Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Primus
L'Aéronef  (Lille)  samedi 31 mars 2012

Cher Les Claypool,

Après ces quelques heures partagées juste entre nous... enfin avec cette poignée de spectateurs – 2000 ? un Aéronef complet en somme, je ne peux fermer l'œil tant je suis encore agitée. Remuée par la bière, la chaleur, la sueur, la MUSIQUE, j'ai envie de vous retranscrire ma joie, mon électricité, mon engouement, mon enthousiasme, mon ivresse, mon rêve technique et bassistique enfin touché des yeux et des oreilles.Voici mes quelques mots, ma lettre que vous lirez peut-être...

Il faut d'abord que je vous dise : je vous ai rencontré il y a peu. Avant ça, je vous connaissais un poccito. Pas de quoi me vanter durant les discussions de passionnés en fait. Puis, je me suis mise à jouer de votre instrument fétiche – un son si important pour mes tympans et qui me manque tant durant les longs solos de guitare...

Et qui dit cours, dit prof, dit passion, dit maître spirituel. Le mien est fan de votre univers, sniffant vos albums sans jamais être repu. Jeune padawan, je me suis plongée dans vos morceaux et ai trouvé mon paradis dans le vôtre, regorgeant d'un jeu qui me laisse en extase.

A l'approche du concert, le premier sur Lille qui plus est, vous comprenez bien que j'étais – comme beaucoup dans la salle, sûrement – terriblement impatiente.

En entrant, l'atmosphère était plutôt calme. Vraiment complet ? Sur scène, vos énormes astronautes nous accueillaient, imperturbables. Les projecteurs s'allumèrent, un visage, observateur, apparut sur chaque bibendum, leur donnant en quelque sorte la vie. Je me rendis alors compte de la foule. L'espace de quelques secondes, je me retrouvai serrée dans une masse humaine. Une impression de sardine dans sa boîte métallique. L'image doit sûrement vous plaire monsieur Claypool, vous qui êtes amateur de pêche, vous qui avez composé des morceaux mythiques sur la question comme John The Fisherman...

Je me laissais bercer dans cette marée humaine en observant avec attention vos superbes basses. Des basses de luthier, le rêve... parfois une contrebasse. J'en oubliai presque les splendides Larry LaLonde à la guitare et Jay Lane à la batterie.

Mille questions me venaient : mais comment faites-vous pour jouer aussi vite ? Mais comment faites-vous pour construire ce jeu, si naturellement, mêlant partie rythmique et mélodie, tout en chantant ? Mais comment faites-vous pour alterner rock, progressif, jazz, funk et cette atmosphère dissonante et inconfortable en même temps ? Je savourais chaque goutte de musique : du planant "Southbound Pachyderm" au jazzy "Over The Falls"... Quand vous avez entamé "My name is mud", la foule entière s'est muée en une dangereuse vague gémissante de joie. Ça chauffait, ça pogotait ! Quand tout à coup...

- Intermède -

Trois épisodes de Popeye ! Arrêt brutal et sadique après le morceau fétiche. Comme le début d'une jouissance… musicale … tout à coup mise en suspens. Popeye ? Mais diantre pourquoi un tel choix ? Une dévotion pour les épinards ? Un faible pour Olive ? Une similitude dans la voix ? Il n'empêche, cela correspondait étonnamment à votre univers, tissé de drôles d'animaux, déjanté au plus haut point. Et finalement, pas un cri ! Pas d'impatience fortement marquée. Le public, déjanté aussi, jouait le jeu de l'interlude, criant comme des gosses aux exploits de... Popeye...

Après cette pause, vous fîtes enfin réapparition, chauffant de plus belle la salle, parfois déguisé en "pork". La référence à l'album Pork Soda ? Les morceaux de plus en plus rock s'enchaînaient. A ce stade, j'étais moins attentive au spectacle. Je me fondais dans la marée, sautant dans tous les sens. Mais j'y songe maintenant. Sur scène, malgré toute l'énergie qui se dégageait de votre concert, je vous trouvai plutôt… fatigué... Vous vous isoliez parfois au moment des solos. Étrange. Et si j'avais un regret à émettre, ce serait de ne pas avoir eu droit à une miette de rappel.

Mais rassurez-vous, la mission est accomplie, les fans sont repus et heureux. Et moi je me dis qu'un jour je finirai bien par jouer la première mesure de "Tommy The Cat".

A bientôt M. Claypool, soyez en sûr !

 

En savoir plus :
Le site officiel de Les Claypool
Le site officiel de Primus
Le Myspace de Primus

Crédits photos : Cédric Chort (Retrouvez toute la série sur Taste of Indie)


Rachel Debrincat         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 décembre 2019 : Pas de retraite pour le Père Noël

Si vous voulez piocher dans notre sélection culturelle quelques cadeaux pour noël, c'est le moment. Vous pouvez même encore commander quelques tote bags en édition limitées Froggy's Delight ici : Envoi garanti avant noel ! En attendant c'est parti pour du théâtre, des disques, des films, des expos... et même un joli casque de réalité virtuelle à mettre sous le sapin.

Du côté de la musique :

"American Utopia on Broadway" de David Byrne
"Le roi des ruines" de Andoni Iturrioz
Rencontre avec C GEM qui nous offre aussi une session avec son Red Moon Orchestra
"Street talk : Saxophone summit" de Dave Liebman, Joe Lovano et Greg Osby
"Single so over" de Kid Francescoli
"Brutal pop" de Sun
"Big bang" de Les Bons Becs
"Whosampled.com", mix numéro 6 de notre podcast Listen In Bed
"I don't know what i'm doing" de Molto Morbidi
"Aside" de My Imaginary Loves
"Hits hits hits hourra" de Marcel et son Orchestre
"Midnight colors" de Midnight Colors
Et pour finir, un petit tour aux aux 41eme Transmusicales de Rennes
et toujours :
"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Warm" au Théâtre du Rond-Point
"Les Chiens" au Théâtre La Flèche
"L'Entrée en résistance" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Pâtes à l'ail" au Théâtre La Scène Parisienne
"Comme des soeurs" au Théâtre La Scène Parisienne
"Une femme se déplace" au Théâtre des Abbesses
"La Valse d'Icare" au Théâtre Le Lucernaire
"Monsieur X" au Théâtre de l'Atelier
"Dracula, Lecture rock dans la veine de Bram Stocker" à la Maison de la Poésie
"Les Wriggles - Complètement Red" au Palace
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de la Tempête
"Camille contre Claudel" au Théâtre Lepic
"Les Enivrés" au Théâtre de la Tempête
"Chanson Plus Bifluorée - Spécial Fêtes" au Théâtre La Bruyère
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Sculptures infinies" aux Beaux-Arts

Cinéma avec :

"The Lighthouse" de Robert Eggers
et la chronique des films sortis en décembre

Lecture avec :

"La Wehrmacht, la fin d'un mythe" de Jean Lopez
"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'Amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=