Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Main Square Festival 2012 - Vendredi
Lolito - The Subways - Simple Minds - Stuck In The Sound - Garbage - Brigitte - Editors - The xx - Metronomy - Justice  (La Citadelle d'Arras)  les 29, 30 juin et 1er juillet 2012

C’est la première fois que je me fais un festival loin de chez moi. Du coup, c’était un peu comme partir en vacances. En arrivant dans un fast food dans la banlieue d’Arras, je me rends compte que le service est rapide et efficace. Le lieu est aussi super propre. Je suis donc totalement dépaysé !

Pour en revenir au festival, c’est un peu compliqué d’y aller en voiture, mais comme les hôtels de la ville sont pris d’assaut 6 mois à l’avance et que je refuse de faire du camping, avoir un véhicule permet d’aller dans un hôtel plus loin mais pas cher. Par contre, il est assez facile de se garer et même pas trop loin du festival. Le lieu est assez cool, dans la citadelle d’Arras. La grande scène est posée sur de la terre, alors que la petite scène (la Green Room), est dans un long rectangle de verdure. Comme je suis un peu à la bourre (les bouchons pour sortir de Paris), je zappe consciemment le set des Maccabees pour aller voir Lolito à 15h30 sur la Green Room.

Lolito

Le groupe est l’un des gagnants du Tremplin Main Square 2012 et balance une pop rock énergique et efficace. C’est super pop. Les deux chanteuses sont super belles (car oui c’est important, comme le disait Papy, il n’y a que les Pixies à pouvoir se foutre de leur physique et de leur look) et balancent de bien belles mélodies sur de bons petits riffs de guitare. La basse est ronde et enveloppe l’auditeur (enfin, moi en tout cas…). Le clavier balance des petits gimmick simples et efficaces qui rentrent bien dans la tête.

C’est un peu dégueulasse pour le batteur et le guitariste qui sont très bons, mais pour moi l’atout majeur du groupe est la présence des deux filles. Un véritable atout charme. Premier concert de la journée pour moi et premier gros coup de cœur. Rock, pop, musique sucrée et légère. C’est joyeux, dansant et lumineux avec une énergie punk et sensuelle.

Après ce premier set, je me rends compte que même la Green Room est équipée d’écrans géants sur les côtés de la scène. Cela permet à tous de profiter du concert, même quand il y a beaucoup de monde, ou si l’envie nous en prend, de se poser sur une chaise longue ou dans un coin d’herbe et de pouvoir regarder, malgré tout, le concert en étant assis loin de la scène. C’est plus qu’agréable. Il est aussi à noter en parlant de ces écrans géants que la réalisation est vraiment bien faite. Ce n’est pas une multitude de plans saccadés qui donnent mal au crâne comme dans certains festivals. Par contre, petit point négatif : les deux scènes sont assez proches et le son de l’une peut parasiter l’autre.

The Subways

Alors direct une grosse baffe dans la face. Je quitte à peine les deux belles de Lolito que je retombe de suite amoureux de la bassiste des Subways. Ils jouent un gros rock/punk ultra pêchu. La bassiste et le guitariste sont des balles rebondissantes qui sautent dans tous les sens quand ils n’arrangent pas la foule. Une énergie monstrueuse et incroyable. La foule qui s’amasse devant le grande Scène répond au quart de tour. Le chanteur/guitariste à des faux airs de Josh Hommes des Queens of The Stone Age mais en moins arrogant. Sur certains titres, ça part dans un délire plus rock’n roll que gros son bourrin (même si c’est là où ils sont les meilleurs). A la fin du set, le guitariste s’offre un petit bain de foule/slam dans le public. Deuxième concert de la journée, deuxième gros coup de cœur. Un sans faute pour le moment.

Un chouilla en avance pour Stuck in the Sound, je remonte tel un saumon, la foule présente dans la fosse de la Green Room, qui s’est bien remplie depuis Lolito. Dommage pour ceux qui n’étaient pas là. Ils ne savent pas ce qu’ils ont raté ! Au vue de la balance qui a lieu devant nous, Stuck in the Sound va envoyer du lourd au niveau des basses.

