Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jeffrey Lewis
Paris  (Paris)  8 octobre 2004

Jeffrey Lewis : le retour ! La dernière apparition en France, c’était au Nouveau Casino en février. Après une mini-tournée anglaise, le voici en Belgique, en France et en Allemagne. Pas d’interview mais une conversation informelle, bien typique du sympathique personnage.

Ca commencait par un show-case à Ground Zero, superbe nouveau disquaire indie (12 rue Crussol, métro Oberkampf). Jeff était là avec son frère Jack pour un show acoustique, visiblement plus en forme et serein qu’en février ("J’ai fait un break, peu de concerts au printemps et en été ; j’ai beaucoup dessiné").

On a eu droit à deux low-budget videos, le célèbre "Story of the Fall" et "The Story of K Records", enfin terminée. La grande nouveauté, c’était l’extraordinaire "The History of Punk on New York’s Lower East Side, 1950-1975" , conférence donnée par le Professeur Jeff, illustrée d’extraits musicaux chantés par les deux frangins ; le "Gloria" de Patti Smith, du Velvet ou les titres de David Peel et des Fugs revisités par les Lewis valent à eux seuls le déplacement. (Jeff a recemment rencontré les membres originaux des Holy Modal Rounders ("ils sont tous un peu dingues, ils ont trop pris d’acides à l’époque…").

Suivent quelques uns des titres les plus folk du repertoire ("Don’t Let The Record Label Take You Out To Lunch", "Golden City") et ils terminent par le magistral "Shoot the Head, Kill the Ghoul").

Puis, c’est le départ pour le Pop’ In, à deux rues de là ; un Pop’ In bondé : c’était LA soirée branchée du jour ; un Pop’ In enfumé et surchauffé et un concert absolument parfait. Pour les chanceux qui étaient l’an dernier à la Guinguette Pirate, c’était la même chose en mieux (si, c’est possible !), pas de cassage de cordes cette fois-ci, la plaie qui gâchait les derniers concerts ("je monte mon ampli plutôt que de taper comme un sourd !").

Jeff, déchaîné, profite du peu de hauteur de plafond pour y cogner sa guitare acoustique et générer du feed-back ; à la batterie, Dave Beauchamp alterne entre groove cool et tempo à la Marky Ramone ; enfin Jack "Lesser" Lewis, alias M. Cool, assure comme toujours (il a fait de gros progrès à la basse comme au chant).

Des tas de nouveaux morceaux qui passent du folk binaire en finger-picking aux longues explorations psychédéliques avec mini-orgue à deux balles ; des voix Jeff-Jack parfaitement en place au milieu de ce qui paraît être un véritable chaos ; des arrangements différents (ainsi le superbe "Don’t be Scared" qui ouvrait le concert en février est radicalement transfomé dans un ton à la Clash). On a même eu droit à "The last time I did Acid" ! Les titres de l’opéra-rock tant attendu sont fondus à d’autres morceaux (les Lewis aiment bien enchaîner les morceaux dans des tempo différents…).

OK, la vraie question : pourquoi les concerts du Jeff Lewis sont-ils tous aussi bien... Avec leurs trois accords, leur matos pourri, comment arrivent-ils à enflammer la salle et à laisser tout le monde sur le cul ? Originalité, culot, énergie, lyrics, charisme... talent.

Et le concert au Nouveau Casino avec Kevin Coyne, qu’en dit-il aujourd’hui avec le recul ? "C’était une de nos plus grandes salles ; jouer avec Kevin, c’était un événement ; j’aurais voulu faire un concert parfait mais j’ai fait des tas d’erreurs. Mais finalement, en réécoutant l’enregistrement, je me dis que c’était pas si mal".

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album It's The Ones Who've Cracked That The Light Shines Through de Jeffrey Lewis
La chronique de l'album Hallso Box de Jeffrey Lewis
La chronique de l'album 12 Crass Songs de Jeffrey Lewis
La chronique de l'album Manhattan de Jeffrey Lewis & Los Bolts
Articles : Jeffrey Lewis est un paradoxe -
Articles : Jeffrey Lewis - biographie
Articles : Jeffrey Lewis - Kevin Coyne - Le concert évènement signé Froggy's Delight.
Jeffrey Lewis en concert au Festival Antifolk 2003
Jeffrey Lewis en concert à La Guinguette pirate (10 octobre 2003)
Jeffrey Lewis en concert au Restaurant Pain et Vin (6 février 2004)
Jeffrey Lewis en concert au Nouveau Casino (9 février 2004)
Jeffrey Lewis en concert au Point Ephémère (29 janvier 2005)
Jeffrey Lewis en concert à La Cigale (12 avril 2006)
Jeffrey Lewis en concert au Triptyque (30 juin 2007)
L'interview de Jeffrey Lewis (septembre 2003)
L'interview de Kevin Coyne et Jeffrey Lewis (9 Fevrier 2004)
L'interview de Interview de Jeffrey Lewis (22 octobre 2004)


PascalR         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=