Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition - Vendredi
Sinyaya Kozha - SoCalled - Great Mountain Fire - The Minutes - Orchestra of Spheres - Zita Swoon Group - Baxter Dury - Orelsan - Don Rimini - Battles  (Aulnoye-Aymeries, Nord)  du 3 au 5 août 2012

On est heureux chaque année de retrouver les Nuits Secrètes, festival de taille modeste à l'ambition maximale : éco-citoyenneté, découvertes, ambiance familiale... Bref : l'un des rendez-vous éminemment recommandables de l'été. Installé depuis 11 ans dans le sud du Nord, à Aulnoye-Aymeries, il s'est montré parfaitement à la hauteur et nous a régalés trois jours durant. Retour sur les moments marquants de cette édition.

Pour ouvrir le Festival, sur la scène du Jardin encore très clairsemée, le duo local Sinyaya Kozha est assez parfait avec son univers poétique, déroutant, mais fascinant.

Le chanteur, Thierry Dupont, un vrai rockeur pénétré, est comédien dans la compagnie de théâtre L’Oiseau-Mouche, composée de personnes "en situation de handicap mental". Ne sachant ni lire ni écrire, il interprète des textes appris sous forme de rébus, parfois dans une langue instinctive qui ressemblerait à du "yaourt" coréen. Le sourire nous vient quand il interprète à sa façon "Les mots bleus" de Christophe, ou "Libertine" de Mylène Farmer. Mais cette bizarrerie est incarnée de façon si simple, si directe, qu’elle ressemble à du surréalisme au premier degré, sincère et sans prétention ; et le sourire devient intérêt puis compréhension évidente, comme devant une langue étrangère, mais sans étrangeté.

Le musicien qui l’accompagne, Benjamin Delvalle, le suit en permanence au plus près, à la guitare ou à la batterie, parfois enrichies de boucles. Son regard bienveillant accompagne Thierry Dupont en collaborateur, tout à la fois techniquement très riche et respectueux de cet univers singulier. Premier groupe, première bonne surprise : le spectacle a commencé, on est conquis.

Le festival des Nuits Secrètes n’est pas un festival comme les autres, il a un secret : ses Parcours. Acheter une place de concert, sans savoir quel artiste on va voir, ni où, ça n’est pas une démarche à laquelle on est habitués. Mais c’est justement ça le plaisir, le petit frisson, le petit pas dans l’inconnu : allez zou, on y va !

20 minutes de bus sous une pluie battante et nous débarquons à Maroilles. Nous ne savons toujours pas qui nous allons voir des 10 artistes prévus en Parcours. Suspense ! Nous rentrons dans l’ancien moulin rénové, et c’est SoCalled et sa bande, yeah ! Chouette, on va avoir droit à un concert intimiste de rap yiddish mâtiné d’électro sautillante, qu’est-ce que ça peut bien donner pour un public de 50 personnes ?

Et bien c’est le pied. Parents et enfants gigotent sur les bancs, tout le monde a la banane, les musiciens s’amusent, SoCalled joue avec le public, danse, rigole, fait des tours de magie, et la chanteuse Katie Moore a une voix d’ange. Ce parcours était une bulle de chaleur et de bonne humeur dans l’humidité ambiante, un vrai plaisir : merci.

Dans le même registre, on aura pu découvrir Great Mountain Fire en set acoustique dans une petite Église perdue dans la nuit et la campagne. L'occasion d'entendre une autre facette du travail de la formation, qui a justement préparé en résidence avant le festival cette transposition de son album Canopy. Un moment précieux d'apesanteur, de lenteur, de beauté cultivée, dont le public est ressorti avec un sourire conquis. Le Festival des Nuits Secrètes, c’est aussi ça : l’accompagnement des artistes dans leur recherche. Et c’est bien.

Pour ceux qui ne sont pas de l’escapade, le spectacle continue sur la scène du Jardin. Annoncé par certains comme "le meilleur groupe de rock’n’roll de Dublin", The Minutes étonne.

Certes, ça n’est pas beaucoup plus que du rock garage efficace pour radio FM, mais le trio est agréable à regarder : la main baladeuse, le leader chatouille la basse de son acolyte d’un doigt humecté très subtil, et il vient sans cesse chercher un public qui va finir par s’étoffer après un déluge sans nom sur leur sympathique "Fleetwood".

L’ambiance sur scène est au tripotage, la musique pas désagréable, et le tout donne un côté presque suave, inattendu et, en fait, "inentendu", mais c’est cette impression qui restera.