Stuck in the Sound

Dès le début, ça envoie le pâté, mais c’est peut-être un peu trop brouillon. La basse prend vraiment trop le dessus sur tout le reste. La voix est moins mise en avant que sur l’album. Je commence à avoir du mal à rester devant le groupe. La basse est vraiment trop forte. Les trois guitares sont noyées et se fondent juste en un mur de bruit sans aucune subtilité. Cela passe mieux sur les titres plus calmes, mais c’est quand même décevant. Si je voulais voir Stuck in the Sound, ce n’est pas pour les moments calmes. J’abandonne et je préfère partir voir le groupe sur la grande scène.

Mis à part les petits groupes ayant remporté un tremplin, qui ne jouent que trente minutes, les groupes en journée ont tous un set d’une heure minimum. C’est agréable.

Simple Minds

Comme je m’ennuyais un peu devant Stuck in the Sound, je vais faire un tour devant Simple Minds. J’arrive juste au moment de "Don’t You, Forget about me". Le public assez jeune me parait assez froid devant ce gros tube des années 80. Les trentenaires/quarantenaires présents en masse pour le groupe commence alors à se bouger et tout le public finit par battre la mesure. Avec les années, le chanteur a pris cher, mais il est loin d’être ridicule et se démène plus que bien d’autres chanteurs présents sur le festival (quoi ? Non, je ne parle pas forcément de Stuck in the Sound).

Garbage

Je pensais que ça allait être un peu mou, qu’ils avaient vieilli, surtout que le dernier album fraîchement sorti n’est pas au niveau de ce que le groupe était capable de faire. Quand ils ont joué le premier titre, le premier single du fameux dernier album, avec du vocoder dans la voix, j’ai eu peur de devoir subir tout le disque en live.

Puis ils ont enchaîné avec "Paranoïd" et je me suis retrouvé 20 ans en arrière dans les années 90, quand j’écoutais Fun Radio dans mon lit à une heure du matin. L’époque où je fantasmais sur les rousses à cause de Dana Scully d’X Files et de Shirley Manson de Garbage.

Malgré les années et son horrible pantalon de pyjama, elle déborde de sensualité. Le groupe envoie, d’une redoutable efficacité.

Il est juste un peu dommage qu’on n’aperçoive qu’à peine Butch Vig, coincé derrière des panneaux de plexiglas qui insonorise sa batterie. Un très grand moment en live.

Dès la fin de Garbage, une énorme masse de gens se dirige vers la Green Room pour le concert de Brigitte. On en profite pour se ravitailler en boisson et on fait de même.

Brigitte

(Après avoir rempli un contrat pour pouvoir prendre en photo le groupe sur scène, on m’a signalé que le groupe / ou ses attachés de presses / ou son label / ou je ne sais qui, ne souhaitait pas que Froggy’s Delight fasse de photo. C’est dommage, parce que jusqu’à présent, on en a toujours dit du bien. Mais parfois les gens oublient vite que leur succès provient des gens du net… Ce n’est pas grave, on utilisera des photos d’un concert shooté il y a un an pour illustrer nos propos et on ne prendra donc pas de pincettes.)

Moi qui suis fan de gros rock, je m’étonne moi-même de connaître tout l’album de Brigitte par cœur. Les textes sont vraiment nickels, les mélodies bien foutues et l’ensemble est très bien produit. En live, c’est pareil, avec des chorégraphies callées au centimètre en plus. Le problème, c’est que tout est trop parfait. Pour les avoir déjà vues dans une autre ambiance (concert privé plus intimiste), j’ai l’impression de voir exactement le même concert mais avec plus de gens devant la scène. Cela manque de vie, de passion. Même les phrases quand elles s’adressent au public entre les titres sont les mêmes… Leur sensualité est calculée. Les personnages créés pour la scène ont pris le dessus sur les artistes en live et c’est bien dommage.

Si on compare avec Garbage, les deux Brigitte ont l’air de robots déguisés en jolie fille. Shirley Manson n’a pas besoin de se toucher les seins ou de tripoter les musiciens pour avoir l’air sensuel.

