Une histoire de France - Tome 1 - La dalle rouge"
La chronique de "Rendre la raison populaire"
La chronique de "Abrégé hédoniste"
La chronique de "Apostille au Crépuscule : pour une psychanalyse non freudienne"
La chronique de "Le crépuscule d'une idole : l'affabulation freudienne"
La chronique de "L'art de jouir"

En savoir plus :
Le site officiel de Michel Onfray


Philippe Gauthier         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=