Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Primus
L'Aéronef  (Lille)  samedi 31 mars 2012

Cher Les Claypool,

Après ces quelques heures partagées juste entre nous... enfin avec cette poignée de spectateurs – 2000 ? un Aéronef complet en somme, je ne peux fermer l'œil tant je suis encore agitée. Remuée par la bière, la chaleur, la sueur, la MUSIQUE, j'ai envie de vous retranscrire ma joie, mon électricité, mon engouement, mon enthousiasme, mon ivresse, mon rêve technique et bassistique enfin touché des yeux et des oreilles.Voici mes quelques mots, ma lettre que vous lirez peut-être...

Il faut d'abord que je vous dise : je vous ai rencontré il y a peu. Avant ça, je vous connaissais un poccito. Pas de quoi me vanter durant les discussions de passionnés en fait. Puis, je me suis mise à jouer de votre instrument fétiche – un son si important pour mes tympans et qui me manque tant durant les longs solos de guitare...

Et qui dit cours, dit prof, dit passion, dit maître spirituel. Le mien est fan de votre univers, sniffant vos albums sans jamais être repu. Jeune padawan, je me suis plongée dans vos morceaux et ai trouvé mon paradis dans le vôtre, regorgeant d'un jeu qui me laisse en extase.

A l'approche du concert, le premier sur Lille qui plus est, vous comprenez bien que j'étais – comme beaucoup dans la salle, sûrement – terriblement impatiente.

En entrant, l'atmosphère était plutôt calme. Vraiment complet ? Sur scène, vos énormes astronautes nous accueillaient, imperturbables. Les projecteurs s'allumèrent, un visage, observateur, apparut sur chaque bibendum, leur donnant en quelque sorte la vie. Je me rendis alors compte de la foule. L'espace de quelques secondes, je me retrouvai serrée dans une masse humaine. Une impression de sardine dans sa boîte métallique. L'image doit sûrement vous plaire monsieur Claypool, vous qui êtes amateur de pêche, vous qui avez composé des morceaux mythiques sur la question comme John The Fisherman...

Je me laissais bercer dans cette marée humaine en observant avec attention vos superbes basses. Des basses de luthier, le rêve... parfois une contrebasse. J'en oubliai presque les splendides Larry LaLonde à la guitare et Jay Lane à la batterie.

Mille questions me venaient : mais comment faites-vous pour jouer aussi vite ? Mais comment faites-vous pour construire ce jeu, si naturellement, mêlant partie rythmique et mélodie, tout en chantant ? Mais comment faites-vous pour alterner rock, progressif, jazz, funk et cette atmosphère dissonante et inconfortable en même temps ? Je savourais chaque goutte de musique : du planant "Southbound Pachyderm" au jazzy "Over The Falls"... Quand vous avez entamé "My name is mud", la foule entière s'est muée en une dangereuse vague gémissante de joie. Ça chauffait, ça pogotait ! Quand tout à coup...

- Intermède -

Trois épisodes de Popeye ! Arrêt brutal et sadique après le morceau fétiche. Comme le début d'une jouissance… musicale … tout à coup mise en suspens. Popeye ? Mais diantre pourquoi un tel choix ? Une dévotion pour les épinards ? Un faible pour Olive ? Une similitude dans la voix ? Il n'empêche, cela correspondait étonnamment à votre univers, tissé de drôles d'animaux, déjanté au plus haut point. Et finalement, pas un cri ! Pas d'impatience fortement marquée. Le public, déjanté aussi, jouait le jeu de l'interlude, criant comme des gosses aux exploits de... Popeye...

Après cette pause, vous fîtes enfin réapparition, chauffant de plus belle la salle, parfois déguisé en "pork". La référence à l'album Pork Soda ? Les morceaux de plus en plus rock s'enchaînaient. A ce stade, j'étais moins attentive au spectacle. Je me fondais dans la marée, sautant dans tous les sens. Mais j'y songe maintenant. Sur scène, malgré toute l'énergie qui se dégageait de votre concert, je vous trouvai plutôt… fatigué... Vous vous isoliez parfois au moment des solos. Étrange. Et si j'avais un regret à émettre, ce serait de ne pas avoir eu droit à une miette de rappel.

Mais rassurez-vous, la mission est accomplie, les fans sont repus et heureux. Et moi je me dis qu'un jour je finirai bien par jouer la première mesure de "Tommy The Cat".

A bientôt M. Claypool, soyez en sûr !

 

En savoir plus :
Le site officiel de Les Claypool
Le site officiel de Primus
Le Myspace de Primus

Crédits photos : Cédric Chort (Retrouvez toute la série sur Taste of Indie)


Rachel Debrincat         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=