Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ghinzu
Blow  (Atmosphériques)  août 2004

Très souvent, la première approche d'un nouveau groupe intervient par l'écoute d'un album. Démarche inverse pour Ghinzu dont l'album Blow avait fait l'objet d'une unique écoute, dans l'urgence de surcroît, la veille de leur show case à la Boule Noire.

Pour la pochette, un artwork à l'image de leur univers musical et de leur positionnement par rapport à la prestation scénique : des têtes de chevaux cabrés dont on ne sait s'il s'agit d'une lutte ou d'une parade amoureuse.

Et, en pages intérieures, la photo de cinq jeunes gens aux visages masqués, la tête, emperruquée à l'afro, baissée , bière à la main, dont quatre en costume noir chemise blanche et le cinquième en vêtement noir avec dragons, pompes pas ad hoc, et des remerciements tous azimuts même pour les oubliés ("And all the motherfuckers we got who believe in us and trust the power of the dragon").

Blow est le second album de ce groupe belge formé en 1999, que l’on dit dans la mouvance de dEUS, comme on le dit de tous les groupes belges à défaut d’autres références nationales pertinentes dans ce regsitre, qui se révèle être essentiellement un groupe hype, entre rock noisy et speed pop, se jouant de la rock'n roll attitude garage pour opter pour une insolente variante dandy branché, sex, love and coke, mais chic et cher en jumbo jet ou au Ritz, après le golf et les week ends à Dinard.

"Blow", morceau d'ouverture qui donne son titre à l'album, annonce la couleur et contient tous les ingrédients caractéristiques de Ghinzu : les modulations de la voix sexy et maniérée de John David Israel Descamps alias John Stargasm, le bien nommé, le prégnant pianoforte, les ruptures de rythmes avec un goût pour les distorsions et un texte très branché : (High speed /Defcon/Mental/Gang bang/Black out/You're not dragster man).

Il est suivi par le tubesque "Do you read me ?" chantant l'homme objet ("So I'm just lying on the floor/Eating some coke and silicon /And hope only for the day/We'll be back at one") qui flirte avec la poudre blanche comme l'amour dans les nuages avec "Jet sex" ("Here is the time for us to know a secret sky for us to go, you've never been before, oh no/A jumbo jet, just you and me, no parachute, it's pilot free/I'll never let you fall/Above the clouds, above them all, we draw the lines with smoke and coke").

Rock rime aussi avec sexe, le sexe omniprésent du tonitruant et récurrent "I make you love untill you faint" ou le sexe dans les draps de soie des palaces avec "High voltage queen (the reign of)" avec une scansion à la Fun Lovin Criminals ("I was checking out the Ritz hotel, in the middle of a Paris afternoon/My baby nude, my baby sweet, my baby got a perfect ass/Electric lips on endless legs, chaotic fury on breathless heels/My baby goddess is the reign of high voltage queens").

Et l'amour dans tout ça? Et bien, on le trouve aussi bien dans la classique ballade pop de "Sweet Love", sur une voix chaude et rauque qui laisse augurer du feu sous la glace que dans "The dragster-wave" ("And the sun is going over me/Over your sex steam battle face/Over minibars and golgot eyes/Your triple 6 carat ass")

L'album se côt avec "Sea-side friends" sur le nombrilisme des petits gosses friqués ("Imagining the world/In orbit around their asses/Yes my friend and I/Are debating about art, golf, porn and cars").

Rien de nouveau direz-vous? Non, bien sûr mais le rock reste le rock et Ghinzu pourrait bien faire parler de lui !

 

"On aime péter plus haut que notre cul en production et on veut que ça s'entende. On aime bien cette idée d'essayer de faire à chaque fois un peu plus pour arriver à être soi-même." Ghinzu

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Electronic jacuzzi de Ghinzu
La chronique de l'album Mirror Mirror de Ghinzu
Ghinzu en concert à La Boule Noire (13 septembre 2004)
Ghinzu en concert au Normandy (3 novembre 2004)
Ghinzu en concert à l'Elysée Montmartre (1er février 2005)
Ghinzu en concert à l'Antipode (1er avril 2005)
Ghinzu en concert au Festival Garorock 2005 (samedi)
Ghinzu en concert à l'Olympia (13 juin 2005)
Ghinzu en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005 (samedi)
Ghinzu en concert au Festival Solidays 2005 (vendredi)
Ghinzu en concert au Fil (8 avril 2009)
Ghinzu en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Ghinzu en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Ghinzu en concert au Festival Art Rock 2010
Ghinzu en concert au Festival de Beauregard #8 (édition 2016) - vendredi 1er juillet
Ghinzu en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Dimanche 28 août
L'interview de Ghinzu (24 mars 2009)

En savoir plus

www.ghinzu.com


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 17 novembre 2019 : 4 ans déjà

13 novembre 2015. inoubliable nuit de terreur dont on commémorait les 4 ans cette semaine. Un 13 novembre 2019 avec plein de concerts à Paris et un pincement au coeur pour beaucoup d'entre nous. Mais la vie continue, et elle doit continuer d'être culturelle et festive.

Du côté de la musique :

"L'année du loup" de Alma Forrer
"Lucarne" de Cassagrande
"Air India" de David Sztanke
"Immanent fire" de Emily Jane White
"Bach, Liszt, Wido : Organ works at La Madeleine" de Jae Hyuck Cho
"What's in it for me ?" le Mix numéro 4 de Listen In Bed
"Femme idéale" de Ludiane Pivoine
et toujours :
"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"On s'en va" au Théâtre national de Chaillotl
"Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre - L'Affaire de la rue de Lourcine" au Théâtre de la Tempête
"Pièce" au Théâtre des Abbesses
"La Vie est belle" au Théâtre 13/Jardin
"Adieu Ferdinand ! Le Casino de Namur II" au Théâtre du Rond-Point
"Adieu Ferdinand ! - La Baleine et le Camp naturiste" au Théâtre du Rond-Point
"Bartleby" au Théâtre Essaion
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereau - aaAhh Bibi" au Théâtre Le Lucernaire
"Pour ceux qui parlent tout seuls" au Théâtre Darius Milhaud
des reprises :
"Berlin 33" au Théâtre L'Atalante
"La Magie lente" au Théâtre de la Reine Blanche
"Je ne me souviens pas" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec :

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"L'affaire Lord Spenser" de Flynn Berry
"La curée d'après le roman d'Emile Zola" de Cédric Simon & Eric Stainer
"Les faire taire" de Ronan Farrow
"Mondes en guerre tome 2, l'âge classique" de Hervé Drévillon
"Résistante" de Jacqueline Fleury Marié
"Une histoire de France tome 1, La dalle rouge" de Michel Onfray, Thomas Kotlarek & JEF
et toujours :
"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=