Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Deux soeurs
Dominique Bona  (Editions Grasset)  mars 2012

Le sentiment de plénitude heureuse et insouciante qui émane des deux jeunes filles au piano, l'une, jouant, vêtue de blanc, l'autre de rouge, peintes par Auguste Renoir, tableau emblématique du peintre et universellement connu, notamment de manière très prosaïque comme illustration des boites chocolats de Noël, a suscité l'émotion et piqué la curiosité chez la romancière Dominique Bona.

Elle a voulu lever l'anonymat des personnages dont les noms donnaient son titre au tableau, "Yvonne et Christine Lerolle au piano", figurant dans la collection Walter-Guillaume exposée au Musée de l'Orangerie, qui immortalise un moment de grâce de l'an 1897.

Une curiosité pas vraiment fortuite, Dominique Bona étant particulièrement versée sur la biographie de femmes artistes, qui l'a amené à dévider la pelote de leur vie, celles de femmes qui n'étaient pas des modèles professionnels mais deux soeurs issues de la bourgeoisie aisée, cultivée et artiste du 19ème siècle.

Leur naissance, au sein de la famille du peintre Henri Lerolle, et leur destin, avec leur mariage avec deux fils du peintre Henri Rouart, a conduit Dominique Bona à étendre son champ d'investigation d'une oeuvre au monde des arts et lettres, de deux soeurs à deux familles et de deux familles à l'histoire de l'art, de la fin du 19ème siècle à la première guerre mondiale.

Elle livre ainsi avec "Deux soeurs", sous-titré "Yvonne et Christine Rouart - Les muses de l'Impressionnisme", non seulement la biographie romancée des deux soeurs mais également, à travers la saga de deux familles, l'histoire d'une époque disparue qui se lit d'une traite comme un roman à suspense.

"Les soeurs Lerolle ont reçu le bonheur en cadeau dans leur berceau". Elles sont jeunes, jolies, intelligentes et cultivées. Tous les dons donnés en partage. Elles naissent certes avec une cuillère d'argent dans la bouche mais surtout dans une famille aimante.

Une famille idéale de la grande bourgeoisie catholique, libérale, progressiste et tolérante qui vit de ses rentes, cultive les arts, en les pratiquant, leur mère Madeleine Escudier est une musicienne accomplie, leur père, Henry Lerolle, un des peintres officiels de son époque, surnommé "peintre au café au lait" pour ses grisailles, et en les soutenant comme mécène mais surtout comme collectionneur par goût, sans esprit de spéculation, et tient salon dans son hôtel particulier du 7ème arrondissement, un salon ouvert au monde des arts et lettres fréquentés par des amis et invités portant des noms célèbres ou qui allaient le devenir, peintres, musiciens et écrivains, qui allaient marquer leur époque.

Il ne leur manque que l'amour. Sortant peu, elles auraient pu nouer de romantiques idylles avec les jeunes artistes qui fréquentaient la demeure familiale mais elles vont connaître le sort commun des jeunes filles de leur classe, celui de l'alliance bourgeoise.

Et ce, non du fait patent de leurs parents, mais d'un tiers, le peintre Edgar Degas, grand ami de la famille, "impénitent célibataire mais infatigable marieur pour les autres" comme le toise Dominique Bona, qui, "atteint d'une fièvre matrimoniale", va concocter une double alliance avec la famille Rouart dont le père, Henri Rouart, son ami depuis leurs études au Lycée Louis-le-Grand, riche industriel devenu un peintre reconnu membre - et mécène - du groupe des impressionnistes et également un collectionneur passionné et l'un des plus avisés de son temps, l'est également de Henry Lerolle.

L'alliance entre deux familles partageant les mêmes valeurs paraît naturelle et de bon augure. Seulement, dans la famille Rouart "d'un catholicisme farouche et d'un nationalisme exacerbé", qui se présente comme l'opposé de celle des Lerolle, les fils Rouart, orphelins de mère élevés dans une atmosphère austère sous l'égide d'un père à la personnalité écrasante et flamboyante, qui n'ont pas été des enfants heureux sont de "grands fragiles qui ont peur de leurs ombres", "des natures complexes et bouillonnantes" et des caractères ombrageux.

