Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition - Dimanche
Sinyaya Kozha - The Mamys & the Papys - The Masonics - Great Mountain Fire - Zebda - Colin Stetson - Charles Bradley and his Extraordinaires - Healer Selecta - Lee Scratch Perry - The Congos - Max Romeo  (Aulnoye-Aymeries, Nord)  du 3 au 5 août 2012

C’est parti pour le troisième jour du festival des Nuits Secrètes à Aulnoye-Aymeries (59). On commence à fatiguer un peu, mais le programme qui s’annonce aujourd’hui garde notre motivation intacte.

Il a fait chaud, mais chaud, vraiment ! On a même pris des coups de soleil, c’est vous dire. La bruine est de retour ce soir, mais rien ne nous arrêtera : rechargés à bloc, on commence par Sinyaya Kozha au Jardin, déjà vus le vendredi, mais ces deux-là sont tellement touchants et enthousiasmants que ça vaut un bis.

Le soir n’est pas encore tombé que déjà les rocks stars locales nous font leur show bouillant sur la Grande Scène : The Mamys & the Papys, qui ont ouvert le bal en début de festival, viennent le refermer en beauté. Cette chorale de retraités du coin, emmenée par une jeune femme débordante d’énergie, nous offre quelques reprises pas piquées des hannetons : "Louxor, j’adore", de celui qui les a un peu parrainés l’an dernier, un "Sea, Sex and Sun" avec gémissements et choré sensuelle, on en arrivera même au lancer de petites culottes ! Ils sont accompagnés par Benoît Carré et ses musiciens, et visiblement, tout le monde s’amuse. Ils ont cette année un invité "junior" : un jeune rappeur se joint à eux sur un "Fell good Inc." de Gorillaz tout à fait convaincant. Leur désormais célèbre "Antisocial" finit de convaincre un public ravi. The Mamys & the Papys sont les mascottes du festival ! Vous connaissez "La Minute Vieille", sur Arte ? Et bien vous avez là sa version musicale.

On reste dans le rock, mais nettement plus gras : The Masonics arrivent. Ça serait un peu comme si les Clash s’étaient pris 30 ans dans la figure.

Du papi comme ça, on veut le même à la maison : lunettes sur le bout du nez, chemises à carreaux, casquette, ça envoie du bon gros rock, de la batterie bien carrée, de la guitare bien crade, c’est parfait.

Sur la Grande Scène, on passe à un style complètement différent : le groove pop électro de Great Mountain Fire (ex Nestor !) met une ambiance gentiment dansante. Ils mènent bien leur set, ça bouge dans tous les sens sur scène, c’est créatif, ils savent bien nous amener dans leur énergie rafraîchissante. Complètement différent de l’ambiance recueillie de ce qu’ils ont proposé en Parcours Secret, et ça, c’est bien !

Chauffés par Great Mountain Fire, on attend ceux qui rassemblent les familles de tous horizons : Zebda. La Grande Scène est comble, jeunes minets et minettes, papis à bérets, familles au grand complet, pré-ados aux cheveux gélifiés, tout le monde est d’accord : Zebda sur scène, ça dépote. C’est qu’ils en ont, de l’expérience scénique, les loulous ! Magyd est là comme un pilier, Mouss et Hakim sautent autour de lui, le dialogue entre eux ne s’est jamais rompu et ça se voit, ça s’entend, ça glisse, c’est rodé, impeccable. Les toulousains font le job, et bien : musique dansante et une pêche à tout casser sur scène, tout le monde est content. Même les pas forcément fans sont épatés, il n'y a pas à dire, Zebda, pour terminer le festival en famille avec le sourire, c’est parfait.

Encore une preuve de la programmation diversifiée mais parfois ultra pointue de ce bonbon sucré de festival des Nuits Secrètes : Colin Stetson est au Jardin. Saxophoniste canadien ayant collaboré avec Arcade Fire ou Bon Iver, pour nous public, il est avant tout un instrument. Son incroyable saxophone basse trône sur la scène et intrigue, projette déjà un imaginaire, éclairé par la lumière d’un Darius Khondji, peuplé des atmosphères glauques de films post-apocalyptiques.

