Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jean Louis Murat - Fred Jimenez - Jennifer Charles
A bird on a poire  (Labels)  août 2004

Souteneur de l’autocentrée Christine Angot, adepte du partouzeur sectaire Michel Houellebecq, capable d’énoncer une chose et son contraire en une seule phrase, défenseur de tout et n’importe quoi, Murat pratique, en bref, l’art du contren –pied (cf. 1).

Murathon

La démarche est claire : comme un tas de ploucs sortent des disques de chiotte tous les six-huit mois et que les vrais artistes publient un album tous les deux ans minimum, Murat, parolier d’exception et musicien de talent, change de division et vient jouer dans la cour des petits merdeux (cf. 3) en se rappelant à nous presque deux fois par an depuis 1999.

Et le résultat est impressionnant : Mustango, Muragostang (double live), Madame Deshoulière, la production s’accélérant même avec Le Moujik et sa femme, Lilith (double album), Parfum d’acacias au jardin, sans compter une demi-douzaine de maxis d’inédits, deux albums parallèles (les Golden couillas des Rancheros, un album sur les textes d’une inconnue, Isabelle Ledoeuf, cf. 4) et aujourd’hui A bird on a poire (cf. 5).

Une telle fécondité nous fait penser à certaines références indémodables : l’intrigant Chabrol de la fin des années 60, les (plus que) sous-estimés Charlots du début des années 70 qui produisaient quatre grand classiques en deux ans (cf. 6) et, bien sûr, le papy Neil de la mid-seventies. Bref que du solide. Et il faut bien avouer qu’il y a un peu de tous ces gens-là dans notre Jean-louis préféré.

C’est qui la poire dans tout çà ?

Eh bien ce qui est heureux, c’est que ce n’est pas le chanceux possesseur de ce nouvel opus.

Ce dernier n’est absolument pas une redite des précédentes aventures de Murat. Bien au contraire, comme la pochette colorée l’annonce, les douze morceaux sont plutôt frais, gais et enjoués et constituent une production rare et de qualité dans la discographie du bougnat.

Sûr, le fait que c’est Fred Jimenez qui compose les musiques n’est absolument pas étranger à cela. L’ex AS-Dragon habitué aux ambiances sixties survoltés de Burgalat garde le côté brut du son en ajoutant un rythmique quasi binaire et des arrangements doucereux.

C’est vrai qu’on pense parfois à Divine Comedy ("Le temps qu’il ferait"), aux Tindersticks (cf. 7) ainsi qu’à certains collègues ténors de la chansons françaises ("Elle était de la Californie") avec moult cuivres, quelques violons. Surtout, il y a de l’espace, de l’air dans tous ces titres.

Certes, le fait que Jennifer Charles chante sur la quasi-totalité des titres et en solo sur le deuxième apporte un côté fun. Mais c’est toujours bel et bien du Murat qui, une fois de plus, nous prend à contre-pied. C’est même un Murat au faîte de sa forme en ce qui concerne l’écriture.

Ainsi, dans" Monsieur craindrait les demoiselles", on retrouve le Moujik A la bite en or et aux Golden couillas (cf. 8) qui cette fois-ci fait chanter de salaces propos à Miss Charles.

Voici un bien bel album de Murat and co. atypique et enjoué. Tout à l’opposé du précédent parfum qui sentait plus les chrysanthèmes que les acacias, qui donnait dans le sombre et toujours superbe classique, A bird on a poire sent les lilas et les myosotis.

A quand les magnolias ?
(Et là ça sentira aussi le sapin).

 

 

Notes :

(1) Par définition, contren-pied = contre-…-contre (nfois)- pied. Par exemple, si n=3, le contre3-pied est le contre-contre-contre-pied. Contrairement à l’idée générale le contre-contre-contre-pied n’est pas un contre-pied. L’exposant n dépend de l’interlocuteur. Ainsi lorsque Murat dialogue avec Laurent Broyer, n=1 suffit. Par contre, lorsqu’il s’adresse à Ranlo Quruier le vendredi 3 septembre 2004 (cf. 2), Murat passe à n=3. Il se contentera de n=2 avec Stephen Burne lundi 6 septembre.

