Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Elysian Fields - Blake
Le Fil  (Saint-Etienne)  samedi 10 mars 2012

Si je ne suis pas allé voir Elysian Fields en concert au Petit Bain à Paris en ce debut mars, c'est parce qu'il se trouve que j'étais en vacances dans le Forez à ce moment là et que j'avais prévu, à cette occasion, de profiter de leur concert au Fil de Saint-Etienne. D'autant plus que le groupe avait promis de nous accorder, après leur balance, une Froggy's Session. Et oui Messieurs dames, bientôt vous pourrez profiter d'une belle et étrange session de nos New-Yorkais favoris en mode quatuor, comme je vous le dis !

Mais pour l'heure, il s'agit bien de vous raconter ma soirée passionnante, passée dans le public du Fil version club, ce soir là, pour assister au concert de lancement du nouvel album du groupe Blake et à celui forcément magnifique de Elysian Fields (bien évidemment que tout cela n'est pas objectif). Tout commence donc par Blake, groupe stéphanois accompagné ce soir de quelques invités pour le son mais aussi pour l'image.

En effet, le groupe a pour habitude de tendre une toile en arrière-scène, derrière laquelle officie un peintre, donc les dessins à la peinture noire apparaissent à la faveur d'un éclairage adéquat.

Ce soir, les dessins ornithologiques de Robin Royer étaient complétés par des ombres chinoises de violonistes (notamment Jean-Christophe Lacroix des Hiddentracks) et d'une danseuse.

Passons la choriste qui fit une apparition derrière le rideau pour un titre (et devant pour les autres), tout à fait inutile sauf sans doute pour la famille dans la salle qui a pu découvrir à cette occasion que la demoiselle, par ailleurs compagne du chanteur, attendait ce qu'il est convenu d'appeler un "heureux événement".

Choriste par ailleurs tout à fait efficace pour renforcer la voix principale, un peu essoufflée ce soir là, sans doute par le stress au moins triple que de présenter son nouveau travail, devant le public de sa ville et avant les bêtes de scènes à la réputation sans faille que sont les Elysian Fields.

Voix hésitante donc pour Gaël qui, avouons-le, manquait de caractère ce soir là pour permettre au public d'entrer complètement dans l'univers onirique de Lost & Found. D'autant plus decevant que les chansons sont bien foutues et les musiciens excellents (lui compris à la guitare). Du coup, si on n'avait pas pris la peine de découvrir le disque avant, afin de retrouver malgré tout les curieuses histoires de cette fillette, on se sentait un peu perdu dans tout ce spectacle. Un concert qui demande donc à se roder au fil de la tournée pour accompagner un disque intéressant. A suivre...

Le changement de scène se fait tranquillement, le public est détendu, la salle est pleine depuis, avant même le début de la première partie. Un vrai plaisir à côté du public parisien souvent boudeur et snobeur de première partie.

Il est donc l'heure d'accueillir le quatuor New-Yorkais qui arrive discrètement sur scène, fidèle à l'ambiance de leurs concerts, tout en retenue et en élégance.

Métamorphosée par rapport à l'après-midi, Jennifer Charles est magnifique (et sa robe aussi) tandis que Oren Bleadow est plus... disons "casual". La violoncelliste est un peu en retrait tandis que le batteur est sur le côté de la scène.

Dès les premières mesures, le charme opère et la musique raffinée d'Elysian Fields enrobe de douceur le public. Les murmures de Jennifer remplissent l'espace, parfaitement surlignés de la guitare de son compère et du jeu délicat des deux autres membres.

Jamais dans la démonstration technique, les Elysian Fields en possèdent pourtant une sacrée, technique. Tous s'avèrent d'excellents musiciens (le batteur s'improvisera également pianiste et la violoncelliste manipulera quelques outils électroniques). Jennifer, elle, distille d'immenses sourires dont elle seule a le secret et qui vous font instantanément frissonner de plaisir.

Pendant ce temps (et le temps va passer bien trop vite), le groupe jouera les titres de leur dernier album mais aussi certains plus anciens pour le bonheur de tous.

Les chansons qui flirtent toujours entre pop et jazz, renferment chacune au moins une surprise dans le rythme ou l'interprétation et donnent ce style si atypique à ce groupe encore jamais égalé.

Rares sont les groupes à distiller autant d'émotions avec si peu de moyens, l'essentiel réside, outre dans des chansons magnifiques, dans l'interprétation toujours juste, sans excès de prétention et dans un plaisir de jouer visible.

Et puis cette voix, obsédante et sensuelle à l'excès qui semble venir d'ailleurs que de cette petite dame qui ne bouge presque pas les lèvres et qui, de gestes lents, gracieux et tout aussi délicats et subtils que le reste de la musique, dessine ses mots dans les airs. Une main sur la hanche ou un petit doigt légèrement décollé suffisent à troubler tout autant qu'à apporter du relief aux mots.