À peu près au même moment, mais sur la Grande scène, les Néo-Zélandais d'Orchestra of Spheres gratifient le public d'une prestation originale – pour ne pas dire "foutraque" : instruments impossibles, bricolés à la main, tenues fantaisistes, compositions alambiquées et super énergiques, influences on ne peut plus diverses (du rock et de la musique traditionnelle polynésienne, du jazz et de l'expérimentation disco débridée...). On l'aurait peut-être aimé plus planant, mais on aura au moins été entraîné.

Retour au Jardin, on circule dans la ville et les concerts nous baladent autour du monde : on part au Burkina Faso ! La démarche de Stef Kamil Cartens (ex dEUS) au sein de Zita Swoon Group s’apparente un peu à celle d’un Damon Albarn, sans l’ego. Le collectif polymorphe fonctionne comme une troupe ouverte sur toutes les cultures, qui cherche à créer une musique vraiment actuelle en se jouant des codes de la "world music". Ici il nous présente son dernier album Wait for me, enregistré avec un duo burkinabé.

Un peu en deçà de ce que l’on imaginait sur papier, le résultat est quand même loin des clichés, les percus se faisant parfois juste caressantes, laissant toute place aux autres instruments africains et aux voix du belge et de Awa Démé, qui semblent parler un même langage.

Même sans être emballés, on est reconnaissants à ces tessitures, ces couleurs, ces personnes, de réchauffer un peu nos petits pieds transis et trempés.

Après s’être empiffrés d’une gaufre liégeoise bénie des dieux, on va jeter une oreille à Baxter Dury.

Le plein air et le son crachottant lui réussissent. Il y laisse un peu de sa préciosité, ses chansons gagnent à être plus sales, même si ça ne suffit pas à faire de "Claire" un titre écoutable. Et puis il faudra penser à couper l’image aussi, parce que ses pauses de dandy, bon, ça va un temps.

Pendant ce temps, Orelsan termine son set sur la Grande Scène, et il faut voir la joie des gamins et autres adultes venus voir grandir un Aurélien disponible (séance d’autographes sympa avant le concert, en marge de la Grande Scène) et traducteur fidèle des questionnements de notre temps.

Don Rimini boucle la soirée de la Grande Scène et ça ne se rate pas. Grosse motivation ! On n’est pas déçus. Par l’ouverture. La monumentale structure d’où le Don nous octroie sa leçon est un brin mégalo, mais passons, c’est la mode chez les maîtres DJ (voir Étienne de Crécy il y a 2 ans aux Nuits Secrètes, et aussi DeadMaus, Axwell…). Le son monte, c’est puissant, on se dit là, plongeon transe, c’est parti pour une grosse heure… et puis non. Le set manque de légèreté, il est monotone. Avons-nous passé l’âge ? N’avons-nous pas assez bu de bière "Spéciale Nuits Secrètes" ? Le public n’est peut-être pas réceptif ? Toujours est-il qu’au bout de 45 minutes, on déclare forfait et on rejoint le Jardin.

Grand bien nous en a pris ! Battles est sur scène. Leur musique est impressionnante et inattendue.

En coup de vent, elle peut évoquer une forme d’électro sophistiquée. En fait pas du tout : c’est le batteur qui est cybernétique. Il "est" sa batterie, il fait corps avec elle. Un animal replié sur sa machine, John Starier (ex Helmet) hypnotise avec ses rythmiques math-rock : complexes, parfois dissonantes mais complètement accessibles, évocatrices, elles composent d’étranges mélodies organiques.

