Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce A l'ombre de la République
Stéphane Mercurio  (mars 2012) 

Réalisé par Stéphane Mercurio. France. Documentaire. 1h40. (Sortie 7 mars 2012).

Nelson Mandela disait qu’on ne pouvait pas connaître un pays si on ne connaissait pas ses prisons.

"À l’ombre de la République", le film de Stéphane Mercurio qui suit les membres du CGLPL dans leur mission d’enquête permettra aux Français de voir l’état - déplorable - de leur dite démocratie.

Le CGLPL, c’est le Contrôle Général des Lieux de Privation de LIberté. Créée en octobre 2007, cette autorité administrative indépendante a commencé son activité en 2008. À sa tête, un contrôleur général, Jean-Marie Delarue, anime une équipe d’une trentaine de contrôleurs qui a pour mission de visiter les 5 à 6000 lieux de privation de liberté que compte la France. C’est donc dans les prisons, les hôpitaux psychiatriques ou les commissariats que peuvent intervenir ses membres.

Stéphane Mercurio a pu les suivre dans quatre lieux : la maison d’arrêt de Versailles, l’hôpital psychiatrique de la Navarre à Évreux, le centre pénitentiaire de Bourg-en-Bresse et la centrale de Saint-Martin-en-Ré.

Le constat est terrible et ceux qui, au lieu de regarder les reportages floutés et scénarisés qui font les beaux jours des émissions de "reportage" pour télés acquises au tout-sécuritaire, partageront le regard de la cinéaste en tireront une conclusion simple : enfermer n’est pas une solution mais un problème. Ils verront concrètement ce qu’est une prison et un prisonnier, exploreront comme les membres de la CGLPL un continent de misère sociale qui ne peut qu’interroger sur le sens des sociétés modernes, ce qui tout à l’heure amenait à utiliser une expression polémique : "la dite démocratie".

Il faut entendre la résignation pleine de dignité d’un vieux prisonnier de l’île de Ré, là depuis des décennies pour expier une faute de jeunesse et qui a eu le malheur d’être jugé à un mauvais moment et le malheur supplémentaire de n’avoir pas d’argent pour qu’un avocat l’extirpe de sa nuit.

En suivant pas à pas les membres du CGLPL, en s’inscrivant uniquement dans leur optique, celle du respect des droits fondamentaux, Stéphane Mercurio peut dire beaucoup sans épouser une thèse particulière. C’est au spectateur de se faire son opinion sans être téléguidé par les a-priori habituels.

Curieusement, même si avec si peu de membres pour autant de cibles potentielles on se doute que le CGLPL ne peut résoudre que quelques cas et fait surtout témoignage, on a l’espoir assez fou que son travail n’est pas inutile et pourrait servir de base à une autre politique carcérale loin du niveau zéro de la pensée qu’est le tout-répressif actuel.

Mais ceci éloigne du cinématographique et mène à la politique... Reste qu’"À l’ombre de la République" est un très bon documentaire, un documentaire citoyen. On pardonnera à ceux qui n’iront pas voter en avril, pas à ceux qui n’iront pas voir ce film en mars.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 août 2017 : Comme un air de Week End

Cette semaine, avec son pont du 15 août, va ressembler à un long week end qui se termine en beauté par le festival de La Route du Rock. Voici quand même quelques petites chroniques à lire à vos heures perdues, entre 2 averses ou 2 concerts, avant la plage, après la sieste...

Du côté de la musique :

"Soleil de Tokyo" de Imagho
Classique, vous avez dit classique ? autour de Igor Stravinsky et le Sacre du Printemps
"Cluster" de An Pierlé
EP de My Own Ghosts
"Un Renaud pour moi tout seul" de Monsieur Lune
et toujours :
"La vie sur les os" de Géraldine Torres
"Goodnight Rhonda Lee" de Nicole Atkins
"Oh, Sealand" de Oddfellow's Casino
"Every valley" de Public Service Broadcasting
"A Rift in Decorum : Live at the Village Vanguard" de Ambrose Akinmusire
"A new kind of freedom" de The Celtic Social Club
Youri Defrance et Jupiter & Okwess, ni vus ni connus mais à découvrir
Pondichery Bomb en session de la semaine
Interview de François Floret à propos de la Route Du Rock 2017
dernier petit tour du côté des Vieilles Charrues

Au théâtre :

les divertissements de l 'été :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Un petit jeu sans conséquence" à la Comédie de Paris
"Le jardin d'Alphonse" au Théâtre Michel
"Mon meilleur copain" à la Comédie Caumartin
"Rupture à domicile" au Théâtre du Splendid
"Le Dindon" au Théâtre Le Lucernaire
"Oui !" au Café de la Gare
"Tout le monde peut se tromper" au Café de la Gare
"Et pendant ce temps Simone veille" à la Comédie Bastille
"Ceci n'est pas une comédie romantique" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
et à ne pas rater "L'écume des jours" au Théâtre de la Huchette

Exposition avec :

la dernière ligne droite pour "Karel Appel - L'Art est une fête !" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Une femme douce" de Sergei Loznitsa
"Lumières d'été" deJean-Gabriel Périot
les chroniques des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'ordre du jour" de Eric Vuillard
"La lanterne des morts" de Janine Boissard

Froggeek's Delight :

"Great Giana Sisters" histoire d'un jeu et d'un plagiat

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=