Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le misanthrope
Ateliers Berthier  (Paris)  mars 2012

Comédie dramatique de Molière, mise en scène de Ivo van Hove, avec Lea Draeger, Lars Eidinger, Franz Hartwig, Corinna Kirchhoff, Judith Rosmair, David Ruland, Sebastian Schwarz et Nico Selbach.

Dans le cadre du Tandem Paris-Berlin, après "La Dame aux camélias" de Frank Castorf et "Die sonne" mis en scène par Olivier Py, le Théâtre National de l'Odéon accueille une autre création du Théâtre de la Schaubühne, "Le misanthrope" de Molière dans une version décapante du metteur en scène belge Ivo van Hove.

Décapante car ce dernier, dans une contextualisation à l'acuité tout aussi pertinente que réussie, et bien que s'inscrivant dans la veine de la fidélité au texte original avec la traduction de Hans Weigel, amplifie le réalisme caractérologique les deux personnages principaux que sont l'atrabilaire amoureux Alceste et la coquette et mondaine Célimène, donne à la comédie des accents de drame et lui assigne un dénouement singulier.

La mise en scène de Ivo van Hove est articulée autour des deux éléments essentiels de la pièce, qui se révèlent résolument intemporels, les ravages de la passion amoureuse et la vacuité sociétale.

Plaçant le couple Alceste-Célimène sous l'emprise d'un érotisme torride, il fait de cette comédie la tragédie de l'amour réciproque et consommé, profond et sexuel, qui dépasse la raison entre deux êtres que tout oppose, obscurcissant celle du premier, égocentrique et politiquement nihiliste, arrivé au stade de la fureur dévastatrice tant par une jalousie violente que par une exigence de sincérité absolue dynamiterait toute société.

L'intrigue, qui navigue impertubablement vers la scène de ménage du quatrième acte qui, brisant le quatrième mur, va essaimer dans la salle pour se poursuivre sur le boulevard Berthier laissant ebaubis les passants, se développe dans le microcosme du "beautiful people" du 21ème siècle, des trentenaires bobos branchés et oisifs, narcissiques mais ultracommunicants, pitonnés à leur téléphone portable et autres gadgets numériques, et le décor incontournable d'un white-loft minimaliste conçu par Jan Versweyveld.

La proposition de Ivo von Hove, qui sait également user des ficelles du spectacle, puise dans un thésaurus devenu récurrent sur scène, notamment l'omniprésence de la vidéo, qui pourra chagriner d'aucuns quant à la valeur ajoutée d'images en aplat même si elle trouve une légitimation pour évoquer la société du paraître et un monde saturé d'images.

Ainsi en est-il du bordel sur scène (la scène explosive et trash de l'apéritif dinatoire dans laquelle le misanthrope se livre à une performance de body art alimentaire pour dénoncer la malbouffe, puis la scène jonchée de détritus symbole d'une société contemporaine réduite à sa plus triviale expression) et des scènes hors champ dont les images sont projetées sur une fenêtre-écran du décor chers à Frank Castorf.

De même pour les gros plans psychologisants des visages projetés en quasi permanence sur ladite fenêtre filmés non pas selon la pratique habituelle de la caméra au poing de Krzysztof Warlikowski mais à travers les parois latérales miroir du décor.

Cela étant sur le fond, l'interprétation est imparable et de grande qualité, l'appareillage hf, impeccablement réglé pour éviter que le son ne vienne des cintres, qui évite aux comédiens de forcer la voix, permettant un jeu très fluide sur le vrai ton de la conversation brisant le piège de la mélopée de l'alexandrin.

Lars Eidenger, comédien puissant et charnel, est magistral dans une déclinaison exacerbée du personnage-titre, toute en humeurs pulsionnelles irraisonnées, parfois bestiales, désespéré et victime d'une folie dévastatrice et autodestructrice, le poussant aussi bien à vouloir étrangler la femme qu'il aime qu'à tenter le suicide, et qui éructe les paroles d'une chanson de Billy Joel ("Honesty") face à une société de l'imposture.

Judith Rosmair, dont le physique gracile évoque parfaitement le stéréotype de la jeune femme urbaine contemporaine, donne à Célimène, en perpétuelle représentation et qui aime joeur avec le feu et veut concilier son goût pour la frivolité et le badinage amoureux avec les exigences de la passion pour un homme hors du commun, sauvage et possessif, une présence sensuelle fascinante et une densité émotionnelle inattendue.

Un autre couple appelle l'attention : le couple en symétrie,dans le comportement raisonnable du juste milieu pour composer, non sans réticences douloureuses, avec les exigences de la vie en société, très subtilement interprété par Jenny König et Sebastian Schwarz.

Autour d'eux, David Roland, Franz Hartwig et Nico Selbach campent efficacement les petits marquis et Corinna Kirchhoff est impériale dans le rôle de la perfide Arsinoé.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=