Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les larmes amères de Petra Von Kant
Théâtre Athénée-Louis Jouvet  (Paris)  mai 2012

Comédiedramatique de Rainer Werner Fassbinder, mise en scène de Philippe Calvario, avec Maruschka Detmers, Joséphine Fresson, Julie Harnois, Roberto Magalhaes, Odile Mallet, Carole Massana et Alix Riemer.

Quand il a disparu, il y a déjà trente ans, Rainer Werner Fassbinder se consacrait presque totalement à son œuvre cinématographique, délaissant le théâtre où il avait fait ses premiers pas artistiques au début des années 1960.

Mais il appartenait à cette catégorie de grands cinéastes modernes qui affirment, en le prouvant dans leurs films, que "le cinéma c’est d’abord et surtout du théâtre".

Chez lui, pas question de de filmer contre la théâtralité, d’aérer les scènes de tension, de couper dans les discours. Chez lui, l’artifice était du côté de ceux qui refusent la parenté entre l’art cinématographique et la dramaturgie.

Ainsi ceux qui ont vu "Les Larmes amères de Petra von Kant" dans la version filmée en 1972 par Fassbinder pourront légitimement la comparer avec le travail présenté aujourd’hui Philippe Calvario.

Comparaison n’est peut-être pas raison, mais nécessité quand on se souvient de l’exercice virtuose de Fassbinder, des performances produites par ses deux plus belles actrices, Margit Cartensen et Hanna Schygulla.

Eh bien, Philippe Calvario se sort plutôt bien de l’exercice. Évidemment, il ne peut pas "filmer" ses personnages en gros plans intenses, les laisser parler plein champ en plans séquences. Alors, il évoque l’univers fassbindérien en le poussant presque jusqu’aux limites du boulevard.

Créatrice de mode, Petra est ici présentée dans un intérieur bourgeois où son métier est simplement figuré par un mannequin sur lequel est posé un vêtement en cours de réalisation.

Pour succéder à la glamoureuse Margit Cartensen, il a choisi en Maruschka Detmers une femme svelte et énergique cachant sous sa perruque blanc-blonde une vie à la dérive. Choix judicieux d’une actrice que Fassbinder aurait forcément utilisé s’il n’était pas mort à 39 ans avant qu’elle devienne la "Carmen" du Godard de "Prénom Carmen".

Charismatique et totalement dans un rôle où peut même parfois poindre un soupçon d’humour, Maruschka Detmers "mange" les autres personnages. Au lieu d’être l’histoire de la découverte douloureuse par une femme vieillissante de son homosexualité, "Les Larmes amères de Petra von Kant" ressemble ici aux mélos flambloyants hollywoodiens de Douglas Sirk, le maître de Fassbinder.

C’est un torrent de souffrance qui emporte une Petra sous l’emprise de la boisson et lui fait régler ses comptes avec tout son entourage parasite. Viendra alors l’heure de la rédemption amoureuse surprise et pour le spectateur un final qui convaincra les plus réticents.

À l’exception de cette fin placée sous la voix justifiée de Klaus Nomi, on pourra cependant regretter que les intermèdes musicaux "anglo-saxons" ne soient pas toujours pertinents, pas toujours cohérents avec l’esprit du dramaturge allemand.

Critique vénielle pour un spectacle maîtrisé et réussi qui permet de souligner l’intérêt persistant de l’oeuvre de Fassbinder, une œuvre qui, au fil du temps, cesse d’être vue du seul côté de la provocation, pour apparaître comme celle d’un des derniers humanistes, un des seuls ayant su parler au cœurs des hommes après 1945.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 avril 2014 : Lequel Détroit

Tout le monde attendait le retour de Cantat avec son nouveau groupe Detroit en compagnie de Pascal Humbert. Le bel album sorti il y a quelques temps laissait augurer de beaux concerts. C'était sans compter sur... on ne sait quoi qui a transformé Detroit sur scène en un groupe de reprises de Noir Désir. On vous en dira plus très bientôt, avec des belles images en plus. En attendant, voici le programme de la semaine, pas du tout étroit :

Sur les platines :
Raymonde Howard en interview, ainsi qu'en concert filmé aux Trois baudets pour la sortie de l'album "Le Lit"
"Allombon" de Dorian Pimpernel
"Look Like You Love It" d'Elliphant
"Les Variétés" d'Emmanuel Tugny & The Lady Guaiba's Swing Band
Frànçois & the Atlas Mountains en interview autour de son album "Piano Ombre"
"Port Greene Story" de Géraud Portal
"Des heures à la seconde" de Merzhin
"Where Dull Care is Forgotten" de Tense Men
"The Acid" de The Acid

et toujours :
The Boy In The Sky en session acoustique
"The future"s void" d'EMA
"Blank project" de Neneh Cherry
"Breaks & bone" de RM Hubbert et "Amour Athlétic Club" de De Calm
"Tremors" de Sohn
"Where is the queen ?" de Le Prince Miiaou
"C'est ma dernière surprise party !!" de Marcel et Son Orchestre

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"War Sweet War" au Théâtre Dijon-Bourgogne
"Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée" au Théâtre Le Ranelagh
"Tuer Phèdre" à La Folie Théâtre
"La visite de l'homme en gris" au Théâtre de Ménilmontant
"Enfin la fin" au Théâtre L'Etoile du Nord
"L'humanité tout ça tout ça" à La Loge
"Oh ! George... mais vous êtes combien ?" à La Loge
"La boutique de l'orfèvre" à la Crypte Saint Sulpice
"Moi, le mot" au Théâtre du Guichet Montparnasse
"O que fica do que passa" au Théâtre de la Bastille
"Out of any present" au Théâtre de la Bastille
"Blond and Blond and Blond" au Sentier des Halles
"Je buterais bien ma mère un dimanche" au Théâtre Montmartre Galabru
"Isabeau de R - A suivre !" au Théâtre de Dix Heures

Lecture avec :

"A tout prix" de Rob Roberge
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"Le livre noir de l'occupation israélienne" du collectif Breakink the Silence

Cinéma avec :

la sélection de la semaine :
"Les Trois soeurs du Yunnan" de Wang Bing
"Métabolisme (ou Quand le soir tombe sur Bucarest)" de Corneliu Porumboiu
à l'affiche :
"Computer Chess" de Andrew Bujalski
"La Crème de la Crème" de Kim Chapiron
"Pelo malo" de Mariana Rondón
"Nebraska" de Alexander Payne
"Eastern Boys"de Robin Campillo
"El Impenetrable" de Daniele Incalcaterra et Fausta Quattrini
"Dors... mon lapin" de Jean-Pierre Mocky
"Valse pour Monica" de Per Fly
"How I live now (Maintenant c'est ma vie)" de Kevin Macdonald
"Les Chiens errants" de Tsai Ming Liang
"Youth" de Tom Shoval

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=