Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Andromaque m'a tué(e)
Théâtre L'Etoile du Nord  (Paris)  juillet 2012

Tragédie d'après l'oeuvre éponyme de Racine, mise en scène de Naïs El Fassi, avec Nacima Bekhtaoui, Clément Oliva, Maïa Rivière, Lisa Spurio, Jackee Toto et Matthieu Tune.

Pour sa première mise en scène, hors celle d'une création collective présentée en début d'année dans ce même théâtre de l'Etoile du Nord dans le cadre d'un festival de formes courtes autour de Shakespeare, la jeune comédienne Naïs El Fassi n'a pas opté pour la facilité en choisissant non seulement une pièce du répertoire mais, de surcroît, une tragédie.

Et elle livre avec "Andromaque m'a tué(e)", adaptation de l'Andromaque de Racine, un travail très intéressant, pour lequel elle s'est judicieusement inspirée d'une réflexion exploratoire menée au début des années 80 par Jean-Luc Dénis, metteur en scène canadien, dont les lignes directrices concernent tant le fond que la forme pour se concentrer sur le coeur thématique intemporel qu'est la passion dévastatrice dans cette "chaine amoureuse à sens unique" sur fond de guerre de Troie.

Sur le fond, la partition du quatuor tragique, élaguée de sa surannée gangue de galanterie amoureuse, subit un recentrage radical, en se focalisant sur les "grandes scènes", conservées en l'état, qui éclairent tant la psychologie de l'amour destructeur quand il n'est pas partagé, que les relations actantielles de la tragédie et aménage, comme contrepoint de la rationalité, celle des confidents.

Les personnages principaux, volontairement empêtrés, les femmes le bras entravé, les hommes avec des éléments de costumes encombrants, des chaussures de dragqueen pour Oreste, un empilement de hardes, tributs des ennemis vaincus, pour Pyrrhus, évoluent en proximité avec le public installé en bi-frontal sur la scène, les confidents (Maïa Rivière et Clément Oliva), en costume de ville, étant assis parmi les spectateurs.

Cette version resserrée permet de prendre la mesure de l'emprise passionnelle sur les héros masculins tant Oreste, le fils de Agamemnon, que Pyrrhus, le prince victorieux, respectivement interprétés par Matthieu Tune et Jackee Toto, tous deux dans un registre à la limite du mélodramatique, qui abdiquent toute dignité sacrifiant tout, rang social et ascendance glorieuse, le mélancolique qui se complet dans la victimisation liée à sa lignée maudite, et l'amoureux pathétique instrumentalisé jusqu'à la perpétration d'un assassinat avant de sombrer dans la folie, que Pyrrhus, aveuglé par le désir de posséder une reine déchue et captive, femme dont la beauté, la droiture morale et l'insoumission sont l'enjeu d'un nouveau combat.

Si les hommes foncent tête baissée vers leur destin funeste, les héroïnes raciniennes sont davantage en proie au dilemme et les deux jeunes comédiennes qui les incarnent se démarquent nettement non seulement par l'intensité de leur jeu mais également, chacune à sa façon, par leur manière de déjouer le piège de la diction déclamatoire des alexandrins.

Lisa Spurio porte avec assurance la figure de Andromaque, celle dont la seule présence enclenche la mécanique infernale qui, par ricochet, va conduire au sanglant dénouement, la seule à avoir connu l'amour partagé, qui montre autant de noblesse d'âme, figure de la fidélité conjugale, de l'amour maternel que d'habileté redoutable pour esquiver le chantage de Pyrrhus.

Quant à Nacima Bekhtaoui, une belle et prometteuse découverte, elle est excellente dans le rôle de Hermione, la fière princesse éprise d'absolu en proie au conflit intérieur entre une passion dévorante et un orgueil humilié qui réclame vengeance et inverse l'amour en haine.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=