Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Proudhon modèle... Courbet
Théâtre Le Lucernaire  (Paris)  février 2012

Comédie dramatique écrite et mise en scène par Jean Petrement, avec Alain Leclerc, Jean Petrement, Lucien Huvier et Diana Laszlo.

"Proudhon modèle… Courbet" met en présence, dans le cadre d’une joute philosophique et politique souvent plus jubilatoire que grave, le philosophe libertaire Pierre-Joseph Proudhon, et le peintre Gustave Courbet, compatriotes franc-comtois liés par une relation d’amitié et d’admiration réciproque alors même que, apparemment, tout les opposait.

Fils de propriétaire terrien proche du peuple, Courbet est un homme charnel, épicurien et jouisseur, hypersensible et colérique, et un peintre déchiré entre une ambition dévorante contrariée par les "suppôts" de l’académisme et le besoin de reconnaissance officielle, la proclamation de l’indépendance absolue de l’artiste et le pragmatisme économique. Républicain, il sera un des élus de la Commune et, à ce titre, condamné à 6 mois de prison en 1871 pour être tenu pour responsable de la destruction de la colonne Vendôme dont il avait proposé officiellement le déplacement.

D’origine plébéienne, Proudhon est un homme à la personnalité mosaïque et quelque peu paradoxale. Austère, puritain et moraliste, il a tout d’un moine laïc qui serait athée. Misanthrope et misogyne, il est le théoricien de la révolution anarchiste, de la démocratie ouvrière et de la socialisation de la liberté individuelle. Journaliste virulent, il a été condamné à la prison pour délit de presse d’offense au président de la République.

En 2009, à l’occasion du bicentenaire de la mort du Proudhon natif de Besançon, où est établie la Compagnie Bacchus dont il est fondateur et directeur, Jean Pétrement écrit et crée ce spectacle reposant sur un entretien fictif qui, judicieusement, va au-delà du théâtre de dialogues et du théâtre d’idées, basés sur l’opposition et l’affrontement des contraires et qui s’avère une bien belle réussite.

En effet, à partir d’un débat sur l’art en prenant intelligemment comme levier dramaturgique la dualité réalisme/idéalisme, il parvient, tout en ne perdant pas de vue les finalités de ce qui demeure un spectacle, à rendre passionnant l’affrontement entre le théoricien du socialisme et le peintre du réalisme et àévoquer les faiblesses de l’homme qui derrière la figure passée à la postérité (la mégalomanie narcissique de Courbet, l’hygiénisme social de Proudhon).

De même, il aborde les grandes thématiques débattues à une époque de bouillonnement politique qui mènera à la Commune et qui n’ont rien perdu de leur acuité (l’art et le pouvoir, la démocratie, le libéralisme économique, le féminisme) tout en déjouant le caractère réducteur et artificiel du huis-clos avec l’intervention en contrepoint de deux autres personnages, qui représentent deux figures archétypales, la femme "moderne" avec le modèle du peintre et le peuple avec le paysan buté et conservateur.

Ainsi, à partir d’un l’argument liminaire consistant en la demande faite à Proudhon, qui a le vent en poupe, par Courbet, orgueilleux refusant de soumettre au jury de sélection l’œuvre qu’il veut présenter au Salon de l’Exposition Universelle, l’emblématique "L’Atelier", dont il pressent le refus, et vaniteux menaçant d’exposer en indépendant dans un "pavillon du réalisme", à Proudhon, de lui écrire un livret de présentation, Jean Pétrement a écrit une fiction au texte intelligent et savoureux, sans dogmatisme ni didactisme, et aux dialogues percutants, aussi drôles parfois que vifs.

Il assure également la mise en scène sans affectation de cette partition qui permet aux comédiens, tous excellents, un beau travail d’incarnation de personnages jamais manichéens dans une scénographie de Magali Jeanningros qui reconstitue l’atelier rudimentaire de Courbet à Ornans et compose avec le réalisme en procédant à une double mise en abîme du fameux tableau dont une esquisse est reproduite sur toile en fond de scène.

Alain Leclerc se délecte à interpréter les misères et fulgurances d’un Courbet paillard asticoté par un Proudhon à qui Jean Pétrement compose une face de carême aussi aigüe que pontifiante dans ses analyses et tous deux se laissent parfois damer le pion par la pétulante Diana Lazlo, la sensuelle modèle-maîtresse du peintre qui n’a pas froid aux yeux ni sa langue dans la poche, préfiguration du féminisme à venir, et Lucien Huvier, en paysan obtus mais au truculent parler franc-comtois.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=