Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Deux soeurs
Dominique Bona  (Editions Grasset)  mars 2012

Le sentiment de plénitude heureuse et insouciante qui émane des deux jeunes filles au piano, l'une, jouant, vêtue de blanc, l'autre de rouge, peintes par Auguste Renoir, tableau emblématique du peintre et universellement connu, notamment de manière très prosaïque comme illustration des boites chocolats de Noël, a suscité l'émotion et piqué la curiosité chez la romancière Dominique Bona.

Elle a voulu lever l'anonymat des personnages dont les noms donnaient son titre au tableau, "Yvonne et Christine Lerolle au piano", figurant dans la collection Walter-Guillaume exposée au Musée de l'Orangerie, qui immortalise un moment de grâce de l'an 1897.

Une curiosité pas vraiment fortuite, Dominique Bona étant particulièrement versée sur la biographie de femmes artistes, qui l'a amené à dévider la pelote de leur vie, celles de femmes qui n'étaient pas des modèles professionnels mais deux soeurs issues de la bourgeoisie aisée, cultivée et artiste du 19ème siècle.

Leur naissance, au sein de la famille du peintre Henri Lerolle, et leur destin, avec leur mariage avec deux fils du peintre Henri Rouart, a conduit Dominique Bona à étendre son champ d'investigation d'une oeuvre au monde des arts et lettres, de deux soeurs à deux familles et de deux familles à l'histoire de l'art, de la fin du 19ème siècle à la première guerre mondiale.

Elle livre ainsi avec "Deux soeurs", sous-titré "Yvonne et Christine Rouart - Les muses de l'Impressionnisme", non seulement la biographie romancée des deux soeurs mais également, à travers la saga de deux familles, l'histoire d'une époque disparue qui se lit d'une traite comme un roman à suspense.

"Les soeurs Lerolle ont reçu le bonheur en cadeau dans leur berceau". Elles sont jeunes, jolies, intelligentes et cultivées. Tous les dons donnés en partage. Elles naissent certes avec une cuillère d'argent dans la bouche mais surtout dans une famille aimante.

Une famille idéale de la grande bourgeoisie catholique, libérale, progressiste et tolérante qui vit de ses rentes, cultive les arts, en les pratiquant, leur mère Madeleine Escudier est une musicienne accomplie, leur père, Henry Lerolle, un des peintres officiels de son époque, surnommé "peintre au café au lait" pour ses grisailles, et en les soutenant comme mécène mais surtout comme collectionneur par goût, sans esprit de spéculation, et tient salon dans son hôtel particulier du 7ème arrondissement, un salon ouvert au monde des arts et lettres fréquentés par des amis et invités portant des noms célèbres ou qui allaient le devenir, peintres, musiciens et écrivains, qui allaient marquer leur époque.

Il ne leur manque que l'amour. Sortant peu, elles auraient pu nouer de romantiques idylles avec les jeunes artistes qui fréquentaient la demeure familiale mais elles vont connaître le sort commun des jeunes filles de leur classe, celui de l'alliance bourgeoise.

Et ce, non du fait patent de leurs parents, mais d'un tiers, le peintre Edgar Degas, grand ami de la famille, "impénitent célibataire mais infatigable marieur pour les autres" comme le toise Dominique Bona, qui, "atteint d'une fièvre matrimoniale", va concocter une double alliance avec la famille Rouart dont le père, Henri Rouart, son ami depuis leurs études au Lycée Louis-le-Grand, riche industriel devenu un peintre reconnu membre - et mécène - du groupe des impressionnistes et également un collectionneur passionné et l'un des plus avisés de son temps, l'est également de Henry Lerolle.

L'alliance entre deux familles partageant les mêmes valeurs paraît naturelle et de bon augure. Seulement, dans la famille Rouart "d'un catholicisme farouche et d'un nationalisme exacerbé", qui se présente comme l'opposé de celle des Lerolle, les fils Rouart, orphelins de mère élevés dans une atmosphère austère sous l'égide d'un père à la personnalité écrasante et flamboyante, qui n'ont pas été des enfants heureux sont de "grands fragiles qui ont peur de leurs ombres", "des natures complexes et bouillonnantes" et des caractères ombrageux.

Yvonne, "douce et soumise", est mariée à Eugène, "l'immoraliste", ami de André Gide, "né sous le signe des contradictions et du divorce intérieur", "sollicité par des vocations plurielles mais finissant par n'exceller dans aucune". Christine, "primesautière et pétillante de malice", est d'abord flattée d'épouser Louis qui a la réputation d'un homme à femmes, mais qui est également "l'imprécateur" cultivant la polémique et "chercheur de querelles".

Un an après la réalisation du tableau de Renoir, les deux soeurs sont séparées non seulement par le mariage mais par la distance, l'une à Paris, l'autre en province. Leur dialogue se poursuit par voie épistolaire mais leur correspondance fait défaut : celle de Christine sera détruite par ses enfants, celle d'Yvonne dispersée ou perdue.

Dominique Bona raconte avec beaucoup d'émotion leur destin brisé, ces "reflets du bonheur perdu", et l'inclut dans une véritable saga familiale qui se lit d'une traite, comme un roman, et qui est également enrichi de développements et anecdotes relatifs à tous les artistes qui ont gravité dans le Paris cultivé d'un 19ème siècle qui a disparu dans le sillage de la première guerre mondiale.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 octobre 2020 : Le grand incendie

Plutôt que de subir ce nouveau couvre feu, faisons feu de tout bois et sortons, chacun avec nos moyens, la culture de ce marasme actuel. Voici donc le programme de la semaine sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri
et toujours :
"Glover's mistake" de Mickaël Mottet
"Chanson d'amour" de Alexandre Tharaud et Sabine Devieilhe
"Deux mezzos sinon rien" de Karine Deshayes
"Visible(s)" de La Phaze
"Seven Inch" 2eme émission de la 2eme saison de LISTEN IN BED
"Introsessions EP" de Minshai
"Faune" de Raphaël Pannier Quartet
"Shaken soda" de Shaken Soda
"Y" de The Yokel
"L'ancien soleil" de Yvan Marc

Au théâtre :

les nouveautés :
"L'Art de conserver la santé" au Théâtre de la Bastille
"Don Juan" au Théâtre national de Chaillot
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Saccage" à la Manufacture des Abbesses
"Le Dernier jour d'un condamné" au Théâtre Essaion
"Jeanne d'Arc" au Théâtr de la Contrescarpe
"Here & Now" au Centre Culturel Suisse
"Virginie Hocq ou presque" au Théâtre Tristan Bernard
"Le destin moyen d'un mec fabuleux" au Studio Hébertot
les reprises :
"La promesse de l'aube" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Swinging Poules - Chansons synchronisées" au Théâtre L'Archipel
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'art etd'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home avec :
"India Song" de Marguerite Duras
"De beaux lendemains" de Atom Egoyan
"La légende du piano sur l"océan" de Giuseppe Tornatore
"Une femme mélancolique" de Susanne Heinrich
"Atanarjuat, la légende de l'homme rapide" de Zacharias Kunuk

Lecture avec :

"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

et toujours :
"Etouffer la révolte" de Jonathan M. Metzl
"Infographie de la Rome antique" de John Scheid, Nicolas Guillerat & Milan Melocco
"L'accident de chasse" de David L. Carlson & Landis Blair
"Le voleur de plumes" de Kirk Wallace Johnson
"Mon père et ma mère" de Aharon Appelfeld
"Réparer les femmes : un combat contre la barbarie" de Denis Mukwege & Guy-Bernard Cadière
"Un coeur en sourdine" de Alexandra Pasquer

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=