Yvonne, "douce et soumise", est mariée à Eugène, "l'immoraliste", ami de André Gide, "né sous le signe des contradictions et du divorce intérieur", "sollicité par des vocations plurielles mais finissant par n'exceller dans aucune". Christine, "primesautière et pétillante de malice", est d'abord flattée d'épouser Louis qui a la réputation d'un homme à femmes, mais qui est également "l'imprécateur" cultivant la polémique et "chercheur de querelles".

Un an après la réalisation du tableau de Renoir, les deux soeurs sont séparées non seulement par le mariage mais par la distance, l'une à Paris, l'autre en province. Leur dialogue se poursuit par voie épistolaire mais leur correspondance fait défaut : celle de Christine sera détruite par ses enfants, celle d'Yvonne dispersée ou perdue.

Dominique Bona raconte avec beaucoup d'émotion leur destin brisé, ces "reflets du bonheur perdu", et l'inclut dans une véritable saga familiale qui se lit d'une traite, comme un roman, et qui est également enrichi de développements et anecdotes relatifs à tous les artistes qui ont gravité dans le Paris cultivé d'un 19ème siècle qui a disparu dans le sillage de la première guerre mondiale.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 novembre 2018 : Pas de frein pour consommer la culture

Si certains estiment que l'on consomme toujours trop et toujours plus, il n'en est pas de même pour la culture. Jamais assez de livres, de musiques, de films... Voici de quoi découvrir cette semaine encore avec notre petite sélection hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Amir" de Tamino
"We are not merchandise" de Jean Michel Jarret
"Action" de Inuit
"Vanités" de Liz Van Deuq
"Longue distance" de Miegeville
My Baby et Electro Deluxe dans une sélection de EP
et toujours :
Rencontre avec Olivier Brion, complétée par une session 5 titres
"Au dessus" de Au Dessus
"Terrain à mire. Une maison rétive. Contrainte par le toit" de Bégayer
"Rojo vivo" de Borja Flames
"Alaska" de Eryk.E
"Envol" de Joulik
"La boîte de pandore" de Karin Clercq
"Pur sang EP" de Pur Sang
"Grazyna Bacewicz : The Two Piano Quintets - Quartet for four violins - Quartet for four cellos" de Silesian Quartet and Friends
"Songs for a city" de Victoire Oberkampf

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Iinflammation du verbe vivre" au Théâtre de la Colline
"Dans le pays d'hiver" à la MC93 à Bobigny
"L'Arche" au Théâtre 13/Seine
"Cyrano" au Théâtre de la Tempête
"Abeilles" au Théâtre de Belleville
"Le Cabaret des Trois soeurs" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Ce qu'on attend, ce qu'on a déjà" au Lavoir Moderne Parisien
"L'Autre fille" à la Comédie de Béthune
"Mémoire de fille" à la Comédie de Béthune
"Femme(s)" au Théâtre Trévise
"J'aime Brassens" au Théâtre Trévise
les reprises :
"La Double Inconstance" au Théâtre des Béliers parisiens
"En avant sur les cendres" au Théâtre du Rond-Point
"Moi, Dian Fossey" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Viel chante Brel" au Théâtre Essaion
"Gauthier Fourcade - Liberté !" au Studio Hébertot
"La Fabrique à Kifs" au Théâtre de l'Oeuvre
"Le Cabaret extraordinaire" à la Nouvelle Eve
et la chronique des autres spectacles de novembre

Expositions avec :

"Trésors de Kyoto - Trois siècles de création Rinpa" au Musée Cernushi
"Jômon - Naissance de l'art dans le Japon préhistorique" à la Maison de la Culture du Japon

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Le départ" de Jerzy Skolimowki en version restaurée
et la chronique des autres sorties de novembre

Lecture avec :

"Au coeur de la folie" de Luca d'Andrea
"Les contes du réveil matin" de Michel Bussi
"Munkey diaries (1957-1982)" de Jane Birkin
"Où vivre" de Carole Zalberg
et toujours :
"Prisonniers de la géographie" de Tim Marshall
"Le peuple contre la démocratie" de Yascha Mounk
"Le complexe d'Hoffman" de Colas Gutman
"La croisière charnwood" de Robert Goddard
"Haute société / Frank et Billy" de Vita Sackville / Laurie Colwin

Froggeek's Delight :

"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=