Avec Ian Williams à la guitare et aux claviers et Dave Konopka à la basse, ils forment une hydre sonique tant ils fonctionnent comme un seul homme au service de ce miracle. Parfois complété par les voix de Gary Numan ou de la chanteuse des Blonde Redhead, par le biais de vidéos sans fioritures, le résultat est juste jouissif, le public subjugué ; Battles, you made my day. C’était leur avant-dernière date avec ce set, vivement le prochain, qu’on vibre à nouveau.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Sinyaya Kozha en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition - Dimanche
SoCalled en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition - Samedi
La chronique de l'album Canopy de Great Mountain Fire
La chronique de l'album The Minutes de Alison Moyet
Orchestra of Spheres en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition
Zita Swoon Group en concert à L'Aéronef (dimanche 10 février 2013)
La chronique de l'album Floor Show de Baxter Dury
La chronique de l'album It's A Pleasure de Baxter Dury
Baxter Dury en concert au Festival La Route du Rock - Collection Hiver 2006
Baxter Dury en concert au Festival Les Paradis Artificiels #6 (édition 2012) - mardi 17 avril
Baxter Dury en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Samedi 29 septembre
Baxter Dury en concert au Festival La Route du Rock #24 (samedi 16 août 2014)
Baxter Dury en concert au Festival de Beauregard #7 (édition 2015) - Vendredi
La chronique de l'album Perdu d'avance de Orelsan
Orelsan en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Samedi
Orelsan en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - dimanche
Orelsan en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - samedi & dimanche
Orelsan en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Marseille
Orelsan en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Vendredi 28 septembre
La chronique de l'album E.P. C B de Battles
La chronique de l'album Mountain battles de The Breeders
La chronique de l'album All the Battles de JOY
Battles en concert au Festival de Dour 2006 (vendredi)
Battles en concert à La Maroquinerie (10ème édition des Inrocks Indie Club) (21 septembre 2006)
Battles en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Battles en concert à L'Aéronef (mardi 12 avril 2011)
Battles en concert au Cabaret Sauvage (jeudi 30 juin 2011)
Battles en concert au Festival La Route du Rock #21 (samedi 13 août 2011)
Battles en concert au Grand Mix (jeudi 29 octobre 2015)
Battles en concert au Festival La Route du Rock #26 (samedi 13 août 2016)

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Les Nuits Secrètes
Le Facebook du Festival Les Nuits Secrètes

Crédit photos : Aude Arcangeli, Olivier Ryckebusch et Cédric Chort (Retrouvez toute la série sur Taste of Indie)


Aude Arcangeli & Marion Gleizes & Olivier RYCKEBUSCH & Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 21 janvier 2018 : En attendant les beaux jours

Il pleut partout, il fait moche, il fait froid. Qu'à cela ne tienne, voici notre sélection de la semaine qui devrait pouvoir occuper vos jours gris et vos soirées au coin du feu avec moultes choses à écouter, à lire, et à voir. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Thanks for listening" de Chris Thile
"Moondog new sound" de Ensemble Minisym
"Mossy Ways" de Eric Le Lann
"MOR" de Marcel Kanche
"Mille excuses" de Misska
"Essais, volume 2" de Pierre de Bethmann Trio
"Songs of praise" de Shame
et toujours :
Aftermath" de Alex Stuart
"Kili kili" de Black Bones
"Jean Baptiste Lully : Alceste, ou le trimphe d'Alcide" de Christophe Rousset & les Talens Lyriques
Interview de Pierre autour d'une session live de 5 titres
"Girl's ashes" de Dirty Work of Soul Brothers
"Infernu" de Hifiklub
"Trio 30YearsFrom" de Théo Girard
"Destination overground : the story of Transglobal" de Transglobal Underground
"Classe moyenne" de Vincent Touchard

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"La Maladie de la Mort" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Schatten ( Eurydike sagt)" au Théâtre de la Colline
"Les Bacchantes" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Tertullien" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Le Menteur" au Théâtre de la Tempête
"Concertos de Passions" au Théâtre Les Déchargeurs
"Céline, derniers entretiens" au Théâtre Les Déchargeurs
"Après le tremblement de terre" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Paysages intérieurs" au Théâtre Le 13ème Art
"Les Fils prodigues" au Théâtre Le Maillon à Strasbourg
"J'arriverai par l'ascenseur de 22h43 (chronique d'un fan de Thiéfaine)" aux Docks à Lausanne
les reprises à ne pas rater:
"Trahisons" au Théâtre Le Lucernaire
"Gauthier Fourcade - Liberté !" au Studio Hébertot
"Constance - Gerbes d'amour" au Théâtre Apollo
"Mon meilleur copain" au Grand Point Virgule
et les chroniques des autres spectacles de janvier

Expositions :

dernière ligne droite pour "Irving Penn" au Grand Palais

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"La Douleur" de Emmanuel Finkiel
et les chroniques des sorties de janvier

Lecture avec :

"Assad" de Régis Le Sommier
"Celui qui disait non" de Adeline Baldacchino
"Etienne de silhouette" de Thierry Maugenest
"Fausses promesses" de Linwood Barclay
"Le pouvoir" de Naomi Alderman
"Mille soleils" de Nicolas Delesalle
"Itinéraire d'un enfant maltraitée" de Liliane Zylbersztejn
et toujours :
"L'infinie comédie" de David Foster Wallace
"La femme qui ment" de Hervé Bel
"La friction du temps" de Martin Amis
"Les oiseaux morts de l'Amérique" de Christian Garcin
"Massacre des innocents" de Marc Biancarelli
"Un homme doit mourir" de Pascal Dessaint

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=