Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Rock en Seine 2004
Flogging Molly - Electrelane - Sonic youth - Daniel Darc - The White Stripes - Joss stone - The Chemical Brothers - Buck 65 - Radio 4 - Melissa Auf Der Maur - Muse  (Paris Parc de Saint Cloud)  27 et 28 août 2004

Nouveau né dans la famille des festivals, Rock en Seine vient clôturer l’été de bien agréable façon. Installé dans le parc de Saint Cloud sur les bords de Seine, le festival fêtait cette année sa deuxième bougie. La programmation alléchante et variée aura tenu ses promesses.

Le festival débute ce vendredi 27 août sous le soleil éclatant de cette fin d’été. L’après midi commence avec Flogging Molly sur la grande scène.

Les Californiens qui mélangent musique traditionnelle irlandaise et guitares électriques, chauffent assez rapidement l’ambiance. Visiblement, la bonne humeur que dégage ce groupe sur scène est communicative. Presque instantanément, des gigues improvisées apparaissent ça et là dans le public. Flogging Molly n’est certainement pas le meilleur groupe de rock du monde mais n’a pas son pareil pour chauffer l’ambiance.

Après une course effrénée au travers du flot ininterrompu des festivaliers, nous voilà devant la scène de la cascade pour Electrelane.

La performance de ces quatre jeunes filles restera sans doute la claque de ce festival. Sur scène, le son est plus brut, plus sale et moins poli, en bref plus rock. Le début de concert est un peu tendu, un peu maladroit. Mais très rapidement, cette fragilité se mue en assurance. Réussissant à canaliser cette tension au travers de leur musique, les Electrelane propulsent le concert en orbite. Si c’est la clavier et leader qui donne vie aux compositions sur scène, c’est sans aucun doute la guitariste qui leur donne du corps, de la profondeur et de l’intensité.

Le public restera là comme hypnotisé, jusqu'à la fin d’un concert en crescendo. On pense parfois à Sonic Youth, voire pour les plus anciens d’entre nous à My Bloody Valentine. Ce soir Electrelane était en état de grâce

A compter le nombre de T-shirts Sonic Youth, cela ne fait aucun doute : le groupe new yorkais était pour beaucoup l’événement de la soirée.

Très vite, le ton est donné : ce sera fort fort très fort. Les membres du groupe visiblement survoltés courent de long en large, sautent, se roulent par terre utilisant guitares et micro comme des hochets.

Le groupe alterne nouveaux et anciens morceaux avec la même urgence et une dextérité impressionnante. Parfois Thurston Moore semble en transe, faisant l’amour à son vibrato, ou brandissant sa guitare comme un appendice phallique. On en prend plein les yeux mais les oreilles ne sont pas en reste. Le son est excellent et les interprétations époustouflantes. Le public impétueux du parc de Saint Cloud est sous le charme. Et lorsque déboule "Teenage Riot", c’est alors l’émeute dans la salle. Toute l’essence du rock est là.

Une chose est sure en musique, jeunesse éternelle se dit Sonic Youth.

A la nuit tombante, c’est sur la scène de la cascade que l’on retrouve Daniel Darc. Un rapide coup d’œil au public permet de s’en assurer, ce concert n’intéresse pas les moins de trente ans. Mal à l’aise face aux dernières lueurs du jour, Daniel Darc semble peiner à retranscrire sur scène les ambiances clair-obscur de son dernier album.

Mais petit à petit, alors que la nuit s’installe, l’émotion pointe le bout de son nez. Daniel Darc est un survivant et les tatouages qui lui recouvrent le corps semblent autant de traces des années. Pendant "Cherchez le garçon" ou "Nijinsky", on croit même apparaître des fantômes.

On pense alors aux paroles de la chanson "Les écorchés" de Noir Désir :
"Nous les écorchés vifs
On en a des sévices
Les écorchés vifs
On les sent les vis".

Un demi concert des White Stripes, c’est suffisant. C’est comme le café Maxwell, ce n’est pas la peine d’en rajouter.

Sur scène encore plus que sur disque, les travers propres aux duos se font ressentir : tous les morceaux se ressemblent. Jack White a beau se démener, les enceintes cracher le feu après Sonic Youth, sa musique paraît bien fade. Mais le public semble ravi et réagit aux tubes que sont "Seven nation army" et "I Just don’t know what to do with myself" (merci Burt Bacharach) comme à une secousse sismique.

Si l’euphorie a définitivement gagné le public, cela paraît moins évident sur scène. Les écrans géants diffusent en boucle les images d’une Meg White bastonnant ses fûts, hébétée. Un bassiste et du repos leur feraient le plus grand bien.

Ce premier soir, c’est Joss Stone qui est tête d’affiche sur la scène de la cascade. On a rapidement du mal à réprimer les rires. Joss Stone, c’est Barbie chanteuse. Elle a tous les accessoires : le pantalon taille basse, le petit haut moulant et les déhanchés lascifs et suggestifs qui vont avec.

