Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Black Keys - The Cuts - The National
Bowery Ballroom  (New York City)  3 octobre 2004

Une affiche aussi alléchante ne pouvait déboucher que sur une grande soirée.

Réunir the Black Keys et the National, deux groupes, certes dans un registre un peu différent, parmi les groupes les plus excitants du moment, ne pouvait en soit être une mauvaise idée. Surtout qu'ils ont un point commun : la modestie, et le travail.

The Cuts comme mise en bouche. Plutôt plaisant, même si le groupe semble déjà vu quelque part, entre the Thrills pour les mélodies légères et la voix incertaine du chanteur, The Hives pour le gros son et la présence d'un clavier, une sorte de Supergrass bien moins mélodique.

The Cuts traversent la salle vide et grimpent sur scène. Alors on se dit "chouette ça commence, le public va enfin se montrer". Mais non. L'organisation des concerts est telle que le public, averti de la set list et de son planning rigoureusement respecté, ne montre son minois que pour les têtes d'affiche. Et tant pis pour les découvertes qui devront attendre pour la consécration. Nul doute que si The Cuts cartonne dans un an, plus de 30 personnes se proclameront fans des début pour avoir assister à leur concert avant tout le monde...

La musique des Cuts est bien écrite, même si la voix du chanteur pêche un peu. A suivre ou pas, mais rien de révolutionnaire.

Avant le concert de The National, c'est l'inquétude. Le public new yorkais va-t-il enfin se pointer? La réponse est oui, la salle se remplit dès la première chanson. Pendant 45 minutes, pas plus, le groupe va distiller son génie musical, ces chansons à l'écriture fine mais à l'atmosphère intense, tendre sur le début, tendue sur la fin.

Le groupe rallonge certains morceaux d'un passage instrumental digne des groupes de post-rock, digne de Manitoba ou, côté electro, Death in Vegas. "Murder Me Rachel", extrait de Sad Songs For Dirty Lovers, en est l'exemple le plus marquant. D'une introduction posée, les instruments montent en puissance, et la voix du chanteur s'énerve. La tension est intenable.The National est un groupe magique en concert. "Cherry Tree", extrait du mini album éponyme, sera l'apogée de ce concert.

Une oreille attentive aura entendu des morceaux inconnus, qui augurent certainement un album prochain.

Il faut ensuite se décharger de la lourde tension de The National, pour se plonger dans une toute autre atmosphère, moite, humide, crade. The Black Keys, un formidable groupe de l'Ohio, qui s'est fait connaître en 2002 avec Thickfreakness. Rubber Factory, sorti début septembre aux USA, est une surprenante confirmation de la capacité du groupe à allier blues et rock, à renouveler un genre dont on entend surtout les re-éditions. Les paroles sont moins mélancoliques que the National, les chansons plus courtes et sans progression. Mais quel bonheur que d'entendre leur introduction, soit trois accords de guitare, soit des percussions caractéristiques...

On s'imagine volontiers, depuis the Bowery Ballroom, salle moderne mais classieuse, dans un pick-up Chevrolet attendant le pompiste au milieu de la Lousianne. La radio crache un vieux blues, il fait chaud.

"10 A.M. Automatic", premier single de l'album, sert d'entrée en matière. L'atmosphère ne descendra pas jusque la fin du concert. Certaines mauvaises langues, analysant the Black Keys comme on analyse The White Stripes, dont la formation batterie/guitare est identique, jugeraient nécessaire l'apport d'une basse pour alourdir l'atmosphère. Elle est déjà bien lourde, et c'est la magie de ce groupe, que de créer sur scène, avec si peu de choses, une telle ambiance.

