Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Interpol
Interview avec Carlos D.  (Labels)  septembre 2004

A l'occasion de la sortie de leur deuxième album et à la veille de leur Black Session à la Boule Noire, Carlos du groupe en pleine essor Interpol a bien voulu nous accorder une interview

Il s’est passé 3 ans depuis la sortie de « Turn On The Bright Lights ». Qu’avez-vous donc fait pendant ce temps ?

Carlos : Nous avons principalement tourné, tourné, tourné et encore tourné. Ensuite nous avons pris quatre mois pour répéter et écrire. Puis trois mois pour enregistrer.

Vous avez enregistré où ?

Carlos : Dans un studio du Connecticut, avec Peter Kedis, qui avait déjà travaillé avec nous sur l’album précédent.

Vous avez donné votre premier concert lors de la route du rock en 2001. Vous étiez totalement inconnus et au bout du compte vous étiez la révélation du festival. Vous semblez avoir un rapport privilégié avec la France.

Carlos : Oui, c’est vrai que nous sommes flattés et contents de l’accueil que nous a réservé le public français. Je pense que notre style musical avait de quoi intéresser les gens ici en France. Mais bon une fois que nous avons "explosé" les choses se sont stabilisées. Le succès était le même dans beaucoup de pays. Mais ce que nous aimons avec le public français, c’est qu’il se fait son opinion par lui-même, il écoute la musique et apprécie. Si tu prends l’Angleterre, c’est différent : les gens se fient au NME, à Q . Ils se forgent leurs goûts uniquement à la lecture de ces publications et font principalement confiance aux journalistes.

Votre nouvel album sonne plus abouti, plus immédiat. Es tu d’accord avec cela ?

Carlos : Oui et non. Certaines personnes me disent qu’ils ont du mal à rentrer dans ce nouvel album. Il faut du temps pour s’approprier certains morceaux, accéder à leur sens réel. En ce qui concerne le côté immédiat, je suis d’accord : sur deux ou trois morceaux (ndlr : dont l’impeccable Evil) nous nous rapprochons du format pop. Ces morceaux sont de bons singles potentiels. Nous essayons de faire des chansons qui durent environ trois minutes, donc au bout du compte on se rapproche tout le temps du format pop. Maintenant il ne s’agit pas de quelque chose de conscient, du moins nous évitons de faire les choses de manière trop consciente. Il y une volonté de faire les choses de manière concise, même si il y a un morceau un peu moins pop : "Not Even in jail". Il s’agit d’un bon contrepoint dans l’album.

Dans quel état d’esprit êtes-vous entrés en studio ? Vos compositions sont toujours un peu teintées de mélancolies. Est-ce conscient ?


Carlos : En fait je pense que notre musique est très cinématographique. Notre approchons nos morceaux comme si nous écrivions une bande originale. Les BO sont souvent mélancoliques, donc par la force des choses notre musique l’est. En ce qui me concerne, j’aimerais beaucoup composer une bande originale, c’est une de mes ambitions, un de mes projets.

On te l’ a proposé ?

Carlos : Non pas vraiment, mais quand je regarde un film, je suis vraiment attaché à la bande originale, à la mise en son des images. Je suis très fan d’ Angelo Badalamenti. Mais je pense que le groupe devrait se lancer dans la composition d’une B.O. Cela serait bien de partir de quelque chose d’imposé et de composer à partir d’images, un peu comme Air sur Virgin Suicides. C’est une grosse influence. Je parlais de Badalamenti et de son travail sur Twin Peaks avec David Lynch, mais il y a aussi la musique de ce groupe progressif allemand Popol Vuh qui a travaillé sur les films de Werner Herzog. Bref, c’est un univers à explorer.

On a beaucoup parlé des influences de Joy Division ou encore des Smiths à votre sujet. N’est-ce pas difficile de se libérer du carcan des influences et de s’imposer comme un groupe à part entière ?

Carlos : Associer un groupe à tel ou tel autre est normal voire utile pour les gens. Tu conseilleras plus facilement Interpol à un fan de Joy Division qu’à un fan de Motley Crue… Mais bon il arrive un moment ou ces références constantes nous ennuient. Le problème est que certaines personnes ne vont pas chercher plus loin et ils ne comprennent pas ce que le groupe veut réellement faire passer. Ils restent à la surface. Le deuxième album va nous permettre de lever le poids de ces influences. Notre musique est plus profonde, elle est composée de couches diverses et complexes…

Suite au succès rapide qui a suivi la sortie de "Turn on the bright lights" ,ne sentez vous pas une certaine pression ?

Carlos : Je ne pense pas que notre succès ait été si rapide que cela. Les choses ont mis du temps à se mettre en place. Notre première tournée américaine, nous l’avons faite en van, ensuite nous sommes passés au stade supérieur, et nous avions un tour bus. Quand les gens ont commencé à s’intéresser à nous cela faisait un an que nous tournions sans relâche. Au Etats-Unis, nos ventes étaient constantes, il n’y a pas eu de "razzia" sur les disques d’Interpol à un moment donné. Là nous sommes confiants, on ne se met pas de pression particulière.

Comment vous sentez-vous dans la scène new yorkaise ? Avez-vous des affinités avec des groupes ? Avec la scène des Liars, TV On The Radio, Yeah Yeah Yeahs ?

Carlos : Nous sommes de Manhattan. Tv On The Radio et les Liars viennent de Brooklyn. Je crois que les gens essaient de créer des connections entre tous les groupes de New York. Mais il n’y en a pas forcément.

Quel est le programme pour les prochains mois ?

Carlos : Là nous sommes en promo à Paris. Ensuite Amsterdam. Nous revenons en France en Novembre avec Bloc Party.

Pouvez revenir sur le titre "Antics".

Carlos : En fait les français pensent que antics veut dire "antiquités" mais ce n’est pas la traduction d’Antics. En anglais, il s’agit de facéties, de faire des blagues ou de faire le guignol. C’est un beau contre-pied. C’est un titre humble qui ne se prend pas au sérieux…


 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Black EP de Interpol
La chronique de l'album Antics de Interpol
La chronique de l'album Our love to admire de Interpol
La chronique de l'album eponyme de Interpol
La chronique de l'album The Maccabees - Cardiknox - Ben Howard - Mini Mansions - Stereophonics - Glass Animal - Inte de Festival Rock en Seine 2015 - Samedi 29 août
La chronique de l'album Marauder de Interpol
Interpol en concert à l'Elysée Montmartre (21 mars 2003)
Interpol en concert à The Electric Factory (7 novembre 2004)
Interpol en concert à l'Elysée Montmartre (19 novembre 2004)
Interpol en concert au Festival Summercase 2008 (vendredi)
Interpol en concert à L'Aéronef (mardi 21 septembre 2010)
Interpol en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du samedi
Interpol en concert au Festival Rock en Seine 2011 (samedi 27 août 2011)
Interpol en concert au Festival La Route du Rock #27 (édition 2017)
Interpol en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019)
Interpol en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #31 (édition 2019) - Vendredi 5 juillet
Interpol en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Dimanche 7 juillet
L'interview de Interpol (mai 2007)


Julien P.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=