Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Helmut Newton
Grand Palais  (Paris)  Du 24 mars au 17 juin 2012

Au Grand Palais, l'exposition est consacrée au travail du photographe Helmut Newton, constitue la première rétrospective qui lui est consacrée depuis son décès en 2004.

Organisée par la Réunion des Musées Nationaux et Fondation Helmut Newton de Berlin, et conçue sous le commissariat de l'épouse du photographe, June Newton, avec la collaboration de Jérôme Neutres, conseiller de Jean-Paul Cluzel pour le développement culturel, artistique et scientifique du Grand Palais, elle réunit un florilège impressionnant de tirages originaux ou "vintage".

Pour structurer l'espace de la galerie sud-est du Grand Palais toute en longueur, ré-ouverte en 2011, l'architecte allemand Paul Kahlfeldt a adopté une scénographie ultra-classique de cimaises à moulure qui délimitent une belle enfilade de salles qui dans lesquelles est scandé un parcours chrono-thématique.

Un parcours qui commence avec, comme le fronton d'un mausolée, l'autoportrait d'Helmut Newton en 1936 et s'achève sur une galerie de portraits de personnalités avec, en point d'orgue, un extrait du film "Helmut by June", réalisé par June Newton qui s'avère être le "deus ex machina" de la carrière de son mari, épousé en 1948, et la grande vestale et cerbère de l'édification d'une oeuvre, celle "qui avait toujours le dernier mot dans le choix des photographies".

Helmut Newton : femme, femmes, où sont les femmes ?

Parcours singulier que celui de Helmut Newton, photographe de mode que d'aucun veulent ériger en artiste, tel Jérôme Neutres qui insère son travail l'histoire du nu classique, souvent cité, à tort, comme l'inventeur du "porno chic" et du "new fetish" classieux, et personnage paradoxal qui déclarait "Je ne suis qu’un sbire. Je ne cherche pas les musées" alors qu'en octobre 2003, il fait don de 1000 images au Musée de la photographie de Berlin, donation qui avait, semble-t-il, été dédaigné par la France et qui revient donc par la grande porte.

L'exposition au Grand Palais propose des clichés purement de mode, avec des photographies parues dans Elle, ou Vogue dans les années 60.

Considéré comme "le" photographe qui a révolutionné la photo de mode, Helmut Newton, né en 1920, s'inscrit dans le sillage de photographes de la même génération mais qui, avant lui, ont sorti la photo de mode de son carcan figé, tels l'américain William Klein, né en 1928, qui intègre Vogue dès 1954 et le suisse Peter Knapp, né en 1931, qui travaille pour le magazine Elle à la fin des années 50.

En revanche, ce qui lui est spécifique est sa démarche à la fois personnelle, attestant de son goût pour l'érotisme, mais également prosaïque et opportuniste ("J'aime la mode parce que je trouve cela érotique et parce que ça rapporte de l'argent. Or j'adore l'érotisme et j'adore gagner beaucoup d'argent") et de sa capacité à appréhender l'air du temps.

Ainsi va-t-il surfer sur la vague du "porno chic", expression née sous la plume de Ralph Blumenthal, journaliste du New York Times Magazine, du début des années 70 en jouant sur les fantasmes bourgeois haut de gamme.

Et il leur applique les nouveaux codes du sado-masochisme, le new fetish, et de la perversion, du traditionnel fétischisme du pied et du bondage ("Buste aux liens") au goût pour les prothèses sublimé par J.G.Ballard dans son roman "Crash" publié en 1973 ("Jassara, rue Aubriot").

Et c'est dans les années 70 que sa carrière va décoller, après son accident cardiaque, "la meilleure chose qui lui soit arrivée", estime rétrospectivement June Newton, inspiré par les images de femmes nues qu'il aurait vues durant son coma.

L'exposition est donc particulièrement centrée sur les "grands thèmes newtoniens" autour du nu.

Ceux qui ont été notamment développés dans ses séries "White Women" (1976), "Sleepless Nights" (1978) et "Big Nudes" (1981), qui ont d'ailleurs fait l'objet de l'exposition qui s'est tenue en 2011 au Museum of Fine Arts de Houston, et qui appellent le regard par leur grand format.

Fasciné par le corps et la chair des femmes somptueuses que sont les mannequins, les nus de Newton s'inspirent d'une iconographie conventionnelle, celle de la walkyrie, pendant féminin des athlétiques corps masculins sublimés par Leni Riefenstahl, la cinéaste pro-nazie qui exaltait la virilité et la force martiale.

Quant à l'esthétique syncrétique, elle résulte largement d'un thésaurus originel, le Berlin des années 30 et sa formation auprès de la photographe Else Neuländer-Simon, connue sous le nom de Yva, elle-même formée par le photographe allemand avant-gardiste des années 20 Heinz Hajek-Halke.

A cela s'ajoute des emprunts assumés au style de photographes tels Weege, avec ses atmosphères glauques de roman noir, et les images "Point de vue-Images du monde" de Erich Salomon.

A voir quelques exemplaires de la célébrissime série des "Nus domestiques" réalisées dans les communs du Château Marmont, construit en 1929 à Los Angeles sur le modèle du château d'Amboise, et sur le mur d'enceinte s'est écrasé la voiture d'Helmut Newton en 2004.

Toutes ses représentations féminines ont fait, en leur temps, couler beaucoup d'encre.

L'exposition se clôt sur des portraits en noir et blanc, portraits posés pour lesquels Helmut Newton ne pratique pas systématiquement la mise en scène, comme celui de Helmut Berger, saisi dans le dernier éclat de la beauté sans fard de la quarantaine, ou celui de Salvador Dali trois ans avant sa mort, entubé, ombre du personnage fantoche qu'il s'était créé, qui s'avèrent les plus intéressants en ce qu'ils appréhendent certainement une part de vérité.

Ainsi pour ceux qui se sont prêtées au jeu, Andy Warhol saisi en gisant et Leni Riefenstahl, alors centenaire, se repoudrant, dos à un portrait de jeunesse.

Et, des femmes encore, toujours, mais des actrices : Elisabeth Taylor, prototype de la star hollywoodienne, allongée telle une Olympia, vêtue, sur une fourrure blanche, Charlotte Rampling, nue, jambes écartées, photographie de 1973 qui fait le lien entre "Les damnés" et "Portier de nuit" et Catherine Deneuve, en "belle de nuit" dix ans après le film de Luis Bunel.

 

En savoir plus :

Le site officiel de la Réunion des Musées Nationaux

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation de la Réunion des Musées Nationaux


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=