Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Portraits de femmes - Coeur à corps
Théâtre de l'Ouest Parisien  (Boulogne-Billancourt)  mai 2012

Spectacle conçu, chorégraphie et mis en scène par Caroline Marcadé avec Dominique Valadié et Juliette Roudet accompagnées par le bassiste-compositeur Dayan Korolic.

Avec "Portraits de femmes", Caroline Mercadé, danseuse, chorégraphe, metteur en scène et professeur au CNSAD, a conçu un ambitieux projet chorégraphique conçu autour de la thématique classique de la féminité notamment dans son rapport avec le passage du temps, pour aborder comme elle l'indique "l'extrême beauté de la jeunesse, la gravité de la maturité et la soudaine légèreté de l'age vieillissant", et donc la novation du corps, et le corps des actrices pour les faire danser.

Un projet d'autant plus passionnant qu'il est articulé autour d'oeuvres picturales représentant l'éternel féminin dans tous les âges de la vie qui génèrent des rencontres, des incarnations, des divagations et des résonances entre des femmes entrées dans l'histoire de l'art par la grâce du peintre signataire et des comédiennes d'aujourd'hui par le biais tant de ressemblances physiques que de l'incarnation.

Dans le cadre du Festival Seules en scène qui se déroule au Théâtre de l'Ouest Parisien, elle présente, en création, les deux premières partitions réunies sous le titre "Coeur à corps", mettant en scène Dominique Valadié et Juliette Roudet, qui constituent deux superbes propositions.

Pour Juliette Roudet, dont la formation première, avant d'intégrer le Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique, fut celle de danseuse au Conservatoire Supérieur de danse de Paris puis au Centre national de danse contemporaine d'Angers a élaboré deux solos techniquement intenses qui libèrent de la toile projetée en fond de scène deux figures emblématiques de l'expressionnisme allemand dont elle a le visage menu mangé par des yeux immenses.

Il s'agit de "Marzella", la jeune adolescente avec un noeud blanc dans les cheveux, dont Ernst Ludwig Kirchner saisit l'érotisme ambigu qui se dégage du contraste entre le corps malingre et nu, et du visage grave lourdement maquillé avec la pose de petite fille sage, et "Mieze", la petite femme aguicheuse à peine sortie de l'adolescence qui attend la bonne fortune au café peinte par Otto Dix introduite par la chanson "Alabama Song" de Bertold Brecht et Kurt Weill.

Accompagnée par le musicien et compositeur Dayan Korolic, Juliette Roudet incarne la candeur parfois vénéneuse de la jeunesse qui se libère jusqu'à la transe sur une musique percussive aux rythmes primitifs qui, pour les cinéphiles, évoquera la danse fiévreuse de Brigitte Bardot immortalisée par Roger Vadim dans "Et Dieu créa la femme".

Avec Dominique Valadié, Caroline Marcadé propose de quitter les faubourgs populaires berlinois des années folles pour les salons feutrés de la riche bourgeoisie américaine de la fin du 19ème siècle.

Le lourd regard noir de la comédienne et sa capacité de métamorphose ont sans doute suscité l'appariement avec, d'une part, la toute jeune Cicely Alexander peinte par James Abbott McNeill Whistler dans la pose élégante de la jeune fille idéale, et, d'autre part, avec Lady Agnew of Lochnaw une des ladies beauties de John Singer Sargent.

Les deux personnages quittent tant le carcan de toile que le carcan social pour revendiquer leur liberté et la partition dansée est jalonnée d'extraits textuels qui dessinent des personnages en miroir : "Daisy Miller" de Henry James, jeune fille de bonne famille qui brave les interdits et préjugés de son milieu, une chanson, "Saturne", de Georges Brassens et le poème "Elsa-Valse" de Aragon qui exaltent la beauté de la femme dans sa maturité.

La mise en scène de Caroline Mercadé est comme toujours précise, nette et sans bavures et les deux magnifiques interprètes sont en parfaite symbiose avec le rythme poétique de ce singulier et réussi spectacle à la croisée des disciplines et des arts.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=