Colin Stetson ne joue pas, il souffle, il vibre, il frappe, il se balance, il cherche la transe. Par la respiration continue, il fait sortir mille sons de son instrument, mille chemins à suivre. Plusieurs micros permettent de capter chaque impulsion, chaque accent, et un autre en collier nous fait entendre le "chant" de ses cordes vocales. C’est une prouesse technique et c’est un miracle sensoriel. Il prend parfois un sax alto, qui nous fait entendre une symphonie mélodique claire, mais au saxo basse, c’est le vent des steppes, le souffle polaire, rythmés d’un balancement essentiel qui évoque la marée, les phases de la lune, la danse des derviches, le fondamental.

Moment absolu où il nous présente un morceau dont le thème est en rapport avec cette baleine dont le chant ne correspond à aucun autre chant répertorié, cet animal qui chante dans l’océan et à qui personne ne répondra ; morceau d’une infinie tristesse où le rythme se fait pulsatile, où la dimension élémentaire et nos cœurs d’humains se rejoignent dans ce souffle. Choc esthétique sonore ultime.

Puis l'ambiance change une fois encore avec l'arrivée sur la scène du jardin de Charles Bradley et ses Extraordinaires. Le "Black Swan" offre un show soul et funk de rêve. C'est chaud, c'est vibrant, c'est lumineux, passionné, enflammé... L'espace d'un instant, on se prend à imaginer que c'est son altesse James Brown elle-même qui croone ainsi dans ses habits de lumière. Puis on se dit surtout que c'est ce que Michaël Jackson aurait pu devenir s'il n'avait pas déconné en route. Finalement, on se laisse capturer par la voix du jeune premier et l'on s'occupe d'enlacer sa moitié – ou d'en trouver une. Et dire que l'homme n'en est, malgré sa cinquantaine passée et ses allures de vieux briscard, qu'à son premier album. La grandeur, tout simplement.

Celui qui ferme le bal de la Grande Scène est déjà un habitué des Nuits Secrètes : Healer Selecta, grand manitou français des nuits londoniennes, celui qui sait mélanger sur sa platine toute la soul et le rockabilly que vous n’avez pas encore découvert, était déjà là l’année dernière, il ferme la boutique tous les soirs à la Bonaventure, bref, il est partout. Et il a amené ses copains les Dustaphonics. Une grosse énergie, une chanteuse au tempérament explosif, un batteur ex-Milkshades, un jeune bassiste talentueux, tout est réuni pour un concert de folie, et le public a bien l’intention de profiter de son dernier concert gratuit.

Au même moment, le Jardin s'offre une fin de soirée aux allures de best-of reggae, en réunissant sur un même plateau trois grands noms de la musique jamaïcaine : The Congos ; Max Romeo et – excusez du peu – Lee "Scratch" Perry lui-même, LE Godfather du Reggae. De quoi s'enfoncer doucement dans une nuit cotonneuse comme un épais nuage de fumée... les amateurs ont apprécié.

Oh mais c’est déjà fini ? Voyons : des découvertes renversantes, des concerts attendus et réussis, des groupes qu’on a envie de revoir, quelques frustrations pour nous faire baver un peu, des bénévoles adorables, des gaufres brûlantes servies avec le sourire… Oui, tout y est.

On va même pouvoir prolonger le plaisir avec les Secrètes sessions, des morceaux enregistrés par certains groupes de la programmation mélangés à des artistes locaux, qui seront très bientôt disponibles en téléchargement gratuit sur le site du festival, et en concert à Paris au Divan du Monde le premier Septembre pour certains d’entre eux.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Sinyaya Kozha en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition - Vendredi
La chronique de l'album Canopy de Great Mountain Fire
Zebda en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - samedi
Zebda en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition
Zebda en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi
Zebda en concert à Oeno Music Festival #2 (édition 2015)
La chronique de l'album New History Warfare, vol 2 : Judges de Colin Stetson
La chronique de l'album Sorrow de Colin Stetson
Colin Stetson en concert au Festival La Route du Rock #22 (dimanche 12 août 2012)
Colin Stetson en concert à Matana Roberts - Thee Silver Mount Zion Memorial Orchestra - Colin Stetson - Jason Van Gulic (lundi 19 & dimanche 25 novembre 2012)
Max Romeo en concert au Festival Solidays 2004 (dimanche)
Max Romeo en concert au Festival Les Nuits Secrètes

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Les Nuits Secrètes
Le Facebook du Festival Les Nuits Secrètes


Aude Arcangeli & Marion Gleizes & Olivier RYCKEBUSCH & Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=