Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Eurockéennes de Belfort #24 (2012) - dimanche
The Buttshakers - The Brian Jonestown Massacre - Refused - Lana Del Rey - Jack White - Miles Kane - Cypress Hill  (Presqu'île du Malsaucy, Territoire de Belfort)  dimanche 1er juillet 2012

Troisième jour : Envers et contre tout (dimanche 1er juillet)

De la boue jusqu'aux genoux, un froid de canard, une pluie capricieuse mais tenace. Ce dimanche aux Eurockéennes a quelque chose d'infernal. Pourtant, les festivaliers ne se laissent pas impressionner, voire en jouent : ah, les vertus insoupçonnées du combat de boue entre deux concerts ! Ah, les subtilités esthétiques des bottes en caoutchouc ! Et puis tout cela a un petit air gratifiant de "Woodstock" qui permettra de dire dans quelques jours ou dans quelques années : oui, j'y étais.

16h15 – Club Loggia
L'an dernier, le "repérage" des Eurockéennes de la région Bourgogne avait primé un groupe superbe, qu'on ne se lasse encore aujourd'hui ni d'écouter ni de recommander, les Hit by Moscow.

Cette année, The Buttshakers confirme que la scène musicale bourguignonne se porte bien, voire même très bien, dispensant une soul énergique, plutôt entraînante, le tout porté par d'excellents musiciens et une chanteuse à la voix rare. Le set conquiert un public curieux et attentif devant ces petits nouveaux en costard-cravate qui groovent comme jamais. À vous désormais d'aller écouter leur premier album, Headaches & Heartaches...

17h – La Plage
Les aléas du direct et du déluge : les câbles, trempés, craquent, les techniciens s'activent, trouvent la "panne" avec une rapidité bluffante et tentent le tout pour le tout avec des serviettes sèches. Pendant ce temps-là, les mecs de The Brian Jonestown Massacre s'amusent. L'air rigolard, dans un mime plutôt inattendu qui fait un plaisir fou au public, ils font semblant de rapper sur la scène, micro collé devant la bouche, dans une parodie plutôt réussie – et sans doute très ironique – du groupe de hip-hop précédent. La scène est comble, et des neufs musiciens de The Brian Jonestown Massacre nous retiendrons le charisme d'Anton Newcombe et les simagrées de Joel Gion... À ce propos, il est peut-être temps d'entrer dans la polémique, à propos de la programmation des Eurockéennes : j'ai entendu dire, à droite et à gauche, qu'il fallait penser, l'an prochain, à renommer le festival les Eupopéennes... Si certains choix peuvent en effet être interrogés, les meilleures découvertes de ces trois jours, pour ma part, sont des découvertes rock, purement et simplement. Et The Brian Jonestown Massacre, et dans l'esprit et dans le son – réécoutons ensemble l'album Strung Out In Heaven, dont un des titres a ouvert le live – ont sans conteste permis de maintenir et de renforcer la dimension rock du festival.

18h – Green Room
Place à Refused. Ce groupe, inconnu au bataillon pour ma part, est visiblement très attendu par quelques happy few de bons conseils. On me dit qu'il s'agit de "punk metal" scandinave, que le groupe, pour diverses raisons, a splité dans les années 90 puis s'est reformé en janvier 2012, et que ce "revival" inattendu est à voir et à entendre. Je confirme : c'est, sans hésiter, la claque musicale de mes trois jours aux Eurockéennes. Refused est porté par un frontman survolté, aux screams hyper-propres techniquement. Pour tout dire, la puissance, l'intensité, la révolte, la colère, la violence – la liste pourrait être longue encore – qui parcourent et le set et les textes se révèlent particulièrement contagieuses. Dennis Lyxzén est de ces chanteurs qui choisissent de vivre dans le don total, corps et âme, et l'effet sur l'auditeur subjugué par tant de force vitale en est stupéfiant. Le tout, vous l'aurez compris, tourne désormais en boucle sur mes platines personnelles. Can I Screammmm ?

19h15 – La Plage
Il faut parfois légèrement érafler les mythes : Lana Del Rey arrive sur la scène de la Plage dans une modeste Kangoo blanche, moins immaculée cependant que la petite princesse qui en sort. Tirée à quatre épingles, faux ongles, faux cils, un maquillage déposé au millimètre près, Lana Del Rey, indéniablement, dès les premières notes, envoûte. La surprise est assez agréable, que l'on soit ou non adepte de son "style" musical : en effet, quelques vidéos sur internet, quelques ragots peu discrets, laissaient entendre que la belle, en live, ne chanterait pas toujours juste. Ici, faut-il l'avouer, à sa décharge, la voix est impeccable, de telle sorte que le côté précieux de la jeune diva agace (un peu) moins et complète a contrario un show sensuel et raffiné – tandis que messieurs les photographes tentent de prendre à la volée sa petite culotte en photo. Pour un live sur la Plage, et malgré une prestation un peu trop (con)sensuelle à mon goût, le public est immense, innombrable, honorant par sa multitude l'une des rares dates de la belle en France. Le "buzz" Lana Del Rey n'est donc pas que virtuel...