La musique, une soupe infâme sans âme, ne présente strictement aucun intérêt. Mettre trois choristes n’a jamais transformé une gamine anglaise en reine de la soul. Pour ceux qui voudraient se faire leur propre idée, voilà le lien vers la page de Joss Stone sur le site de Mattel… oops de s-curverecords http://www.s-curverecords.com/joss/site/home.php.

Entre temps, les choses sérieuses commencent sur la grande scène. Les Chemical Brothers sont venus mettre le feu.

La scène est plongée dans l’obscurité, les lasers virevoltent, les écrans projettent des animations de synthèse. Le parc de Saint Cloud se transforme en une rave géante. Le son est énorme : puissant et lancinant. La grosse machinerie des Chemical Brothers est d’une efficacité redoutable : pas un être vivant à la ronde qui ne soit en train de danser. La foule continuera sa transe jusqu'à extinction des feux.

Samedi 28 août l’été a disparu. Le soleil a fait place à la pluie. Le parc de Saint Cloud si agréable la veille est désormais devenue une patinoire boueuse. Mais un festival sans pluie ni boue serait il réellement un festival ?

Notre journée commence par le concert Buck65. Le concept est assez surprenant ; un canadien blanc qui fait du rap habillé en costard. Pétri de folk et de blues, les morceaux se démarquent de ce que les rappeurs nous proposent d’ordinaire.

Seul sur scène, le canadien se partage entre platines et micro, rendant sa prestation assez minimaliste. Mais il se dégage de cette musique humour et bonne humeur et l’accueil du public est assez chaleureux.

Les trombes d’eau et l’ambiance pour le moins boueuse n’ont visiblement pas arrêté les amateurs de rock. C’est devant un parc déjà très plein que les new yorkais Radio4 entre en scène.

Très à l’aise, Radio4 ne met pas longtemps à emballer le public qui semble connaître par cœur les singles Dance to the underground et Party crashers. C’est visiblement en live que la musique de Radio4 prend son essence, âpre, puissante et furieusement groovy. Déjà l’ambiance dans les premiers rangs est telle que certains ne peuvent résister aux premiers bains de boue.

Somme toute un bon concert de rock, parfait comme entrée en matière.

Vient ensuite le tour de Melissa Auf Der Maur qui remplace Black Rebel Motorcycle Club au pied levé. Les montréalais visiblement ravis d’être là vont donner le meilleur concert de la soirée. Melissa bottes en cuir noire et robe zèbre débarque sur scène, sourire jusqu’aux oreilles et lâche un "Bonsoir mes petits français". Le ton est donné !

La musique sur scène est à l’image d’Auf Der Maur : à la fois sensuelle et survoltée, féminine et abrasive ; un mélange de caresses et de torgnoles. Le public stupéfait paraît conquis, sous le charme. Le très explicite "Taste you" (en version française), point culminant du concert, achève de mettre le feu aux poudres et de déchaîner le slammeurs. On voit les premiers hommes boue apparaître dans le public.

A peine Auf Der Maur a-t-elle quitté la scène que la rumeur se fait entendre : "MUSE ! MUSE ! MUSE !". La foule jeune et survoltée s’entasse devant la grande scène bravant la boue, les glissades et les relents de merguez.

Lorsque Muse entre en scène c’est l’euphorie, et lorsque Matthew Bellamy touche une guitare, on frôle le délire. Du calme les filles du calme ! Ce n’est pas parce que vous avez la permission de minuit qu’il faut nous casser les oreilles.

Impassible et tranquille, Muse distille son rock lyrique et mélancolique, les amplis réglés au maximum façon spinal tap. Rapidement, les mouvements de foule entraînent le public dans un gigantesque match de catch dans la boue. Sur scène, les décors sont impressionnants : plaques métalliques, vumètres géants, lumières violettes et stroboscopes.

Mais cela ne fonctionne pas, la machine pédale dans le vide. Qu’importe, beaucoup ne semblent de toute façon captivés que par les photos d’écrans géants prises depuis leur téléphone portable. Le concert, la musique sont bien accessoires. Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse.