Bon, je critique parce que je suis déçu et que cela mériterait plus de vie, plus de sueur. Un peu plus de Rock’n’roll, bordel ! Mais cela reste cool et je chantonne sur tout les titres en battant la mesure sur ma cuisse. Peut-être qu’avec le prochain album, retrouveront-elles un peu de vie en live. Pour le moment, il y a beaucoup trop de mise en scène. C’est une fête pour les bobos hype, mais ça casse un peu le délire de ceux qui aiment bien le groupe pour leur musique et pour leurs textes. D’ailleurs, le public est super mou devant leur set et personne ne danse, ni ne bouge.

Dès le début du concert de Kasabian, plus de la moitié du public part sans attendre la fin du concert. D’ailleurs, le son de Kasabian parasite énormément Brigitte comme Stuck in the Sound parasitait Simple Minds.

The Editors

Petite pause sandwich avant les Editors et c’est reparti. Je ne connaissais pas trop le groupe à part peut-être un titre ou deux. Ce n’est pas forcément ma came. Cela sonne un peu comme du U2, mais le U2 d’aujourd’hui, un peu chiant et qui peine à ressortir un truc qui fasse vibrer les foules. Je vanne mais ce n’est pas mauvais non plus ! C’est juste que le chanteur a un petit look à la Bono période Zooropa. J’aurai quand même préféré les voir en début de journée et que les Subways passent à cette heure-ci.

C’est à partir de ce moment que la sécurité du festival est un peu devenue relou. On nous oblige à retourner dans le carré presse de peur qu’on prenne des photos en dehors des trois titres autorisés. Mais pour moi qui prends les photos et écris les chroniques, ça me casse un peu les couilles de devoir faire des aller-retour toutes les dix minutes pour shooter un groupe, aller déposer mon appareil au carré presse pour revenir voir le groupe afin d’écrire un live report, puis de retourner chercher mon appareil pour aller shooter un autre groupe.

The XX

Bon, The XX, c’est cool en album, mais ça met un peu un gros coup de déprime après les concerts cool de la journée. C’est un groupe à voir en live quand ils font un concert tout seul, mais pas en festival… sauf si vous êtes au Prozac Fest.

Metronomy

Après The XX, c’est la nuit et le jour. Ils déboulent sur scène à minuit pour finir ce premier jour en beauté. Le concert remue l’assistance du début à la fin.

Ca bouge du bouli un peu partout. Les rythmes sont groovy et très rock. Moi qui n’avais jamais trop écouté le groupe (car oui, je découvre toujours les groupes après tout le monde), je ne suis pas déçu (même si la fatigue commence à se faire ressentir) et je retournerai les voir avec beaucoup de plaisir.

Justice

Non mais sérieux, j’aimerais qu’on m’explique le buzz autour de Justice en live. Je peux comprendre qu’on aime leur musique, mais en live, il faut arrêter ! Les mecs sont derrière leurs platines et on les voit à peine. Les écrans géants ne diffusent qu’un plan de loin. Alors oui, il y a des lumières qui clignotent et une croix qui s’allume ! On ne sait même pas s’ils interviennent vraiment sur la musique ou s’ils passent juste des disques… C’est chiant et plat.

