Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Une bonne raison de se tuer
Philippe Besson  (Editions Julliard)  janvier 2012

Il est scénariste, parolier, il présente un road-movie nocturne dans Paris sur la chaîne  Paris Première, et il écrit. En l’absence des hommes, L’arrière-saison, Son frère, Les jours fragiles, Retour parmi les hommes… Onze livres en huit ans, onze romans à l’écriture si fluide qu’elle en devient poétique, aux sujets si graves et pourtant si ordinaires qu’ils nous touchent forcément.

Son douzième opus, Une bonne raison de se tuer, est paru le 5 janvier et c’est une très bonne raison de présenter, enfin, Philippe Besson sur Froggy’s Delight.

Ce sont deux personnages, dans ce nouveau roman : Laura et Samuel. Bien sûr, on croise aussi les ex-époux, des amis, des collègues, des clients… mais ils ne sont que deux, en fait. Et leur solitude. Et leurs blessures. Le reste n’est vraiment que secondaire.

Laura est une femme d’une quarantaine d’années, séparée depuis trois ans de son mari. Ce divorce, inimaginable pour elle, subi, l’a évincée de son existence à lui, de sa vie à elle. Car, depuis, elle est en dehors des murs protecteurs de sa maison, en dehors de ses fils, en dehors de son rôle de mère et de femme au foyer qui donnait jusque-là un sens à sa vie. Il y avait ces certitudes ; il ne reste que le vide, les absents et l’étouffante impression de son inutilité.

Samuel, lui, est un homme meurtri, un père à jamais incomplet : il y a cinq jours, son fils de dix-sept ans s’est suicidé. Il connaît donc lui aussi la perte tragique, la souffrance du manque de l’autre, la certitude de s’être perdu à jamais, par ce deuil.

Ils sont à Los Angeles, le 4 novembre 2008, jour de l’élection d’Obama. Le peuple américain espère ou redoute, selon les opinions. Est uni en tout cas dans cette attente. Eux sont en marge. Car pour Samuel, ce jour-là, c’est celui de l’enterrement de son fils. Pour Laura, celui où elle a décidé de se donner la mort. Fatalement, ces deux-là vont se croiser, se rencontrer. Forcément, il y aura l’espoir d’un sauvetage.

Dans ce roman, Philippe Besson raconte donc cette journée particulière pour ces deux personnages. Il dit leurs souffrances intolérables, leurs jolis souvenirs, leurs espoirs et leurs projets envolés, les questions oppressantes mais inévitables du père face au suicide de son fils, les regrets de la mère déchue. Il dit tout cela, comme il en a l’habitude, dans un style fluide, presque rythmé, par des phrases simples et belles de cette simplicité.

Une bonne raison de se tuer est un roman triste, stressant, accaparant. Un roman qui laisse une trace en nous, dont on ne ressort pas indemne. L’absence (toujours), la vacuité de nos vies, le manque d’amour qui dévore le cœur et détruit le corps ; autant de sujets qui ne peuvent laisser le lecteur en dehors de ces pages. Laura et Samuel sont touchants dans leur désespoir et dans leur simplicité à y faire face. Ils ne nous quittent pas, une fois le livre terminé.

Philippe Besson a écrit le 5 janvier - jour de la parution de ce roman - qu’il ressentait un mélange d’excitation et de peur. Beaucoup de ses lecteurs ont également dû partager cela : l’impatience de lire son nouveau livre mais la crainte aussi, même minime, même inavouée, d’être peut-être déçus. A l’évidence, ce ne sera pas pour cette fois.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Un certain Paul Darrigrand" du même auteur
La chronique de "De là, on voit la mer" du même auteur
L'interview de l'auteur en janvier 2013
L'interview de l'auteur en janvier 2012

En savoir plus :
Le Facebook de Philippe Besson


Nathalie Clément         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=