Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les larmes amères de Petra Von Kant
Théâtre Athénée-Louis Jouvet  (Paris)  mai 2012

Comédiedramatique de Rainer Werner Fassbinder, mise en scène de Philippe Calvario, avec Maruschka Detmers, Joséphine Fresson, Julie Harnois, Roberto Magalhaes, Odile Mallet, Carole Massana et Alix Riemer.

Quand il a disparu, il y a déjà trente ans, Rainer Werner Fassbinder se consacrait presque totalement à son œuvre cinématographique, délaissant le théâtre où il avait fait ses premiers pas artistiques au début des années 1960.

Mais il appartenait à cette catégorie de grands cinéastes modernes qui affirment, en le prouvant dans leurs films, que "le cinéma c’est d’abord et surtout du théâtre".

Chez lui, pas question de de filmer contre la théâtralité, d’aérer les scènes de tension, de couper dans les discours. Chez lui, l’artifice était du côté de ceux qui refusent la parenté entre l’art cinématographique et la dramaturgie.

Ainsi ceux qui ont vu "Les Larmes amères de Petra von Kant" dans la version filmée en 1972 par Fassbinder pourront légitimement la comparer avec le travail présenté aujourd’hui Philippe Calvario.

Comparaison n’est peut-être pas raison, mais nécessité quand on se souvient de l’exercice virtuose de Fassbinder, des performances produites par ses deux plus belles actrices, Margit Cartensen et Hanna Schygulla.

Eh bien, Philippe Calvario se sort plutôt bien de l’exercice. Évidemment, il ne peut pas "filmer" ses personnages en gros plans intenses, les laisser parler plein champ en plans séquences. Alors, il évoque l’univers fassbindérien en le poussant presque jusqu’aux limites du boulevard.

Créatrice de mode, Petra est ici présentée dans un intérieur bourgeois où son métier est simplement figuré par un mannequin sur lequel est posé un vêtement en cours de réalisation.

Pour succéder à la glamoureuse Margit Cartensen, il a choisi en Maruschka Detmers une femme svelte et énergique cachant sous sa perruque blanc-blonde une vie à la dérive. Choix judicieux d’une actrice que Fassbinder aurait forcément utilisé s’il n’était pas mort à 39 ans avant qu’elle devienne la "Carmen" du Godard de "Prénom Carmen".

Charismatique et totalement dans un rôle où peut même parfois poindre un soupçon d’humour, Maruschka Detmers "mange" les autres personnages. Au lieu d’être l’histoire de la découverte douloureuse par une femme vieillissante de son homosexualité, "Les Larmes amères de Petra von Kant" ressemble ici aux mélos flambloyants hollywoodiens de Douglas Sirk, le maître de Fassbinder.

C’est un torrent de souffrance qui emporte une Petra sous l’emprise de la boisson et lui fait régler ses comptes avec tout son entourage parasite. Viendra alors l’heure de la rédemption amoureuse surprise et pour le spectateur un final qui convaincra les plus réticents.

À l’exception de cette fin placée sous la voix justifiée de Klaus Nomi, on pourra cependant regretter que les intermèdes musicaux "anglo-saxons" ne soient pas toujours pertinents, pas toujours cohérents avec l’esprit du dramaturge allemand.

Critique vénielle pour un spectacle maîtrisé et réussi qui permet de souligner l’intérêt persistant de l’oeuvre de Fassbinder, une œuvre qui, au fil du temps, cesse d’être vue du seul côté de la provocation, pour apparaître comme celle d’un des derniers humanistes, un des seuls ayant su parler au cœurs des hommes après 1945.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 novembre 2016 : Winter is coming

Ce n'est pas encore l'hiver mais on s'approche doucement de Noël. Profitons-en pour commencer à lorgner sur de belles idées cadeaux, à faire ou à ajouter sur la liste. Voici notre sélection hebdomadaire qui espérons-le, saura vous satisfaire !

Du côté de la musique :

"Echo" de Lescop qui nous parle de son disque en interview
"Tears behind the stars" de Paul Winslow
"Let it be you" de Joan As Police Woman & Benjamin Lazar Davis
Interview de Romain Humeau, assortie d'une session live de 3 titres autour de son album solo "Mousquetaire#1", on vous raconte également son concert à l'Elysée Montmartre
"Sound the charge" de The Host
"Synthia" de The Jezabels
"EXO (medium ensemble volume 2)" de Pierre de Bethmann
"Les couleurs et les formes" de Tristen
"Les 50 ans de Saravah" par divers artistes avec un live au Trianon pour fêter cela
Boulevard des Airs et Erwan Pinard à la Tannerie de Bourg en Bresse
Le Fantastik Show de K! sur La Scène du Canal Jemmapes
et toujours :
"Do hollywood" de The Lemon Twigs, "Secret songs" de Pierre, "Come to Mexico" de Totorro, "Not to disapear" de Daughter, le label Microcultures, "Mammatus" de Ladybug and the Wolf,"En plein coeur" de Les Tit' Nassels, "Headache" de Trupa Trupa

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"The Valley of Astonishment" au Théâtre des Bouffes du Nord
"La Résistible ascension d'Arturo Ui" au Théâtre Les Gémeaux
"Le Circuit ordinaire" à l'Auguste Théâtre
"Ma mère m'a fait les poussières" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"La mémoire d'un théâtre en train de disparaître" au Théâtre Le Local
"Le Chant du cygne" au Théâtre Les Déchargeurs
"Masques à tous les étages" au Théâtre Clavel
"Un Roi sans réponse" à Théâtre International Visual Théâtre
"Nina, des tomates et des bombes" au Théâtre Essaion
"Je chante l'Homme et ses armes" au Théâtre de La Girandole
les reprises :
"La Double Inconstance" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Les Fiancés de Loches" au Théâtre de la Michodière
"Amphitryon" au Théâtre 71 à Malakoff
"Le Journal d'une femme de chambre" à la Folie Théâtre Lucernaire
"Pyrénées ou le voyage de l'été 1843" au Théâtre Le Lucernaire
"Chansons sans gêne" au Théâtre de la Vieille Grille
et les chroniques des autres spectacles de novembre

Expositions avec :

"Albert Besnard - Modernites Belle Epoque" au Petit Palais

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Le Voyage au Groenland" de Sébastien Betbeder
"Les Rues de Pantin" de Nicolas Leclere
en DVD "L'Intégriste malgré lui" de Mira Nair
dans la série Oldies but Goodies "Coeur de verre" de Werner Herzog projeté dans le cadre du Cycle Film et Musique au Goethe Institut
les chroniques des autres sorties de novembre
et les chroniques des sorties d'octobre

Froggeek's Delight :

"Carnival Game VR" de 2K Games sur PS4 VR
Wolrd of Warcraft, C'est quoi ? c'est pour qui ?
"Wayward Sky" de Uber Entertainment sur PS4 VR
Interview de Eric Cubizolle, créateur du jeu Space Race

e-Sport et Streaming : Quand le jeu vidéo devient un véritable métier

"Thumper : A rythm violence game" de Drool sur PS4, PS4 VR et PC
Test et impressions sur le casque VR de Sony

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=