Bon allez hop ! Retour à l'hôtel...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Maccabees - Cardiknox - Ben Howard - Mini Mansions - Stereophonics - Glass Animal - Inte de Festival Rock en Seine 2015 - Samedi 29 août
The Maccabees en concert au Festival Summercase 2007 (vendredi)
The Maccabees en concert à Main Square Festival 2012 - Programmation
The Maccabees en concert au Festival International de Benicàssim #18 (vendredi 13 juillet 2012)
The Maccabees en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Samedi
La chronique de l'album Lolito EP de Lolito
Lolito en concert à Maud Lübeck - Alexandre Varlet - Lolito - Theo Hakola & The Wobbly Ashes (jeudi 24 janvier 2013)
La chronique de l'album eponyme de The Subways
La chronique de l'album Walk Between Worlds de Simple Minds
Simple Minds en concert au Festival Beauregard #10 (édition 2018) - Samedi 7 juillet
La chronique de l'album Shoegazing Kids de Stuck in the Sound
Stuck In The Sound parmi une sélection de singles (septembre 2011)
La chronique de l'album Pursuit de Stuck in the Sound
Stuck In The Sound en concert au Café de la Plage (1er février 2005)
Stuck In The Sound en concert à La Maroquinerie (15 décembre 2005)
Stuck In The Sound en concert à Fête de la Musique 2007 (21 juin 2007)
Stuck In The Sound en concert au Bataclan (mai 2009)
Stuck In The Sound en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Stuck In The Sound en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
Stuck In The Sound en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi
Stuck In The Sound en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi - 2ème
Stuck In The Sound en concert au Festival Rock en Seine 2012 - Programmation du dimanche
Stuck In The Sound en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Marseille
Stuck In The Sound en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Samedi 29 septembre
Garbage en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005 (samedi)
Garbage en concert au Festival Solidays 2005 (samedi)
Garbage en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - dimanche
Garbage en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Dimanche
Garbage en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - dimanche
Garbage en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - samedi & dimanche
La chronique de l'album Rue Saint Louis en l'île de Brigitte Fontaine
La chronique de l'album Libido de Brigitte Fontaine
Brigitte parmi une sélection de singles (janvier 2011 )
La chronique de l'album J'ai l'honneur d'être de Brigitte Fontaine
Brigitte en concert au Festival La Route du Rock 2004 (vendredi)
Brigitte en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (vendredi)
Brigitte en concert à La Villa des Inrocks (mardi 17 mai 2011)
Brigitte en concert au Festival Art Rock 2012 - vendredi, samedi et dimanche
Brigitte en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - vendredi
Brigitte en concert au Festival international de la chanson de Granby 2014 (46ème édition) - mercredi 10 septembr
Brigitte en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2015 - vendredi 24 avril
Brigitte en concert au Festival Beauregard #8 (édition 2016) - samedi 2 juillet
La conférence de presse de Brigitte Fontaine (août 2004)
La chronique de l'album The Back room de Editors
Editors parmi une sélection de singles (été 2006)
Editors parmi une sélection de singles (juillet 2007)
Editors parmi une sélection de singles (septembre 2007)
La chronique de l'album In This Light And On This Evening de Editors
Articles : Editors en concerts en France - Des albums, des EP et des singles à gagner !
Editors en concert à La Maroquinerie (22 septembre 2005)
Editors en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (samedi)
Editors en concert au Festival International de Benicassim 2006 (dimanche)
Editors en concert au Festival Les Eurockéennes 2007 (samedi)
Editors en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
Editors en concert au Grand Mix (mardi 27 avril 2010)
Editors en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2016 - du vendredi au dimanche
Editors en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Dimanche 28 août
Editors en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017)
Editors en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017) - samedi 8 juillet
Editors en concert au Festival des Eurockéennes 2017 - Vendredi 7 juillet
L'interview de Editors (5 avril 2008)
L'interview de Editors (18 septembre 2009)
The xx en concert au Grand Mix (jeudi 11 février 2010)
The xx en concert au Festival Pukkelpop 2010 (vendredi 20 août 2010)
The xx en concert au Festival La Route du Rock #22 (samedi 11 août 2012)
Metronomy parmi une sélection de singles (décembre 2007)
Metronomy parmi une sélection de singles (mai 2008)
La chronique de l'album Nights out de Metronomy
La chronique de l'album The English Riviera de Metronomy
Metronomy parmi une sélection de singles (avril 2012)
Metronomy en concert au Festival International Benicàssim 2008
Metronomy en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
Metronomy en concert au Festival We Love Green #1 (édition 2011)
Metronomy en concert au Festival We Love Green 2011 (1ère édition) - dimanche 11 septembre
Metronomy en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - vendredi
Metronomy en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Vendredi
Metronomy en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #26 (édition 2014) - vendredi
Metronomy en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017) - vendredi 7 juillet
L'interview de Metronomy (29 mai 2008)
Justice en concert au Festival International de Benicassim 2006 (samedi)
Justice en concert au Festival La Route du Rock 2007 (mercredi)
Justice en concert au Festival La Route du Rock 2007 (jeudi)
Justice en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
Justice en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Samedi)
Justice en concert au Festival International Benicàssim 2008
Justice en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
Justice en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012
Justice en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - samedi
Justice en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2017 - du vendredi au dimanche
La conférence de presse de Justice (15 août 2007)
L'interview de Justice (octobre 2007)