(2) Ranlo Quurier comme le disait ma concierge à Vivi le bouledogue du voisin qui s’est cassé avec la musette du facteur.

(3) A ce propos, il est permis de s’interroger sur les conséquences d’une telle attitude : Murat caution d’un système moribond ?

(4) D’ailleurs si quelqu’un a ces titres, peut-il me contacter ?

(5) Dont une traduction (approximative) est "Un guano dans la tronche". Après écoute et vérification auprès de l’intéressé, on peut affirmer que Gordon n’y est pour rien.

(6) En particulier, l’année 1972 fut très prolifique avec "Les fous du stade" et" Les Charlots font l’Espagne".

(7) Murat et Jimenez retenant avec profit les leçons données par Dickon Hinchliffe et David Boulter sur l’époustouflant "On va se mettre aux anges", titre qu’on trouve sur Lilith.

(8) Ce qui, une fois traduit, donne Des burnes comme des pommes golden. De curieux virus circulent au pays des volcans.

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Lilith de Jean Louis Murat
La chronique de l'album Charles et Léo de Jean Louis Murat
Jean Louis Murat en concert à La Cigale (3 et 4 novembre 2003)
Jean Louis Murat en concert à La Cigale (9 et 10 mars 2004)
La vidéo de Parfum d'acacia au jardin par Jean Louis Murat


Olivier K         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 15 septembre 2019 : Life in Vain

Cette semaine Daniel Johnston nous a quitté, mais aussi Philippe Pascal de Marquis de Sade. Merci à eux pour tout ce qu'ils ont apporté à la musique mondiale pour l'un et hexagonale pour l'autre.
Pour ce qui est du reste de l'actualité culturelle de la semaine, c'est parti pour le sommaire :

Du côté de la musique :

"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold
et toujours :
"L'horizon" de Manu
"Twelve nudes" de Ezra Furman
"Spleen 1" de Fleur du Mal, chronique assortie d'un entretien
Rencontre avec Le Flegmatic autour de son nouvel album "Ruine nouvelles" Le Flegmatic
"Echoplain Ep" de Echoplain
"Michel on my mind - Tribute to Michel Petrucciani" de Laurent Coulondre

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Pompiers" au Théâtre du Rond-Point
"La Vie de Galilée" à La Scala
"Suite française" au Théâtre La Bruyère
"The ways she dies" au Théâtre de la Bastille
"La Fin de l'Homme rouge" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Pour un oui ou pour un non" à la Manufacture des Abbesses
"Louise au parapluie" au Théâtre du Petit Gymnase
"La Réunification des deux Corées" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ecoutez leur silence" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Les Naufragés" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Vive Bouchon !" au Théâtre du Splendid
"Marie-Antoinette" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tempête en juin" au Théâtre La Bruyère
"Aux rats des paquerettes" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Pas vue, Ni connue" au Théâtre Essaion
des reprises
"L'homme à tête de chou" au Théâtre du Rond-Point
"Fables" au Studio Hébertot
"Le Défunt" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Dom Juan ou les limbes de la mémoire" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Une leçon d'Histoire de France - De l'An mil à Jeanne d'Arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France - De 1515 au Roi-Soleil " au Théâtre de Poche-Montparnasse
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Karine Dubernet - Souris pas !" au Point Virgule
"Sandra Colombo - Instagrammable et cervelée" à la Comédie des Trois Bornes
"Marion Mezadorian - Pépites" à la Nouvelle Seine
"Carla Bianchi -Migrando" à la Nouvelle Seine
"Giorgia Sinicorni - Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Le Monde selon Roger Ballen" à la Halle Saint-Pierre

Cinéma avec :

"Les Fleurs amères" de Olivier Meys
Oldies but Goodies avec "Les Idoles" de Marc'O
et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits
et toujours :
"Autoportrait d'une vie heureuse" de Ingo Schulze
"Conversations entre amis" de Sally Rooney
"Le dernier grenadier du monde" de Bakhtiar Ali
"Le siècle des dictateurs" Sous la direction d'Olivier Guez
"Les opérations extraordinaires de la seconde guerre mondiale" de Claude Quétel
"Les réfugiés" de Viet Thanh Nguyen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=