C'est élégant, c'est beau, chaleureux et généreux (pour preuve ultime, la grande disponibilité du groupe après le concert) et il reste un de ces rares groupes qui, fidèle à un parti pris artistique aussi constant qu'irréprochable, auront toujours une place de choix dans nos petits coeurs de fans.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Songs for someone de Perry Blake
La chronique de l'album The crying room de Perry Blake
Blake parmi une sélection de singles (juin 2012)
La chronique de l'album The Colour in Anything de James Blake
La chronique de l'album Assume Form de James Blake
Blake en concert au Festival Summercase 2007 (samedi)
Blake en concert au Fil (vendredi 3 décembre 2010)
Blake en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012)
Blake en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012) - Vendredi 14 septembre
Blake en concert à Pitchfork Music Festival Paris #2 (édition 2012)
Blake en concert à Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - jeudi 1er novembre
L'interview de Moving Units (mars 2005)
La chronique de l'album The dreams that breathe your name de Elysian Fields
La chronique de l'album Bum raps and love taps de Elysian Fields
La chronique de l'album The Afterlife de Elysian Fields
La chronique de l'album Last Night On Earth de Elysian Fields
La chronique de l'album For House Cats and Sea Fans de Elysian Fields
La chronique de l'album Pink Air de Elysian Fields
Elysian Fields en concert à La Maroquinerie (27 octobre 2005)
Elysian Fields en concert au Festival Radar #5 (jeudi 10 septembre 2009)
Elysian Fields en concert au New Morning (26 mai 2010)
L'interview de Elysian Fields (juillet 2005)
La chronique de l'album A bird on a poire de Jean Louis Murat - Fred Jimenez - Jennifer Charles

En savoir plus :
Le site officiel d'Elysian Fields
Le Bandcamp d'Elysian Fields
Le Myspace d'Elysian Fields
Le Facebook d'Elysian Fields
Le site officiel de Blake
Le Myspace de Blake

Crédits photos : Eric Ségelle (Retrouvez toute la série sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Blake (5 janvier 2011)
Elysian Fields (10 mars 2012)


# 22 septembre 2019 : Fin d'été

Fin d'été c'est le titre du nouvel album de Samir Barris, on vous en parle en ces premiers jours d'automne, tout comme les autres sorties musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques et muséales qui ont retenu notre attention cette semaine. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Corpse flower" de Mike Patton & Jean Claude Vannier
Rencontre avec Joseph Fisher autour de "Chemin Vert", assortie d'une session acoustique à découvrir ici
"Prokofiev : Visions fugitives" de Florian Noack
"The basement tapes" de Mister Moonlight
"The uncompleted works volume 1, 2 & 3" de Nantucket Nurse
"Là-Haut" de Gérald Genty
"Ilel" de Hildebrandt
"Buxton palace hotel" de Studio Electrophonique
"Vian" par Debout sur le Zinc
"Impressions d'Afrique" de Quatuor Béia & Moriba Koita
"Fin d'été" de Samir Barris
et toujours :
"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"L'Autre monde ou les Etats et Empires de la Lune" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Le Misanthrope" à l'Espace Cardin
"L'Animal imaginaire" au Théâtre de la Colline
"Data Mossoul" au Théâtre de la Colline
"Danser à la Lughnasa" au Théâtre 13/Jardin
"Le Frigo" au Théâtre de la Tempête
"A deux heures du matin" au Théâtre L'Atalante
"La Veuve Champagne" au Théâtre de la Huchette
"Le Square" au Lavoir Moderne Parisien
"Jo" au Théâtre du Gymnase
"Jean-Marie Galey - Ma Comédie française" au Lavoir Moderne Parisien
"Ah ! Félix" à l'Eglise Sainte-Eustache
"Le Voyage musical des Soeurs Papilles" à la Comédie des 3 Bornes
"Lucie Carbone - Badaboum" à la Comédie des 3 Bornes
"Casse-toi diva" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Nora Hamzawi" au Théâtre du Rond-Point
des reprises
"Letzlove - Portrait(s) Foucault" aux Plateaux Sauvages
"One night with Holly Woodlawn" aux Plateaux Sauvages
"Diva sur Divan" à la Comédie Bastille
"La Liste de mes envies" au Théâtre Lepic
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"L'Age d'or de la peinture anglaise - De Reynolds à Turner" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

"Ne croyez surtout pas que je hurle" de Franck Beauvais
Oldies but Goodies avec "Marie pour mémoire" de Philippe Garrel

et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Barbarossa : 1941. La guerre absolue" de Jean Lopez & Lasha Otkhmezuri
"Bête noire" de Anthony Neil Smith
"Dictionnaire égoiste de la littérature mondiale" de Charles Dantzig
"Gaeska" de Elrikur Orn Norddahl
"Les refuges" de Jérôme Loubry
"Liquide inflammable" de Robert Bryndza
et toujours :
"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=