Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'impétueux
Catherine Nay  (Editions Grasset)  mars 2012

Après "Un pouvoir nommé désir", paru en 2007, qui dressait la biographie autorisée de Nicolas Sarkozy à l'aube de sa mandature à la tête de l'Etat français, et qui révélait son empathie critique à l'égard du nouveau Président, Catherine Nay publie en 2012 "L'impétueux".

Sous la forme du roman d'un Président et de la chronique d'un quinquennat placé sous l'égide de "Tourments, tourmentes, crises et tempêtes", le pavé lourd de près de 700 pages, se présente essentiellement comme un plaidoyer et une ode au Président-candidat qui brigue un second mandat alors que ni le bilan du quinquennat ni sa côte de popularité ne militent en faveur de sa réélection.

Entrée en journalisme en 1968 et formée à l'école de l'Express sous l'ère Françoise Giroud, aujourd'hui éditorialiste à Europe 1, Catherine Nay dispose donc non seulement d'un thésaurus considérable et de première main sur la vie politique française depuis 40 ans mais également d'une plume intelligente et efficace.

Manifestement séduite par la personnalité de Nicolas Sarkozy ("le nouveau Président est un conquistador doté d'une force de conviction hors du commun, plus tacticien que stratège, hypermnésique", "sa personnalité fascine autant qu'elle indispose, mais elle captive toujours sans lasser. Car il crée sans cesse l'événement convoque ses opposants sur son terrain, a toujours sur eux deux temps d'avance"), elle est dithyrambique même si elle le peint comme un colosse aux pieds d'argile dont le point faible est la fragilité émotionnelle. Sans doute apprécie-t-elle les hommes de pouvoir qui peuvent être sous "influence" féminine.

Car, comme le chantait France Gall, notre président de la République est un homme qui a besoin d'amour. Et là réside l'articulation de son argumentaire partisan : faire l'amalgame entre l'homme et le Président de la République, l'intime et la fonction, usant de la faiblesse alléguée du premier pour dédouaner les faill(it)es du second.

Ne pouvant pas nier les erreurs et échecs intervenus au cours du quinquennat, elle use d'une stratégie délicate à manier, la victimisation, et une victimisation tous azimuts - si Nicolas Sarkozy a failli c'est qu'il est victime de sa vie privée, des institutions et de l'incompétence de ceux qui l'entourent - dont les armes sont les excuses absolutoires et/ou atténuantes.

S'agissant du début calamiteux du quinquennat, elle invoque une excuse absolutoire, et, au cas où celle-ci n'emporterait pas totalement la conviction, une excuse atténuante personnelle.

Nicolas Sarkozy n'est pas le responsable mais la victime de tous les couacs du début du quinquennat qui sont le fait délibéré de celle qui était encore son épouse, la méchante et cyclothymique Cécilia, qui l'a laissé dans un état catastrophique : "sentimentalement à la dérive, meurtri par un divorce et humilié", écrit-elle, "le vainqueur du 6 mai est un vaincu de l'amour".

Catherine Nay ne cache pas son hostilité envers Cécilia, "femme qui avait toujours vécu avec la carte de crédit de ses maris", qui, non seulement, a séduit, trompé et abandonné son mari mais a "fait le vide autour d'eux, le mâle dominant validant toutes les fatwas de la part non négociable de moi-même ainsi qu'il l'avait qualifiée jadis".

Ainsi est-elle la seule responsable des deux erreurs originelles du quinquennat, la réception privée du Fouquet et la croisière de luxe à Malte. Ensuite, elle l'a manipulé pour montrer sa puissance face à son amant refroidi ("une femme n'est puissante que par le degré de malheur dont elle peut punir son mari"). Enfin, elle serait à l'origine de la campagne de dénigrement de Carla ("celle qui a refusé d'être reine, mais qui enrage d'être si vite remplacée, règle ses comptes avec son ex. L'amour comme la guerre est la continuation de la politique par d'autres moyens").

Ensuite, autant la plume de Catherine Nay est intraitablement à charge envers Cécilia autant elle est élogieuse quand il s'agit de celle qui allait devenir la nouvelle Madame Sarkozy.

