Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Puppetmastaz
Revolve and step up !  (Discograph)  avril 2012

On croyait les Puppetmastaz perdus corps et biens depuis leur "rupture" d'il y a deux ans - qui avait donné lieu à l'album The Break up. Mais décidément il faut se méfier des marionettes, surtout quand elles déclarent officiellement vouloir en finir avec le règne des humains (cf. The Takeover, qui promettait un coup d'Etat des marionnettes) : les voilà réconciliées et de retour avec Revolve and step up ! chez Discograph - un titre programmatique pour cet album de la reformation.

On retrouve dans ce cinquième album les ingrédients du charme de ce crew pas comme les autres, à commencer par une bonne dose de folie. La pochette de l'album est d'une laideur aussi franche que les marionnettes elles-mêmes : normal. Les portes restent ouvertes aux influences de tout poil. Le collectif berlinois continue de nous offrir un hip-hop riche, nourri par la culture des arts de rue, loin des clichés gangsta. Leur flow est alimenté par un mélange musical éclectique : electro, ragga, dubstep. Les Puppetmastaz maîtrisent leurs gammes sur le bout des doigts et ça s'entend.

L'ensemble démarre très mollement, le vaisseau spatial dans lequel les bestioles se sont embarquées pour aller chercher Frogga sur la lune (oui, c'est le pitch de l'album) met du temps à décoller. "Full bashment" lance l'album sur les bases d'un son lourd et d'un flow qui impose. Ca continue sur "Fresh day" mais ça s'essoufle déjà sur "Entertainers", titre beaucoup moins incisif que les précédents. "Turn into gold" vient speeder un peu tout ça avec un son électro très nineties. Ensuite, pour peu qu'on soit un fan, on prend une bone claque electro pop avec une reprise du Rocky Horror très drôle. La suite reste assez electro avec un "Mastaz of ceremony" puissant. Une première partie d'album assez confuse, avec quelques bons titres, mais rien n'est vraiment lancé.

Vient ensuite la pépite de cette album "Crystal Castle" qui rappelle furieusement les frenchies de TTC. Ensuite on change du tout au tout avec "Innerself respect", très mélodique, au flow très doux et entrainant. Cette deuxième partie d'album est moins electro, un peu plus chantante. Plus d'instru dans la musique : "Plus ultra revolution", "Mr Doubt". Mais le son hip-hop reste présent, notamment sur l'excellent "From roof to roof". A noter la dernière track, à la bande son minimal-house. Les puppets viennent de Berlin après tout.

Le résultat final est donc un drôle d'opus ébourriffé, dans lequel on ne sait pas trop par où entrer, et qui donne un peu l'impression qu'ils y ont laissé des pistes demo. Les skits n'aident pas vraiment à s'y retrouver, et les ruptures de style titre après titre non plus. Il y a cependant pas mal de tracks qui sont tout simplement excellentes. C'est le manque de cohésion de l'ensemble qui fait tout vaciller. On comprend que l'ensemble est fait pour être vécu live. Les puppets sont une machine de scène, et cet album donne vraiment envie d'aller les (re)voir.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Puppetmastaz en concert au Festival Europavox 2017 - Vendredi 30 juin

En savoir plus :
Le site officiel de Puppetmastaz
Le Myspace de Puppetmastaz
Le Facebook de Puppetmastaz


Anaïs Bon         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=