Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Cowboys Fringants
L'Olympia  (Paris)  mardi 7 février 2012

L’hiver s’abat sur nous durement ces temps-ci. Un froid digne du grand nord canadien pourrait-on dire. En tout cas, un temps parfait pour retrouver Les Cowboys Fringants, le groupe québécois qui a conquis la France et s’est installé dans les oreilles françaises depuis maintenant 8 ans.

Depuis un premier concert à L’Elysée Montmartre en 2004, le groupe est revenu régulièrement en France au rythme des albums, visitant méticuleusement la plupart des salles parisiennes.

Cette année, les cowboys sont présents trois semaines sur nos terres gelées pour porter leur musique festive. De passage à Paris pour deux soirs avant de s’aventurer de nouveau dans nos provinces, Les Cowboys Fringants rangent de nouveau leur char devant la salle mythique de l’Olympia afin d’y défendre leur nouvel album Que du vent.

Le billet indiquait 20h, début du concert. Ces gens-là ont l’exactitude dans le sang et les habitués savent bien que le groupe fait souvent fi de la première partie pour faire durer le concert au bas mot un couple d’heures.

Et huit heures pétantes, c’est effectivement parti, les membres du groupe investissent la scène sous les clameurs d’un public déjà réchauffé. Ce soir, les déguisements sont de sortie et attention, que du très classe, collection hiver 2012.

Nez rouge, short à bretelles et béret pour le guitariste-compositeur Jean-François Pauzé tandis que le bassiste Jérôme Duprasa a opté pour une délicieuse robe légère rose et un masque de squelette très assorti.

Cependant, le chanteur Karl Tremblay a, lui, conservé son indéfectible ensemble chemise noire-cravate et Marie-Annick l’accordéoniste-violoniste virevolte toujours sur scène en jupe flottante sous les regards admiratifs du public (surtout masculin).

Ce soir, le groupe est également accompagné de deux musiciens additionnels, le guitariste Dan Lacoste et le percussionniste-guitariste Simon Landry qui s’associent eux-aussi au grand n’importe-quoi vestimentaire initié par les gratteux.

On pressentait certains titres de l’album Que du vent taillés pour les concerts. Confirmation apportée ce soir. Pour ouvrir la soirée, le Gimmick du très à propos "Paris-Montréal" remplit la salle, repris par les spectateurs déjà acquis à la cause québécoise.

Pas le temps de souffler car "La manifestation" suit immédiatement faisant remuer de plus belle le public. Ce dernier est d’ailleurs mis à contribution sur "La Catherine" et une communion rare s’opère immédiatement. Le groupe pioche allégrement dans son répertoire. Ainsi morceaux anciens ("Mon Chum Rémi") côtoient moins anciens ("La reine", "Camping Ste Germaine", "Si la vie vous intéresse") et nouveaux ("Télé", "L’horloge"). La première partie de soirée se conclut avec un "Plus rien", chanson écolo-apocalyptique reprise une fois de plus en chœur par l’Olympia.

Vingt minutes plus tard, le temps d’un aller-retour au bar, le spectacle redémarre avec "Droit devant" tiré de L’Expédition. Immédiatement derrière, les choses s’accélèrent avec "Ti cul" qui électrise la salle.

Les numéros d’équilibriste du chanteur Karl Tremblay distraient la salle, mais le ton devient grave quand, en introduction de la chanson "Shouter", ce dernier revient sur la fermeture d’une usine dans leur ville natale d’Assomption. Une chanson hommage aux 1300 travailleurs ayant perdu leur emploi. Puis pour le très politisé hymne "En berne" ou l’écolo "8 secondes", les spectateurs installés au balcon n’ont d’autre choix que de se lever pour entonner avec le reste de salle les mélodies accrocheuses. Enfin les incontournables avions en papier volent sur "Les étoiles filantes" qui conclut de bien belle manière ce concert.

Mais les mélodies reprisent en chœur par le public jamais à bout de souffle ne s’arrêtent pas et les québécois reviennent pour un premier rappel. C’est "Joyeux Calvaire" datant de Break syndical qui a en charge de remotiver sans peine le public. Séquence nostalgie ensuite car s’enchainent "Awikatchikaën" et "Réel des aristocrates" qui proviennent des tous premiers enregistrements. Puis à la suite d’un référendum populaire sur le choix du prochain titre, "Impala Blues" sort du chapeau. Les anciens morceaux gardent toute leur vigueur et s’acoquinent sans peine avec les nouveaux à l’instar de "Que du vent" porté par la ferveur des spectateurs.

L’heure tourne et l’on sait bien que le meilleur a aussi une fin. Alors pour l’ultime rappel, comme d’un seul homme, toute la salle entonne "L’hiver approche", évidemment énorme, avant une "Toune d’automne" en forme d’adieu qui touche sans difficulté la corde sensible de chaque spectateur.

Les 2200 personnes de l’Olympia ont un sourire jusqu’aux oreilles. Après 2h20 de concert, la foule prend l’interminable couloir qui ramène à la sortie, jusqu’à cette jolie surprise : comme pour faire écho à la chanson "Paris-Montréal", les flocons qui tombent sur Paris. "Il pleut à Montréal, Il neige à Paris, le monde tourne à l’envers ces temps-ci…".

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album La Grand-messe des Cowboys fringants
La chronique de l'album Attache ta tuque des Cowboys Fringants
La chronique de l'album L'Expédition des Cowboys Fringants
La chronique de l'album Que du vent des Cowboys Fringants
Les Cowboys Fringants en concert au Grand Rex (7 novembre 2005)
Les Cowboys Fringants en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (samedi)
Les Cowboys Fringants en concert aux Docks (30 avril 2007)
Les Cowboys Fringants en concert à l'Olympia (3 février 2009)
Les Cowboys Fringants en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (jeudi 15)
Les Cowboys Fringants en concert au Festival international de la chanson de Granby 2013 (45ème édition) - jeudi 12 septembre
L'interview des Cowboys Fringants (novembre 2005)
L'interview des Cowboys Fringants (29 janvier 2009)

En savoir plus :
Le site officiel des Cowboys Fringants
Le Myspace des Cowboys Fringants

Crédits photos : Diane Hion (Retrouvez toute la série sur Taste of Indie)


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=