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Power out de Electrelane
La chronique de l'album Axes de Electrelane
La chronique de l'album No shouts, No calls de Electrelane
Electrelane en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2005
Electrelane en concert à l'Ubu (10 octobre 2005)
Electrelane en concert à l'Olympia (19 mars 2007)
Electrelane en concert au Festival Les Femmes S'en Mêlent 2007
Electrelane en concert au Festival Summercase 2007 (samedi)
Electrelane en concert au Festival La Route du Rock 2007 (vendredi)
Electrelane en concert au Festival La Route du Rock #21 (vendredi 12 août 2011)
L'interview de Electrelane (10 mars 2004)
La chronique de l'album The Eternal de Sonic Youth
La chronique de l'album Simon Werner a disparu... : bande originale du film de Sonic Youth
Sonic youth en concert au Festival Art Rock 2005 (Jeudi)
Sonic youth en concert au Festival Art Rock 2005 (Vendredi)
Sonic youth en concert Place Poulain Corbion (3 juin 2005)
Sonic youth en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005
Sonic youth en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005 (vendredi)
Sonic youth en concert au Festival La Route du Rock 2005 (Dimanche)
Sonic youth en concert au Festival La Route du Rock 2005 (dimanche)
Sonic youth en concert au Festival Primavera sound 2007 (samedi)
La conférence de presse de Sonic Youth (4 juin 2005)
La conférence de presse de Sonic Youth (14 août 2005)
Daniel Darc en concert au Plan (27 mai 2004)
Daniel Darc en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Vendredi)
Daniel Darc en concert au Festival Art Rock #25 (2008)
Daniel Darc en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Daniel Darc en concert à Cabaret Sauvage (8 septembre 2009)
Daniel Darc en concert au Festival Les Paradis Artificiels #6 (édition 2012) - mardi 24 avril
La chronique de l'album Elephant de The White Stripes
La chronique de l'album Get behind me Satan de The White Stripes
White Stripes en concert à l'Olympia (22 mai 2003)
White Stripes en concert au Zenith (1er février 2004)
White Stripes en concert au Festival Primavera Sound 2007 (jeudi)
Chemical Brothers en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2015 - Du jeudi au dimanche
Chemical Brothers en concert au Festival Le Cabaret Vert #11 (édition 2015)
Chemical Brothers en concert au Festival de Beauregard #8 (édition 2016) - vendredi 1er juillet
Buck 65 en concert au Festival La Route du Rock 2003
Buck 65 en concert à L'Aire Libre (6 décembre 2007)
L'interview de Buck 65 (16 février 2008)
La chronique de l'album Stealing of a nation de Radio 4
La chronique de l'album Enemies Like This de Radio 4
Radio 4 en concert au Festival International de Benicassim 2005 (samedi)
Radio 4 en concert au Festival La Route du Rock 2006 (samedi)
L'interview de Radio 4 (août 2004)
L'interview de Anthony Roman - Radio 4 (4 mai 2006)
La chronique de l'album Auf der maur de Melissa Auf Der Maur


Valérian         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 10 novembre 2019 : Non à la morosité

Faites une pause avec l'actualité, faites une pause avec les réseaux sociaux et profitez plutôt de notre sélection culturelle hebdomadaire avec des tas de belles raisons de se réjouir un peu. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy
et toujours :
"A l'oblique" de Phôs (Catherine Watine & Intratextures)
"So cold streams" de Frustration
"Liszt : O Lieb !" de Cyrille Dubois & Tristan Raes
"Au revoir chagrin" de Da Silva
"Ca" de Pulcinella
"Roseaux II" de Roseaux
"Symphonic tales" de Samy Thiébault
"Ca s'arrête jamais" de The Hyènes
"Ils se mélangent" de Djen Ka
Rencontre avec Joséphine Blanc accompagnée d'une session 3 titres acoustiques
"Funkhauser" de My Favorite Horses
Oiseaux Tempête et Jessica Moss au Grand Mix de Tourcoing

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Une des dernières soirées de Carnaval" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Mille et Une Nuits" au Théâtre national de l'Odéon
"21 Rue des Sources" au Théâtre du Rond-Point
"La dernière bande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Mademoiselle Julie" au Théâtre de la Tempête
"Que Crèvent tous les protagonistes" au Théâtre 13/Seine
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génié" au Studio Hébertot
"L'Effort d'être spectateur" au Théâtre du Rond-Point
"Le Nouveau Cirque du Vietnam - Teh Dar" à l'Espace Chapiteaux de La Villette
"Olympicorama - Epreuve n°4 : le 100 mètres" à la Grande Halle de La Villette
"La Diva divague" au Théâtre de Dix Heures
des reprises :
"Les Membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Change me" au Théâtre Paris Villette
"Corneille Molière - L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Qui croire" à la Comédie de Béthune
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec:

"Greco" au Grand Palais

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Noura rêve" de Hinde Boujemaa
"Countdown" de Justin Dec
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson
et toujours :
"A comme Eiffel" de Xavier Coste & Martin Trystam
"Demain est une autre nuit" de Yann Queffélec
"L'extase du selfie et autres gestes qui nous disent" de Philippe Delerm
"La frontière" de Don Winslow
"Les quatre coins du coeur" de Françoise Sagan
"Miracle" de Solène Bakowski
"N'habite plus à l'adresse indiquée" de Nicolas Delesalle
"Une vie violente" de Pier Paolo Pasolini

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=