Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Libertines
The Libertines  (Pias)  septembre 2004

Ainsi donc David Le Grand, notre ci-devant maître des cérémonies, lors de son dernier passage-dépannage informatique chez DELENDA me dit : "Oh Thierry G ., nous n’avons pas lu ta prose depuis TV on the radio, et si tu veux tangenter vers le talent d’O.K (Zero killed, aka Olivier K ) faut que tu t‘accroches, alors tiens, voilà les Libertines …")

Oh merde…

Pas tant que ça.

D’abord il y a l’aspect éminemment PRATIQUE des Libertines. Imaginez, mes amis, une soirée bobo qui s’éternise… 1 H30 et on écoute "Kind of blue" de Miles Davis chez nous. (Ben oui c’est dans notre discothèque) (c’est un KDO). Et moi j’ai envie d’aller me coucher Et Anne 2 F de Delenda elle y est déjà, au lit (Pas de compromission avec le Jazz, bordel !). Alors, profitant lâchement d’une baisse d’attention de l’assistance je substitue sauvagement les Libertines à Miles Davis.

Et là, miracle ! En 2 minutes, tout le monde est parti ! (certains, qui me connaissent, m’ont fait violemment remarquer que je me foutais de leur gueule avec ce groupe à la con, dont ils avaient déjà subi plus que leur saoul les beuglements du 1er album etc. etc. etc. = ) (c’était pas faux d’ailleurs), et chacun est libre de ses conclusions sur la situation).

Donc 1er intérêt incontestable des Libertines : ça permet de terminer rapidement les soirées de bobos. Et ça, ça vaut CHER ! (surtout quand c’est chez soi).

Libéré de mon rôle d’hôte, je me retrouve à écouter les LIBERTINES au casque.

En plus dans Teckniacht, tekcniketra, teknimachin ils en parlent. Ah oui TECHNIKART. Article qui reprend surtout le dossier de presse ( essentiellement sur le thème "notre reality show à nous les rockers" : Quelle va être la prochaine connerie de Peter Doherty, co-leader ou ex membre selon les semestres ? Va-il pisser à la volée sur un ministre de Tony Blair, remplacer DAVID B. à M.U, cambrioler encore l’appartement de Carl Barat, l’autre co-leader des Libs ? – le monde retient son souffle). Bref les Libs ont l’air d’animer un peu, quand ils arrivent à tenir debout, la scène ( ?) rock anglaise.

Musique : Là j’ai un problème. On va le faire sous deux angles, le premier essayant d’être objectif, le second assumant de ne pas l’être.

Donc objectivement (Sons, arrangements, originalité, capacité à s’intégrer aux soirées bobos ) : c’est pas nul, mais presque. C’est un groupe de "balloche" anglais qui joue faux la plupart du temps, avec en plus une production pourrie. De toute façon ils essaient de pomper les Smiths, période "The queen is dead" pour les chansons à peu près écoutables (de 3 à 5) sans avoir le talent ni du Mozz ni du Marr, quand c’est pas KILLING JOKE avant que JAZZ COLEMAN ait vu la vierge ("Campaign of hate") ( Donc avant "Love like Blood").

Bref, les Libertines ne sont, au mieux, qu’un groupe qui, se prenant pour Clash, n’arrive que très loin derrière Sham 69 et The only ones (J’adore faire chier avec mes références que personne ne peut vérifier) : Pathétiquement prolo, qui pue l’Angleterre Eternelle à plein nez (Fish and chips, murs de briques sur chaussée mouillée, bière de mauvaise qualité et odeur de pisse).

Donc 2eme intérêt incontestable des Libertines : C’est le "benchmark", le mètre étalon musical à l’aune duquel on peut jauger nos groupes-phares actuels (citez qui vous voulez… ), à l’avantage des dits groupes phares of course.

Sous l’autre angle :

C’est un groupe de "balloche" anglais qui joue faux la plupart du temps, avec en plus une production pourrie. De toute façon ils essaient de pomper les Smiths, période "The queen is dead" pour les chansons à peu prés écoutables (de 3 à 5) sans avoir le talent ni du Mozz ni du Marr, quand c’est pas KILLING JOKE avant que JAZZ COLEMAN ait vu la vierge ("Campaign of hate") (Donc avant "Love like Blood").

Et c’est génial.

Les Libs me vendent mon fantasme du rock. La chanson "Campaign of hate", à elle seule, vaut plus que bien des chansons que j’ai pu écouter sur les 2 ou 3 dernières années. Faut dire que j’en ai marre des albums dans lesquels il ne se passe rien, auxquels on fait l’effort de s’intéresser parce qu’ils sont, d’une certaine manière, estimables, mais qui creusent, insidieusement, notre tombe à force de complaisance avec les goûts et diktats de l’époque.

Soyons plus clair : Je n’aime pas cette époque et les Libs, et c’est, je crois, affiché comme tel, valent plus pour ce qu’ils représentent que pour ce qu’ils jouent, qui n’a rien de très original. Rien d’original, mais fort, et fier, avec deux doigts bien sales pointés vers vous. Et en ce qui me concerne, j’échange deux barils de François Ferdignangnan contre ½ livre des Libs.

Parce que le seul talent des Libs, c’est d’exister, et de nous rappeler qu’on se fait quand même royalement chier ces temps-ci, et pas seulement du point de vue musical.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Maccabees - Cardiknox - Ben Howard - Mini Mansions - Stereophonics - Glass Animal - Inte de Festival Rock en Seine 2015 - Samedi 29 août
The Libertines en concert à La Boule Noire (14 septembre 2004)
The Libertines en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2016 - du vendredi au dimanche


Delenda         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 21 juillet 2019 : La folle histoire de l'espace

Ces jours-ci on célèbre les premiers pas de l'homme sur la lune, on ambitionne d'y retourner. En attendant, c'est les pieds sur terre que nous vous proposons notre petite sélection culturelle pour vous inviter à décoller un peu vous aussi du quotidien. C'est parti :

Du côté de la musique :

"Triple ripple" de Automatic City
"Jaws" de Condore
"480" de DBK Project
"Echo" de Marion Roch
"Bach & co" de Thibault Noally & Les Accents
"To be continued" de Tropical Mannschaft
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
On vous parle du Festival de Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Samedi avec Beach Youth, Clara Luciani, Idles, The Hives, Mogwai...
Dimanche pour finir avec Bro Gunnar Jansson, Jeanne Added, Tears for Fears, Interpol...
et toujours :
"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...

Au théâtre :

"Iceberg" au Théâtre de la Reine Blanche
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Benalla, la vraie histoire" de Sophie Coignard
"Floride" de Laurent Groff
"Whitman" de Barlen Pyamootoo
et toujours :
"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"La traque du Bismarck" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=