Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Libertines
The Libertines  (Pias)  septembre 2004

Ainsi donc David Le Grand, notre ci-devant maître des cérémonies, lors de son dernier passage-dépannage informatique chez DELENDA me dit : "Oh Thierry G ., nous n’avons pas lu ta prose depuis TV on the radio, et si tu veux tangenter vers le talent d’O.K (Zero killed, aka Olivier K ) faut que tu t‘accroches, alors tiens, voilà les Libertines …")

Oh merde…

Pas tant que ça.

D’abord il y a l’aspect éminemment PRATIQUE des Libertines. Imaginez, mes amis, une soirée bobo qui s’éternise… 1 H30 et on écoute "Kind of blue" de Miles Davis chez nous. (Ben oui c’est dans notre discothèque) (c’est un KDO). Et moi j’ai envie d’aller me coucher Et Anne 2 F de Delenda elle y est déjà, au lit (Pas de compromission avec le Jazz, bordel !). Alors, profitant lâchement d’une baisse d’attention de l’assistance je substitue sauvagement les Libertines à Miles Davis.

Et là, miracle ! En 2 minutes, tout le monde est parti ! (certains, qui me connaissent, m’ont fait violemment remarquer que je me foutais de leur gueule avec ce groupe à la con, dont ils avaient déjà subi plus que leur saoul les beuglements du 1er album etc. etc. etc. = ) (c’était pas faux d’ailleurs), et chacun est libre de ses conclusions sur la situation).

Donc 1er intérêt incontestable des Libertines : ça permet de terminer rapidement les soirées de bobos. Et ça, ça vaut CHER ! (surtout quand c’est chez soi).

Libéré de mon rôle d’hôte, je me retrouve à écouter les LIBERTINES au casque.

En plus dans Teckniacht, tekcniketra, teknimachin ils en parlent. Ah oui TECHNIKART. Article qui reprend surtout le dossier de presse ( essentiellement sur le thème "notre reality show à nous les rockers" : Quelle va être la prochaine connerie de Peter Doherty, co-leader ou ex membre selon les semestres ? Va-il pisser à la volée sur un ministre de Tony Blair, remplacer DAVID B. à M.U, cambrioler encore l’appartement de Carl Barat, l’autre co-leader des Libs ? – le monde retient son souffle). Bref les Libs ont l’air d’animer un peu, quand ils arrivent à tenir debout, la scène ( ?) rock anglaise.

Musique : Là j’ai un problème. On va le faire sous deux angles, le premier essayant d’être objectif, le second assumant de ne pas l’être.

Donc objectivement (Sons, arrangements, originalité, capacité à s’intégrer aux soirées bobos ) : c’est pas nul, mais presque. C’est un groupe de "balloche" anglais qui joue faux la plupart du temps, avec en plus une production pourrie. De toute façon ils essaient de pomper les Smiths, période "The queen is dead" pour les chansons à peu près écoutables (de 3 à 5) sans avoir le talent ni du Mozz ni du Marr, quand c’est pas KILLING JOKE avant que JAZZ COLEMAN ait vu la vierge ("Campaign of hate") ( Donc avant "Love like Blood").

Bref, les Libertines ne sont, au mieux, qu’un groupe qui, se prenant pour Clash, n’arrive que très loin derrière Sham 69 et The only ones (J’adore faire chier avec mes références que personne ne peut vérifier) : Pathétiquement prolo, qui pue l’Angleterre Eternelle à plein nez (Fish and chips, murs de briques sur chaussée mouillée, bière de mauvaise qualité et odeur de pisse).

Donc 2eme intérêt incontestable des Libertines : C’est le "benchmark", le mètre étalon musical à l’aune duquel on peut jauger nos groupes-phares actuels (citez qui vous voulez… ), à l’avantage des dits groupes phares of course.

Sous l’autre angle :

C’est un groupe de "balloche" anglais qui joue faux la plupart du temps, avec en plus une production pourrie. De toute façon ils essaient de pomper les Smiths, période "The queen is dead" pour les chansons à peu prés écoutables (de 3 à 5) sans avoir le talent ni du Mozz ni du Marr, quand c’est pas KILLING JOKE avant que JAZZ COLEMAN ait vu la vierge ("Campaign of hate") (Donc avant "Love like Blood").

Et c’est génial.

Les Libs me vendent mon fantasme du rock. La chanson "Campaign of hate", à elle seule, vaut plus que bien des chansons que j’ai pu écouter sur les 2 ou 3 dernières années. Faut dire que j’en ai marre des albums dans lesquels il ne se passe rien, auxquels on fait l’effort de s’intéresser parce qu’ils sont, d’une certaine manière, estimables, mais qui creusent, insidieusement, notre tombe à force de complaisance avec les goûts et diktats de l’époque.

Soyons plus clair : Je n’aime pas cette époque et les Libs, et c’est, je crois, affiché comme tel, valent plus pour ce qu’ils représentent que pour ce qu’ils jouent, qui n’a rien de très original. Rien d’original, mais fort, et fier, avec deux doigts bien sales pointés vers vous. Et en ce qui me concerne, j’échange deux barils de François Ferdignangnan contre ½ livre des Libs.

Parce que le seul talent des Libs, c’est d’exister, et de nous rappeler qu’on se fait quand même royalement chier ces temps-ci, et pas seulement du point de vue musical.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Maccabees - Cardiknox - Ben Howard - Mini Mansions - Stereophonics - Glass Animal - Inte de Festival Rock en Seine 2015 - Samedi 29 août
The Libertines en concert à La Boule Noire (14 septembre 2004)
The Libertines en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2016 - du vendredi au dimanche


Delenda         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=