Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Nick Cave & The Bad Seeds
Abattoir blues / The lyre of Orpheus  (Mute/Labels)  septembre 2004

"Je me souviens d’un géant sombre à l’allure de corbeau inversée
Qui se pliait et se pliait encore pour hurler aux foules qui l’adoraient
D’une voix écorchée qu’il était grand temps de se prémunir des ombres,
De courir aussi vite que possible vers les dernières cités de refuges.
Mais : en restait-il ?"

Après le somptueux et mésestimé No more shall we part sorti en 2001 où le lyrisme de Nick Cave atteignait au luxe, Nocturama, datant de l’année dernière, nous laissait quelque peu sur notre faim. Inégal, il contenait pourtant quelques moments de bravoures dont le fameux "Babe, I’m on fire".

Au même moment Nick Cave annonçait que Nocturama amorçait un tournant dans sa discographie : il y aurait désormais un nouvel album chaque année. Les choses allaient-elles donc changer et le mutisme de la fin des 90’s être définitivement oublié ?

Il semble que oui, puisque 2004 voit la parution de Abattoir blues / The lyre of Orpheus, album double plutôt que double album, qui contient deux parties complètement distinctes, quasi-indépendantes aux noms bien choisis.

Dr Nick…

Sur Abattoir blues, Nick Cave et ses Bad Seeds ne font pas dans la dentelle : nerveux, ne dépassant cependant les limites qu’à de (trop) rares occasions, l’ambiance est sombre, triste quelques fois noire.

Commençant avec le morceau le plus violent de l’album, le punky "Get ready for love", Nick Cave n’hésite pas à piocher son inspiration dans les précédents recueils du groupe.

Ainsi sur "Hiding all away", on retrouve un peu de la torture de "From her to eternity" (style "Avalanche" et "Well of misery"), renforcée ici par un sentiment de terreur que génèrent les chœurs. De même, il y a du groove du "Good son" dans "Messiah Ward" et les guitares tricotées de "Straight to you" ou "Nobody’s baby now" réapparaissent sur "Let the bells ring". Par contre le dernier titre "Fable of the brown age" étonne par son étrangeté.

Violons rangés (Warren Ellis s’occupant du café), pianos excités, toutes guitares – basse comprise – dehors, chœurs endiablés, rythmiques binaires, on ne s’ennuie pas sur un Abattoir blues qui fait bouger les jambes, où l’influence de Gallon Drunk est indéniable (1).

… And Mr Cave

On prend les mêmes mais on ne recommence pas sur un Lyre of Orpheus tout en délicatesse, mélancolie, spleen (3), sehnsucht où Nick Cave regarde parfois du côté de ses meilleurs descendants.

Chose surprenante, le tout premier titre contient un sample très proche de ceux utilisés par Einsturzende Neubauten sur "Tabula Rasa" (2). Et les surprises se poursuivent.

Sur le champêtre "Breathless" (4), le premier rôle est tenu par une flûte (qui se demande bien ce qu’elle fait là). Puis les Bad Seeds se travestissent en Tindersticks le temps d’un "Babe you turn me on" (d’où le titre). Quant aux morceaux suivants (dont "Easy Money" et "Supernaturally"), ils auraient eu tout à fait leur place sur No more shall we part.

Déconcertant à sa façon, nous sommes pourtant en terrain connu : cet album présente presque toutes les facettes de la carrière de Nick Cave et ouvre de nouvelles voies. Moins religieux, moins uniforme que les précédents aussi, nous tenons ici l’un des tout meilleurs Bad seeds.


En attendant le prochain (qui devrait donc sortir en 2005 et, d’après les rumeurs, sortir sous la forme d’un triple CD), nous allons pouvoir creuser encore et encore dans ce nouvel album en patientant jusqu’aux concerts d’Automne.

 

(1) Et pourtant James Johnston ne s’occupe ici que des claviers.
(2) Alors que Mr Blixa Bargeld ne fait plus partie du groupe, bizarre non ?
(3) Spleen parisien puisque c’est en la capitale française qu’ont été enregistrés ces titres, confirmant ainsi les rumeurs qui circulaient sur des Bad seeds traînaient au Piano vache au printemps dernier.
(4) Dont l’atmosphère est comparable à celle du single Here come the sun.

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Nocturama de Nick Cave
La chronique de l'album Push the sky away de Nick Cave & the Bad Seeds
La chronique de l'album Live From KCRW de Nick Cave & The Bad Seeds
La chronique de l'album Skeleton Tree de Nick Cave & The Bad Seeds
Nick Cave en concert à Roseland Ballroom (24 juin 2003)
Nick Cave en concert à La Mutualité (15 novembre 2004)
Nick Cave en concert au Festival International de Benicassim 2005 (dimanche)
Nick Cave en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Dimanche
Nick Cave en concert au Festival La Route du Rock #23 (jeudi 15 août 2013)
La vidéo de The Videos par Nick Cave and The Bad Seeds

En savoir plus :
Le site officiel de Nick Cave & The Bad Seeds
Le Bandcamp de Nick Cave & The Bad Seeds
Le Soundcloud de Nick Cave & The Bad Seeds
Le Facebook de Nick Cave & The Bad Seeds


Olivier K         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=