Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Arlt - Stranded Horse
L'Aéronef  (Lille)  jeudi 31 mai 2012

"Si les premiers étaient hypnotisants, le second était envoûtement."

Les dernières notes du concert viennent de s'éteindre. Mon acolyte musicale de la soirée, une belle plume en herbe, a visé juste en me soufflant ces quelques mots. Simples et tellement vrais. Cette même impression résonne en moi. Arlt puis Stranded Horse m'ont projetée loin, très loin de l'Aéronef. Et pourtant je suis bien là, loin du tumulte, comme dans une alcôve. Je commence à reprendre possession de moi-même, revenant d'un voyage lointain.

Je n'ai cessé de le dire. J'ai été hypnotisée par Arlt, que dis-je fondue d'eux, piquée par la curiosité, démente, avant même qu'ils n'entrent en scène. Pourtant Arlt, je ne les connais pas depuis si longtemps, en tout cas pas 1000 ans. Je les ai aperçus, trôner dans la jungle musicale, portés par de fervents auditeurs, critiques impatients. Toi tu -l-'aimes bien, tu -l-'aimes plus, tu -l-'aimes plus, tu -l-'aimes bien. Bref. Diable, mais quel drôle d'oiseau ! ou plutôt de Rhinocéros ! de Baleine !

Comment les nommer d'ailleurs ? Arlt se prononcer comment ? Sing Sing et Eloïse Decazes ne m'en voudront pas trop je l'espère si finalement je les féminise ? Car pour moi, "Arlette", c'est joli, c'est tendrement désuet, c'est poétique et indémodable. Elle est donc ma belle prise du mois d'avril 2012. Son deuxième album, Feu La Figure, a conquis mes oreilles. Comme une chasseuse obstinée, je ne l'ai plus quittée de ma mire. Mais pacifiste dans l'âme, je n'ai rêvé que d'une chose, les mitrailler du regard.

Et me voici devant la scène. Et les voilà, à pas de loups, entrant, timides ? Calmes ? Eloïse Decazes, Sing Sing et Mocke. Ambiance intimiste.

D'emblée, ils entament "Sans mes bras". Une ouverture de concert non des moindres. Cette chanson me paraît être représentative ou du moins donner des signes caractéristiques du style d'Arlt. Quand je les ai écoutés, j'ai pensé à deux artistes qui me font tant échos, de but en blanc. D'autres en auront d'autres sûrement. Très clairement, Brigitte Fontaine en sa période Higelin hante la voix d'Eloïse. Elle est grave et suave, voire lascive. Pour autant, inattendue, elle prend son envol vers les sphères aiguës, puis redescend outre-tombe. De haut en bas, elle s'allonge telle un serpent glissant de mots en mots, ceux de Sing Sing.

Parlons-en. Il doit certainement écrire animés de sonorités. Ces mots swinguent, tiraillent, s'étendent, se pâment, sautillent... Ces mots ne se dandinent pas. Ils ont une grâce, ils dansent somptueusement avec la musique. Ils complètent les silences mais surtout ils touchent par leurs histoires d'amour ? Des tranches de vie mystérieusement animales ? Romantiques et pornographiques ? Sa voix grave est intimement liée à celle d'Éloïse Decazes. Ensemble ils jouent à cache cache. J'en suis haletante quand ils se mettent à chanter "Le Ventre de la Baleine". Ce morceau est mystérieux et assassin. Il me happe, m'emporte par ce final névrosé et fantomatique. Les mots et les voix se fendent : "J'ai cassé ma gueule, marchons sept lieux, laissé tombé ma gueule, les enfants ont ri mais toi, marchons sept lieux", sur ce fond de guitares complètement folles.

Alors ce deuxième artiste ? C'est Bertrand Belin. Il m'a frappée autant que dame Brigitte, peut-être pour cette façon un peu particulière d'écrire. Mais c'est surtout, l'accompagnement musical fragile et cassant. Le jeu de guitare de Sing Sing est sec, claquant comme il donnerait une tape – inoffensive - aux vers de ses textes. Mais en vérité, il donne ce dynamisme, cette batterie absente. Mocke, quant à lui, troisième élément de ce trio vibrant, donne de sa guitare, ses vagues enivrantes. Il apporte une mélodie douce et délicate.

Je me suis demandée : ces envolées sont-elles décalées par rapport aux paroles ou est-ce l'inverse ? Au final, c'est ce goût qui me reste sur la langue. Arlt m'a charmée par sa grâce décalée.

Et pour compléter cette soirée rêveuse et mystique, Stranded Horse a pris place, seul. Drôle de charmeur, charmeur de foules. Son arme n'est pas une flûte mais une ou plutôt des Koras qu'il fabrique lui-même. Envoûtement donc cette fois. Et bien qu'il demande, selon moi, une patience infinie et un apprentissage acharné, cet instrument à 30 cordes, devant être réaccordé à chaque morceau, est l'un des plus doux qu'il soit. Chaud, réconfortant, c'est par Ballaké Sissoko que je l'ai découvert avec ravissement.

Yann Tambour est donc à l'origine de ce projet folk, mélancolique et poétique. Ex-Encre, dont il était également le cerveau, il a choisi de goûter à d'autres paysages, d'autres exploration. Cette fois, il s'entoure de Joseph Roumier au violoncelle et de Carla Pallone, du duo français Mansfield TYA, au violon. Un jour, j'ai eu son album Humbling Tides entre les mains et je l'ai fait tourner en boucle pendant plusieurs semaines sur ma chaîne. La folk douce du troubadour charmeur m'a littéralement conquise.

Sur scène, il est difficile de résister et rester maître de soi. Quand la magie de Stranded Horse se déclenche, que la mélodie de la kora s'envole, que la voix douce de Yann Tambour se pose délicatement, je ne peux que fermer les yeux. Comme beaucoup dans la salle, je me suis assise et me suis laissée emporter dans ses paysages verdoyants et cet atmosphère cotonneux. J'avoue, je n'ai rien retenu, ni des titres joués, ni des paroles, juste l'étrange et agréable folie des notes.

Je me suis réveillée apaisée par cette merveille de soirée. "C'était sûrement un complot ! Tu as raison, j'ai été hypnotisée puis envoûtée !"

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album La Langue de Arlt
La chronique de l'album One of us canno?t be wrong de Manuel Bienvenu & Arlt
Arlt en concert au Divan du Monde (14 mai 2008)
Arlt en concert à La Maroquinerie (20 mars 2009)
Arlt en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
Arlt en concert au Festival Les Nuits de l'Alligator 2011 (samedi 19)
Arlt en concert à La Péniche (vendredi 10 juin 2011)
Arlt en concert à La Flèche d'Or (mardi 26 juillet 2012)
L'interview de Arlt (jeudi 31 mai 2012)
La chronique de l'album Churning strides de Thee, Stranded Horse
Stranded Horse parmi une sélection de singles (avril 2013)
La chronique de l'album Luxe de Stranded Horse

En savoir plus :
Le Bandcamp de Arlt
Le Myspace de Arlt
Le site officiel de Stranded Horse
Le Myspace de Stranded Horse

Crédits photos : Arthur Dhainaut


Rachel Debrincat         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=