En savoir plus :
Le site officiel du Main Square Festival
Le Facebook du Main Square Festival

Crédit photos : Didier Richard


Didier Richard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Metronomy (29 mai 2008)


# 14 octobe 2018 : L'Eclectisme n'est pas un gros mot

Du joyeux, du triste, du beau, du sombre, du symphonique, du dépouillement, de l'épique, de l'intimiste... Encore une semaine chargée en actualité et pleine d'éclectisme dans notre sélection culturelle à découvrir sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Wanderer" de Cat Power
"I Am As You Are" de Sol Seppy
"Dag Wiren : Sinfonietta in C major, Serenade, Synphony N3 & Divertimento" de Rumon Gamba & Iceland Symphony Orchestra
"Une issue" de Samuel Cajal
"Comme un ours" de Alexis HK
"Antilles méchant bateau" par divers artistes
"Blow" de Donny McCaslin
Rencontre avec Gontard! et son nouveau clip "Arcade Fire" à découvrir
"Weapons of mass percussion" des Tambours du Bronx
"Houdini" de San Carol
"Vendredi soir EP" de Céline Tolosa
et toujours :
"La fragilité" de Dominique A
"Il Francese" de Jean Louis Murat
"Pink air" de Elysian Fields
Qu'en Pense Gertrude ? en interview accompagnée d'une session acoustique dans une cave à vins
"Certaine ruines" de Cyril Cyril
"Northern chaos gods" de Immortal
"Feel" Invigo
"La gueule de l'emploi" de Lénine Renaud
"Si c'était à refaire" de Septembre
"Voodoo magic" de Spiral Deluxe
"Midnight in an moonless dream" de The Buttertones

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Banquet" au Théâtre du Rond-Point
"Le Pouvoir" au Théâtre de Ménilmontant
"La Nostalgie du futur" au Théâtre national de Bordeaux
"La Cantate à trois voix" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Queen Mary" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Laïka" au Théâtre du Rond-Point
"Oscar et la Dame rose" à la Comédie Bastille
"Jean-François Derec - Le jour où j'ai appris que j'étais juif" au Théâtre L'Archipel
les reprises :
"Tous mes rêves partent de la gare d'Austerlitz" au Théâtre 13/Seine
"Camille contre Claudel" au Théâtre du Roi René
"Deux mensonges et une vérité" au Théâtre Rive-Gauche
"Le Potentiel érotique de ma femme" au Théâtre des Mathurins
"Ma cantate à Barbara" au Théâtre des Variétés
"K Surprise" au Théâtre Les Déchargeurs
"Clouée au sol" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Gloire de mon père" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"J'ai mangé du Jacques" au Théâtre Les Déchargeurs
et la chronique des autres spectacles d'octobre

Exposition avec :

"Caravage à Rome - Amis et Ennemis" au Musée Jacquemart-André
"Giacometti - Entre Tradition et Avant-garde" au Musée Maillol

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Guantanamera" de omas Gutierrez Alea et Juan Carlos Tabio
"Wine Calling" de Bruno Sauvard
Ciné en bref avec :
"A Star is born" de Bradley Cooper
"Climax" de Gaspar Noé
"L'Ombre d'Emily" de Paul Feig
"Frères ennemis" de David Oelhoffen
"The Little stranger" de Lenny Abrahamson
"Voyez comme on danse" de Michel Blanc
la chronique des films de septembre
et la chronique des autres sorties d'octobre

Lecture avec :

"Bandidos" de Marc Fernandez
"Commode, l'empereur gladiateur" de Eric Teyssier
"La mort selon Turner" de Tim Willocks
"La riposte" de Philippe Meirieu
"Reporter criminel" de James Ellroy
"Un gentleman à Moscou" de Amor Towles
et toujours :
"Sympathie pour le démon" de Bernardo Carvalho
"Réelle" de Guillaume Sire
"Personne n'est obligé de me croire" de Juan Pablo Villalobos
"Les illusions" de Jane Robins
"Les exilés meurent aussi d'amour" de Abnousse Shalmani
"L'autre siècle" de Xavier Delacroix

Froggeek's Delight :

"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=