Bien que précédée d'une réputation de "croqueuse d'hommes", Carla Bruni n'est pas une allumée du réchaud mais une "femme de conquêtes" et "une des 20 mannequins les plus riches et les plus glamour, une artiste internationale, parolière inspirée au vocabulaire subtil, elle est douée, son timbre a une tessiture feutrée, rauque, sensuelle, un miaulement dans du papier de soie".

A 40 ans, Carla Bruni, qui déclarait être monogame de temps en temps, mais préférer la polygamie et la polyandrie, "hard-croqueuse de célébrités dont la moitié figure au Rock and Roll Hall of Fame et l’autre dans les vitrines des librairies de Saint-Germain-des-prés", comme l'écrit Christophe Conte dans sa version satirique du quinquennat intitulée "Bling", songe à s'établir.

Cela étant, femme oblige, Catherine Nay n'est pas totalement dupe de la dame qui "sait à merveille jouer les ingénues officielles" et pour qui "séduire après moult célébrités un président connu du monde entier est un beau challenge".

Et pour décrocher, comme elle l'écrit, le pompon du manège, c'est le mariage sinon rien. Pas question de jouer les back-street comme Anne Pingeot. Pour devenir la première dame de France, Carla Bruni ne mégotera pas : elle apporte en dot la moitié de sa fortune, estimée en 2008 à plus de 18 millions d'euros. Des charmes qui agiront positivement sur le Président.

Et Catherine Nay n'est pas totalement dupe non plus de ce coup de foudre aussi providentiel pour Carla Bruni que Nicolas Sarkozy qui, bien que KO, veut "une revanche - et vite - pour effacer l'affront". Et il battra de vitesse Cécilia qui se remarie en mars 2008 en épousant en février 2008, une femme plus riche en euros et moins riche de dix années.

Avec toutes ses qualités, Carla Bruni a réussi à apaiser le Président qui désormais mène une vie rangée de fonctionnaire : boulot ("président le plus travailleur de la 5ème république post-gaulliste"), un DVD avec bobonne, une tisane et au lit.

Mais, après le feuilleton digne de la série télévisée "Les feux de l'amour" sous lequel sont placées les années 2007 et 2008, quid des couacs des années subséquentes ? Et bien Catherine Nay n'est pas en peine : nouvelles excuses atténuantes qui tiendraient aux institutions et aux hommes qui entourent le Président.

Catherine Nay quitte alors la sphère privée au profit de la sphère politique pour dresser une chronique objective et circonstanciée des grands moments du quinquennat pour lequel "les déceptions au plan intérieur sont compensées par l'éclat du sarkozysme international" et trouve des élans saint-simoniens pour évoquer le panier de crabes qu'est le microcosme politique.

Faut-il se remémorer tous ses événements et pseudo-événements qui ont fait la une des journaux, le Mouammar show, le feuilleton Bettencourt et la libération d'Ingrid Betancourt, le bouclier fiscal ("la petite sardine qui a bouché le port") qui bénéficie surtout aux fortunes acquises qui ne sont pas investies dans des entreprises qui font marcher l'économie, la Bérézina des municipales et des cantonales de mars 2008, la présidence européenne, la raclée des régionales de 2010, le bras de fer de la réforme des retraites...

Et la dette impossible à réduire tant la fuite des dépenses s'amplifie et Catherine Nay donne des chiffres peu souvent affichés (l'exonération des charges patronales et salariales pour les marins-pêcheurs : 21 millions d'euros par trimestre, baisse de la TVA pour les restaurateurs : 3 milliards d'euros...). Et l'aveu d'impuissance du Premier Ministre quant au comblement de la dette ("Nous n'avons pas le choix. Ne rien faire nous coûterait bien plus cher et nos finances publiques s'en trouveraient ruinées par l'effondrement des recettes fiscales et l'explosion des dépenses induites par la montée rapide du chômage").

Ne reste plus qu'à aller voter ! Et Catherine Nay incite à réélire Nicolas Sarkozy : "le candidat président qui a le don de capter la lumière et d'affadir les autres acteurs de la vie politique", "un personnage hors du commun face à Hollande qui se définit comme un homme normal".

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=