Ne ratez pas les Black Keys, ils vous apporteront un morceau de l'Amérique, sans ses inconvénients.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Attack & Release de The Black Keys
La chronique de l'album Brothers de The Black Keys
La chronique de l'album Turn Blue de The Black Keys
The Black Keys en concert à Bowery Ballroom (3 octobre 2004) - 2ème
The Black Keys en concert au Trabendo (5 octobre 2006)
The Black Keys en concert au Zénith (mercredi 25 janvier 2012)
La chronique de l'album Sad songs for dirty lovers de The National
La chronique de l'album Cherry Tree de The National
La chronique de l'album Kicking the national habit de Grand National
La chronique de l'album Alligator de The National
La chronique de l'album Boxer de The National
La chronique de l'album High Violet de The National
La chronique de l'album The National Health de Maximo Park
La chronique de l'album Trouble Will Find Me de The National
La chronique de l'album Sleep Well Beast de The National
Articles : Pearl Jam - Viagra Boys - The National - SLIFT - Toybloïd - En bref cette semaine
The National en concert à La Guinguette pirate (22 juin 2003)
The National en concert à Mains d'Oeuvres (3 novembre 2003)
The National en concert au Nouveau Casino (11 juin 2004)
The National en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (jeudi)
The National en concert au Café de la Danse (25 avril 2005)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2005 (vendredi)
The National en concert au Trabendo (24 novembre 2005)
The National en concert à La Guinguette Pirate (13 décembre 2005)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2007 (mercredi)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2007 (jeudi)
The National en concert au Festival Furia Sound 2008
The National en concert au Festival International Benicàssim 2008
The National en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
The National en concert au Festival La Route du Rock 2010 (dimanche)
The National en concert au Festival Pukkelpop 2010 (samedi 21 août 2010)
The National en concert au Festival BIME Live! 2014 (édition #2) - samedi 1er novembre
L'interview de The National (22 juin 2003)
L'interview de The National (3 novembre 2003)
L'interview en VO de The National(11 juin 2004)
L'interview de The National (11 juin 2004)
L'interview de The National (5 mai 2007)
L'interview de The National (avril 2010)


Xavier         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 22 mars 2020 : Homeworks

Nos chroniqueurs ont fait leurs devoirs à la maison cette semaine. On vous parle toujours de musique, de littérature et de jeux vidéo mais aussi d'expositions virtuelles, de cinéma et de théâtre en DVD ou en ligne. C'est parti, voici de quoi vous occupez en restant chez vous.

Du côté de la musique :

"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander
et toujours :
"Ludi" de Chassol
"D'ombres" de Elodie Vignon
"L'univers" de Goodbye Moscow
"Single / Clip des champions" de Klub des Loosers
"Robert Schumann : L'hermaphrodite" de Laurianne Corneille
"A Milli" le podcast numéro 11 de Listen in Bed
"Outlaws" de Ludivine Issambourg
"It's only us" de Monophonics
"Premier EP" de Panic Party
"Ornithologie" de Un Poco Loco

Au théâtre :

dans un fauteuil de salon avec la sélection de la semaine en diffusion sur le net :
du boulevard avec :
"Le Sommelier" en replay sur la chaîne Paris-Première et la captation de "Un amour de jeunesse"
un classique avec la captation de "Ruy Blas" créé aux Fêtes Nocturnes de Grignan
un classique revisité avec le streaming de "L'Ecole des femmes" au Théâtre national de l'Odéon
une comédie circassienne avec la captation de "La Nuit du Cerf" du Cirque Leroux
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" : "Potiche" de Barillet et Grédy avec Jacqueline Maillan
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Récital emphatique de Michel Fau"
"Le Gros, la Vache et le Mainate"
"Elephant Man"
"Dans les yeux de Jeanne"
"Orphée"
"Il y aura la jeunesse d'aimer"

Expositions :

en toute tranquilité mais qui déménagent avec sur le Musée de la Sacem avec :
"Le Punk français" qui a fêté son quarantième anniversaire et "Le Disco français" toujours présent sur les dancefloors
le parcours virtuel sur le site du Petit Palais correspondant à l'exposition "Paris 1900"
en passant les frontières avec la visite virtuelle des collections du Rijksmuseum d'Amsterdam
et, en attendant la réouverture de l'exposition "Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée, le documentaire "Sur les pas de Christian Louboutin" de Olivier Garouste

Cinéma :

se faire une toile à domicile avec parmi les films récents sortis en DVD :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin

Lecture avec :

"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle
et toujours :
"Alerte rouge" de Tomaz Lavric
"Chez nous" de Louis Candlish
"de Gaulle et les grands" de Eric Branca
"El Nino de Hollywood" de Oscar & Juan José Martinez
"Idiot wind" de Peter Kaidheim
"L'intégrale de F A U S T" de Serge Lehman
"Pacifique" de Stéphanie Hochet

Froggeek's Delight :

Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=