21h15 – Grande scène
Si l'on a beaucoup pleuré quand les White Stripes se sont séparés, on a aussi beaucoup applaudi quand Blunderbuss est sorti au début de cette année 2012. Jack White, pour son projet solo, a troqué le rouge carmin et le noir corbeau de son idylle musicale avec Megan White pour le bleu "paon" de son nouveau "girls band", The Peacocks justement (et soulignons, d'ores et déjà, la sublime prestation de Carla Azar...). Jack White, ménageant subtilement la chèvre et le chou, jouera à la fois, devant un public conquis, des morceaux de son nouvel album, ainsi que quelques "tubes" des White Stripes. Remercions les Eurockéennes d'avoir programmé ce grand monsieur, devenu désormais un classique du rock, dont le set énergique, généreux et impérial ne pourra rester que dans les mémoires pour les amateurs du genre... dont je fais partie.

23h15 – La Plage
Que l'on se souvienne de The Last Shadow Puppets et de ses deux guitaristes virtuoses à la gueule d'ange, Alex Turner, chanteur des Arctic Monkeys, et Miles Kane, chanteur des Rascals. Ce dernier, parti dans un projet solo depuis 2009, a sorti un album en 2011, Colour of The Trap. C'est donc essentiellement ce dernier que Miles Kane, sorte de Beatles solitaire, et dans l'allure et dans le ton, jouera sur la Plage, de telle sorte que le tout aurait pu être un peu fastidieux, un peu ennuyeux, mais Kane, adepte du live, s'en sort plutôt bien, dispensant un rock indé propre, aux titres incontestablement entraînants – et les petites groupies, massées derrière les crash-barrières, sont là pour le prouver, chantant en chœur et par coeur "Rearrange"...

23h45 – Grande scène
En soi, le hip-hop n'est pas ma tasse de thé, mais il est impossible de contester le fait que Cypress Hill se présente comme un groupe de légende, ayant bercé la plus tendre – c'est-à-dire la plus marginale – adolescence de tout un chacun ayant (un peu) dépassé la trentaine... De plus, à groupe légendaire, titres incontournables : B-Real et Sen Dog, casquettes vissées sur la tête, dans un contre-jour permanent qui fera soupirer les derniers photographes rescapés de trois jours de course infernale à l'image, enflamment la Grande Scène, avec "Hits from the Bong", "Tequila Sunrise", "Insane in the Brain" et quelques grands titres d'album d'anthologie comme Black Sunday ou Temples of Boom. Cette anamnèse personnelle, pour ma part, aura été un heureux bien que nostalgique couronnement de ces Eurockéennes 2012... Une chose est sûre néanmoins – et la conclusion pourra sembler bien fade, bien qu'elle soit envers et contre sincère : vivement l'an prochain.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Night Shift de The Buttshakers
The Brian Jonestown Massacre en concert à La Coopérative de Mai (7 juin 2006)
The Brian Jonestown Massacre en concert au Festival Primavera Sound 2006 (samedi)
The Brian Jonestown Massacre en concert à l'Elysée Montmartre (28 octobre 2006)
The Brian Jonestown Massacre en concert au Festival International Benicàssim 2008
The Brian Jonestown Massacre en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
The Brian Jonestown Massacre en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (samedi 17)
The Brian Jonestown Massacre en concert à Aéronef (mercredi 28 avril 2010)
The Brian Jonestown Massacre en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Vendredi 26 août
The Brian Jonestown Massacre en concert au Festival Le Cabaret Vert #12 (édition 2016) - jeudi 25 août
La chronique de l'album Born To Die de Lana Del Rey
Lana Del Rey en concert au Festival Rock en Seine 2014
Lana Del Rey en concert au Festival Rock en Seine 2014 (Dimanche 23 août 2014)
Lana Del Rey en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2016 - du vendredi au dimanche
Lana Del Rey en concert au Festival Lollapalooza Paris #1 (édition 2017) - Dimanche
La chronique de l'album Blunderbuss de Jack White
La chronique de l'album Lazaretto de Jack White
La chronique de l'album Boarding House Reach de Jack White
Jack White en concert au Festival Beauregard #10 (édition 2018) - Vendredi 6 juillet
Miles Kane en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du dimanche
Miles Kane en concert au Festival Rock en Seine 2011 (dimanche 28 août 2011)
Miles Kane en concert à Casino de Paris (mardi 31 janvier 2012)
Miles Kane en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - vendredi
Miles Kane en concert au Festival International de Benicàssim #18 (vendredi 13 juillet 2012)
Miles Kane en concert au Festival Art Rock 2013 - vendredi, samedi et dimanche
Miles Kane en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Samedi
Miles Kane en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Jeudi
La chronique de l'album Rise Up de Cypress Hill
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du vendredi - Minus The Bear - All Time Low - Roken is Dodelijk - Band of
Cypress Hill en concert au Festival Rock en Seine 2010 (vendredi 27 août 2010)
Cypress Hill en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Top 3 des meilleurs sets de ReS 2010
Cypress Hill en concert au Festival de Beauregard #7 (édition 2015) - Vendredi
Cypress Hill en concert au Festival Cabaret Vert #13 (édition 2017) - Jeudi 24 août

En savoir plus :
Le site officiel du festival Les Eurockéennes de Belfort
Le Facebook du festival Les Eurockéennes de Belfort

Crédits photos : Sophie Hébert (retrouvez toutes ses photos sur sa page Facebook)


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=