Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce B R OAD WAY
Solo System Revolution  (6am)  février 2012

Qui aurait pu prédire l'avenir de B R OAD WAY, il y a 4 ans lors de la sortie du très réussi Enter the Automaton ? Un disque capable de réconcilier pop et electro à la hauteur des maîtres du genre, Notwist en tête.

Plus tard était parue une sorte de mini album, Gang Plank, enregistré avec un quatuor à cordes (le Quatuor Pli), improvisant sur 7 titres du groupe. Première révolution et première surprise, réussie même si ce disque est passé relativement inaperçu, sans doute la faute à un manque de dates live mais aussi parce que l'impro, ça ne s'improvise pas et une fois gravée sur disque, difficile de renouveler la performance.

Depuis l'automne 2009, le temps a passé. Les B R OAD WAY se sont fait discrets et les changements entamés sur Gang Plank (arrivée de Laurenz de Projet SI à la basse) se sont poursuivis. Si les membres du groupe restent les mêmes, les rôles sont différemment distribués. Fabb reste bien entendu au chant et Jan alterne toujours entre guitare, claviers et batteries. En revanche, Gio lâche de temps en temps les platines pour la basse lorsque Laurenz prend une guitare. VJ Raize n'est plus tant vj, projetant sur scène des images mixées en direct, que pianiste.

Ajoutons à cela la présence de quelques invités et on aura donc la nouvelle mouture de B R OAD WAY en 2012. Si différent en réalité que la légende veut qu'un changement de nom fut envisagé. Pourtant, à l'écoute de ce nouvel album, ce sont bien les B R OAD WAY que l'on connnait que l'on retrouve. Même voix, même sens des rythmiques à tiroir. Alors qu'est-ce qui a changé dans leur musique ?

Et bien si vous avez suivi le Record Club, vous en aurez eu un bel aperçu. Ces 8 reprises en forme de clin d'oeil aux groupes qu'ils apprécient et jouées live montraient la voie, délaissant un style hybride electro pop hip-hop pour un genre plus frontalement pop, dépouillé et mélodique. Même "Stylo" de Gorillaz est revu avec une sobriété exemplaire, traitant par l'épure ce qui ne l'était pas, des couches sonores à n'en plus finir sur l'original de la bande à Damon.

Une épure donc qui, au lieu de faire sombrer l'album dans la platitude et l'ennui, met au contraire en valeur chacun des musiciens qui apportent, dans ce faux minimalisme, juste ce qu'il faut de guitare, de piano, de samples pour parfaire les chansons chantées de la voix toujours aussi juste et chaleureuse de Fabb qui porte indéniablement l'identité du groupe, malgré tous ces changements.

On a donc à faire à une pop dans les règles de l'art. Élégante, juste, sans ostentation ni refrain putassier. Toujours plein de justesse dans les mélodies et les arrangements. Rien n'est jamais "too much". Le groupe prend son temps, ne cherche pas à battre le record du nombre d'accords enchaînés en moins d'une minute. Tout semble simple (même si la production est propablement passée par l'édition d'innombrables pistes à faire pâlir le lecteur de cassettes de Daniel Johnston) et seul le plaisir du jeu transparaît sans jamais laisser croire à une inutile debauche de moyens (bravo au réalisateur). De même, le renfort des membres de Deschannel reste discret et finalement plus visible sur les vidéos du Record Club que dans le son du disque.

A l'heure où il est plus courant d'entendre des groupes rejouer la musique d'il y a 20-30 ans ou plus, B R OAD WAY ne s'en laisse pas compter et après avoir évacué et digéré leurs influences (encore une fois leur Record Club est un joli bonus à cet album), ils livrent un disque plus intimiste, sans fard et sans plus aucun besoin de se dissimuler derrière la fée électricité.

Le résultat est à la hauteur des ambitions. Un album magnifique, nuancé et classe qui, s'il fallait vraiment trouver un point de comparaison, se rapproche du très beau, lui aussi, disque de Elbow, Build a rocker boys !. D'ailleurs, "Pure gold" n'est pas sans rappeler "Lippy kids" qui nous avait tant émus.

Et des chansons aussi réussies que celle-ci, Solo System Revolution en contient un paquet. Presque toutes en fait, tant il semble difficile de sortir un titre qui n'aurait pas sa place au milieu de "Day of reckoning", "Pure gold" ou la puissance de "Buy 1 Get 1 Free Therapy", le titre qui lie finalement les deux B R OAD WAY, car il y a bien un avant et un après cet album. Et si l'avant était prometteur, le niveau remarquable déjà atteind par Enter the automaton est déjà surpassé ici, promettant encore quelques belles surprises de la part des stéphanois qui sans doute ne s'arrêteront pas dans leur métamorphose en si bon chemin. La Révolution est en marche.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

B R OAD WAY parmi une sélection de singles (octobre 2006)
La chronique de l'album Enter the Automaton de B R OAD WAY
La chronique de l'album Gang Plank de B R OAD WAY & Quatuor Pli
Articles : B R OAD WAY - Jerri - Pocket Bastard - Projet SI - Matru - Les Sainté Sessions (partie 1)
Articles : Projet SI - Jerri - Pocket Bastard - B R OAD WAY - Matru - Les Sainté Sessions (partie 2)
Articles : Pocket Bastard - Projet SI - Jerri - B R OAD WAY - Matru - Les Sainté Sessions (partie 3)
B R OAD WAY en concert au Festival FNAC Indétendances 2008
B R OAD WAY en concert à B R OAD WAY - Quatuor Pli - Gagadilo - Jerri - L'Armée des Ombres - Mick est tout seul (29 octobre 2008)
B R OAD WAY en concert au Fil (14 novembre 2008)
B R OAD WAY en concert au Point Ephémère (mardi 17 novembre 2009)
B R OAD WAY en concert au Fil (samedi 24 novembre 2011)
L'interview de B r oad way (3 octobre 2008)
La chronique de l'album American Utopia on Broadway de David Byrne

En savoir plus :
Le site officiel de B R OAD WAY
Le Myspace de B R OAD WAY
Le site officiel de cd1d
Le Myspace de cd1d


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

B R OAD WAY (6 janvier 2009)


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=