Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Building
Théâtre Mouffetard  (Paris)  mai 2012

Comédie de Léonore Confino, mise en scène Catherine Schaub, avec Bruno Cadillon, Léonore Confino, Olivier Faliez, Yann de Monterno et Miren Pradier.

"Building" né, comme le confie avec humour son auteur, du mal de pied inhérent à la station debout prolongée de l'hôtesse d'accueil qu'elle fut au Palais des Congrès, explore l'univers impitoyable du monde du travail.

Un univers devenu par ailleurs hautement pathogène avec le remplacement du patron bourgeois par la société capitaliste et l'émergence des techniques contemporaines de management élaborées pour satisfaire les nouveaux patrons du 20ème siècle que sont les associés-investisseurs, dont la seule finalité est le rendement financier par la distribution toujours croissante de dividendes.

Léonore Confino a écrit une roborative et pertinente tragi-comédie, aussi drôle que caustique autour du déroulement chronologique d'une journée de travail au sein d'une société prestataire de services qui a pour vocation, dans le secteur fumeux des services aux professionnels, de "conseiller les conseillers" et du vécu in situ d'une trentaine de personnages.

Structurée sous forme de tableaux comme une sketch comedy, elle est composée de dramuscules qui abordent, du jargon managérial à la souffrance au travail, tous les dysfonctionnements et dérives qui, loin de faire du travail un lieu de réalisation, voir d'épanouissement, professionnel en font un lieu d'enfermement névrotique, au travers du vécu d'une trentaine de personnages.

L'originalité de son opus tient à ce qu'il ne se cantonne pas à une une efficace satire, la réalité en ce domaine dépassant toujours la fiction, mais pousse le réalisme vers l'absurde et l'absurde vers une forme de folie ambiante qui peut faire imploser l'édifice, métaphore de l’organigramme pyramidal de la société et de la déshumanisation progressive.

Avec le décor judicieux et malin de Sophie Jacob, un mur alvéolaire qui permet de moduler les différents espaces de travail, Catherine Schaub, signe, outre une parfaite direction d'acteur, une mise en scène particulièrement roborative et jubilatoire reposant sur une hybridation réussie des genres et des registres pour ne verser ni dans l'illustration documentaire ni dans le naturalisme militant.

Scandées par l'écrasement en plein vol sur les façades vitrées du building des pigeons abusés par le reflet mortel du ciel, belle métaphore des mirages de l'homme au travail et de quelques brefs intermèdes dansés et chantés, les scènes s'enchaînent à un rythme soutenu avec une dynamique qui va crescendo, du parking à la salle de réception pour cocktail de clôture des comptes, jusqu'à l'emballement final de la machine.

Sur scène cinq officiants réussissent la performance d'incarner tous les personnages, dont certains récurrents, sans jouer les fregoli, un simple détail vestimentaire faisant office de pictogramme signifiant, pris dans une infernale spirale destructrice;

Avec une distribution de comédiens aguerris, Bruno Cadillon (épatant notamment dans les édifiants rapports du PDG à l'assemblée générale des actionnaires qui servent de prologue et d'épilogue au spectacle), Olivier Faliez, Yann de Monterno, Miren Pradier et Léonore Confino elle-même, qui excellent dans le jeu loufoque et peuvent partir en vrille au quart de tour, Catherine Schaub propose donc avec la Compagnie Les productions du sillon, naviguant de manière heureuse dans tous les registres du comique au pathétique, un excellent spectacle de théâtre vivant qui montre et interroge le société contemporaine.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=