Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Une bonne raison de se tuer
Philippe Besson  (Editions Julliard)  janvier 2012

Il est scénariste, parolier, il présente un road-movie nocturne dans Paris sur la chaîne  Paris Première, et il écrit. En l’absence des hommes, L’arrière-saison, Son frère, Les jours fragiles, Retour parmi les hommes… Onze livres en huit ans, onze romans à l’écriture si fluide qu’elle en devient poétique, aux sujets si graves et pourtant si ordinaires qu’ils nous touchent forcément.

Son douzième opus, Une bonne raison de se tuer, est paru le 5 janvier et c’est une très bonne raison de présenter, enfin, Philippe Besson sur Froggy’s Delight.

Ce sont deux personnages, dans ce nouveau roman : Laura et Samuel. Bien sûr, on croise aussi les ex-époux, des amis, des collègues, des clients… mais ils ne sont que deux, en fait. Et leur solitude. Et leurs blessures. Le reste n’est vraiment que secondaire.

Laura est une femme d’une quarantaine d’années, séparée depuis trois ans de son mari. Ce divorce, inimaginable pour elle, subi, l’a évincée de son existence à lui, de sa vie à elle. Car, depuis, elle est en dehors des murs protecteurs de sa maison, en dehors de ses fils, en dehors de son rôle de mère et de femme au foyer qui donnait jusque-là un sens à sa vie. Il y avait ces certitudes ; il ne reste que le vide, les absents et l’étouffante impression de son inutilité.

Samuel, lui, est un homme meurtri, un père à jamais incomplet : il y a cinq jours, son fils de dix-sept ans s’est suicidé. Il connaît donc lui aussi la perte tragique, la souffrance du manque de l’autre, la certitude de s’être perdu à jamais, par ce deuil.

Ils sont à Los Angeles, le 4 novembre 2008, jour de l’élection d’Obama. Le peuple américain espère ou redoute, selon les opinions. Est uni en tout cas dans cette attente. Eux sont en marge. Car pour Samuel, ce jour-là, c’est celui de l’enterrement de son fils. Pour Laura, celui où elle a décidé de se donner la mort. Fatalement, ces deux-là vont se croiser, se rencontrer. Forcément, il y aura l’espoir d’un sauvetage.

Dans ce roman, Philippe Besson raconte donc cette journée particulière pour ces deux personnages. Il dit leurs souffrances intolérables, leurs jolis souvenirs, leurs espoirs et leurs projets envolés, les questions oppressantes mais inévitables du père face au suicide de son fils, les regrets de la mère déchue. Il dit tout cela, comme il en a l’habitude, dans un style fluide, presque rythmé, par des phrases simples et belles de cette simplicité.

Une bonne raison de se tuer est un roman triste, stressant, accaparant. Un roman qui laisse une trace en nous, dont on ne ressort pas indemne. L’absence (toujours), la vacuité de nos vies, le manque d’amour qui dévore le cœur et détruit le corps ; autant de sujets qui ne peuvent laisser le lecteur en dehors de ces pages. Laura et Samuel sont touchants dans leur désespoir et dans leur simplicité à y faire face. Ils ne nous quittent pas, une fois le livre terminé.

Philippe Besson a écrit le 5 janvier - jour de la parution de ce roman - qu’il ressentait un mélange d’excitation et de peur. Beaucoup de ses lecteurs ont également dû partager cela : l’impatience de lire son nouveau livre mais la crainte aussi, même minime, même inavouée, d’être peut-être déçus. A l’évidence, ce ne sera pas pour cette fois.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Un certain Paul Darrigrand" du même auteur
La chronique de "De là, on voit la mer" du même auteur
L'interview de l'auteur en janvier 2013
L'interview de l'auteur en janvier 2012

En savoir plus :
Le Facebook de Philippe Besson


Nathalie Clément         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=