Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ingrid Jonker
Paula Van der Oest  (février 2012) 

Réalisé par Paula Van der Oest. Hollande/Allemagne/Afrique duSud. Drame. 1h40. (Sortie 22 février 2012). Avec Carice van Houten et Rutger Hauer.

Nelson Mandela, lors de la cérémonie d’investiture qui en faisait le premier président noir de l’Afrique du Sud, a cité dans son discours un poème d’Ingrid Jonker, "Die Kind" (l’enfant), dans lequel elle évoquait le sort d’un enfant noir tombé sous les balles d’un policier blanc.

C’est dire si cette poétesse afrikaner au destin tragique est devenue un mythe dans son pays. Cette jeune femme à fleur de peau appartenait au cercle très fermé des écrivains blancs anti-apartheid.

Elle côtoya les plus grands, d’André Brink à Breyten Breytenbach, et sa position était d’autant plus courageuse que son père, Abraham Jonker, appartenait au parti national et présidait la commission de censure du parlement.

Dans le film de Paula van der Oest, il est incarné par la statue du commandeur du cinéma néerlandais : Rutger Hauer. L’immense Rutger Hauer peut-on écrire tant son parcours cinématographique est exemplaire : le "répliquant" de Blade Runner a traversé plus de trente ans de cinéma international pour devenir ce monstre rigoriste qui contribue à fragiliser sa fille.

On aura donc compris qu'"Ingrid Jonker" est un film qui appartient à ce genre cinématographique dont les puristes du 7ème art ne sont en général pas très friands : la biographie filmée.

Ce que les Américains appellent le "biopic" est pourtant désormais un genre majeur. De Coluche à Margaret Thatcher, de la môme Piaf à J.Edgar Hoover, tout est prétexte pour feuilleter un grand livre d’images d’Épinal et propice à grands numéros d’acteurs, parfois à la limite du cabotinage mais souvent récompensés par des Oscars ou des Césars.

Dans le cas d’Ingrid Jonker, c’est un peu différent : comme on connaît mal ou pas du tout l’oeuvre de cette artiste suicidaire, qui s’est noyée à 32 ans, on n’a pas l’impression d’une succession des vignettes imposées. Au contraire, grâce au film de Paula van der Oest, on découvre une personnalité talentueuse sous les traits enflammés de Carice Van Houten et l’on peut entendre de nombreux extraits de ses poèmes.

Certes, on pourra, comme nos amis néerlandais, regretter qu’ils soient récités dans leur traduction anglaise et pas dans leur version originale en afrikaans. Du coup, si on perçoit la beauté des images et la force des mots employés, on perd le rythme et la musique originales de la langue, si importants en poésie.

Faute coutumière aux productions américaines dont on ne jettera pas la pierre à Paula van der Oest. On la remerciera plutôt d’avoir ressuscité une artiste dont la fragilité rappelle beaucoup celle de Sylvia Plath. Juste après avoir vu son film, on pourra lire le recueil de poésies d’Ingrid Jonker paru en français. L’intérêt d’un bon biopic comme celui-là, c’est justement d’être une ouverture vers une œuvre et une vie.

Ingrid Jonker, via la belle interprétation de Carice Van Houten, vient donc de prendre sa vraie place parmi ces artistes maudits qui ont fait vibrer si fort le siècle passé.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 octobe 2018 : L'Eclectisme n'est pas un gros mot

Du joyeux, du triste, du beau, du sombre, du symphonique, du dépouillement, de l'épique, de l'intimiste... Encore une semaine chargée en actualité et pleine d'éclectisme dans notre sélection culturelle à découvrir sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Wanderer" de Cat Power
"I Am As You Are" de Sol Seppy
"Dag Wiren : Sinfonietta in C major, Serenade, Synphony N3 & Divertimento" de Rumon Gamba & Iceland Symphony Orchestra
"Une issue" de Samuel Cajal
"Comme un ours" de Alexis HK
"Antilles méchant bateau" par divers artistes
"Blow" de Donny McCaslin
Rencontre avec Gontard! et son nouveau clip "Arcade Fire" à découvrir
"Weapons of mass percussion" des Tambours du Bronx
"Houdini" de San Carol
"Vendredi soir EP" de Céline Tolosa
et toujours :
"La fragilité" de Dominique A
"Il Francese" de Jean Louis Murat
"Pink air" de Elysian Fields
Qu'en Pense Gertrude ? en interview accompagnée d'une session acoustique dans une cave à vins
"Certaine ruines" de Cyril Cyril
"Northern chaos gods" de Immortal
"Feel" Invigo
"La gueule de l'emploi" de Lénine Renaud
"Si c'était à refaire" de Septembre
"Voodoo magic" de Spiral Deluxe
"Midnight in an moonless dream" de The Buttertones

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Banquet" au Théâtre du Rond-Point
"Le Pouvoir" au Théâtre de Ménilmontant
"La Nostalgie du futur" au Théâtre national de Bordeaux
"La Cantate à trois voix" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Queen Mary" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Laïka" au Théâtre du Rond-Point
"Oscar et la Dame rose" à la Comédie Bastille
"Jean-François Derec - Le jour où j'ai appris que j'étais juif" au Théâtre L'Archipel
les reprises :
"Tous mes rêves partent de la gare d'Austerlitz" au Théâtre 13/Seine
"Camille contre Claudel" au Théâtre du Roi René
"Deux mensonges et une vérité" au Théâtre Rive-Gauche
"Le Potentiel érotique de ma femme" au Théâtre des Mathurins
"Ma cantate à Barbara" au Théâtre des Variétés
"K Surprise" au Théâtre Les Déchargeurs
"Clouée au sol" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Gloire de mon père" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"J'ai mangé du Jacques" au Théâtre Les Déchargeurs
et la chronique des autres spectacles d'octobre

Exposition avec :

"Caravage à Rome - Amis et Ennemis" au Musée Jacquemart-André
"Giacometti - Entre Tradition et Avant-garde" au Musée Maillol

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Guantanamera" de omas Gutierrez Alea et Juan Carlos Tabio
"Wine Calling" de Bruno Sauvard
Ciné en bref avec :
"A Star is born" de Bradley Cooper
"Climax" de Gaspar Noé
"L'Ombre d'Emily" de Paul Feig
"Frères ennemis" de David Oelhoffen
"The Little stranger" de Lenny Abrahamson
"Voyez comme on danse" de Michel Blanc
la chronique des films de septembre
et la chronique des autres sorties d'octobre

Lecture avec :

"Bandidos" de Marc Fernandez
"Commode, l'empereur gladiateur" de Eric Teyssier
"La mort selon Turner" de Tim Willocks
"La riposte" de Philippe Meirieu
"Reporter criminel" de James Ellroy
"Un gentleman à Moscou" de Amor Towles
et toujours :
"Sympathie pour le démon" de Bernardo Carvalho
"Réelle" de Guillaume Sire
"Personne n'est obligé de me croire" de Juan Pablo Villalobos
"Les illusions" de Jane Robins
"Les exilés meurent aussi d'amour" de Abnousse Shalmani
"L'autre siècle" de Xavier Delacroix

Froggeek's Delight :

"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=