Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'insatiable homme-araignée
Pedro Juan Gutiérrez  (13E Note Editions)  août 2012

Le narrateur de "L'insatiable homme-araignée", factotum de l'auteur cubain Pedro Juan Gutiérrez, c'est un dur, un costaud, un tatoué, un macho pur jus de canne, qui a bien roulé sa bosse et pour qui la vie c'est boire, fumer et baiser entre divagations dans les bas-fonds de La Havane et angoisses existentielles de la cinquantaine qui agite l'épouvantail de l'andropause sous son... nez.

Mais c'est aussi un mélomane qui écoute Sibélius, Haendel, Brahms, Mahler et tutti quanti et qui traîne ses tongs pendant que son épouse trime dans une pizzeria pour assurer le rhum quotidien et rentre le soir éreintée et puant le graillon, ce qui n'attise pas l'érotisme conjugal.

Car c'est un artiste polyvalent, poète, peintre, sculpteur et écrivain, dont les écrits sont essentiellement alimentés par les tranches de vie crasseuses de Havanais en situation de survie après un demi-siècle de bourbier castriste scandés des soliloques foireux d'un dépressif, doublé d'un érotomane priapique et pour qui le summum de l'existence serait d'avoir un harem, et qui oscille entre mégalomanie narcissique ("moi, magnifique, et superbe et exemplaire unique") et désespoir ("en proie à une perplexité et une confusion permanentes").

Dans le suffocant climat tropical, ce fameux soleil - sous lequel la misère est moins pénible ? - qui exacerbe les couleurs, les odeurs et notamment celles des fluides corporels dispensés sans économie au cours de nuits blanches passées à danser, écluser et forniquer et accélère la pourriture, la saleté qui règne en maître, la pénurie qui pousse à se battre pour acheter des sacs d'os pour le peu de viande qui y adhère encore après le dépeçage de l'animal, cet homme blanc qui n’en a que pour le cul des noires, métisses et mulâtresses qui ne se montrent guère farouches dans la pratique d'un sexe pulsionnel, le sexe exutoire, pour échapper à un présent de merde, oublier un futur sans avenir, braver la camarde et jouir d'une liberté inaliénée.

L'opus se présente, comme l'indique l'éditeur, comme "un album de vignettes cubaines" et Pedro Juan Gutiérrez annonce tout de suite la couleur avec en exergue une citation de Hemingway.

Il appartient à cette génération d'écrivains nés au début des années 50 qui n'en finit pas de creuser le sillon de "Papá" et qui comme Charles Bukowski et consorts, à défaut d'imaginaire fécond leur permettant d'accéder à la fiction, font de leur vie et de celles des autres leur matériau.

Cela donne des instantanés d'un réalisme cru. La plume de Gutiérrez, qui pratique et revendique "le réalisme sale", ne s'embarrasse pas de marquises et ne fait ni dans la dentelle ni dans l'eau de rose. Ici le sentiment éthéré est un luxe inabordable, et il est fidèle à son credo littéraire : "Moi, j'écris pour provoquer un peu et obliger les autres à renifler la merde".

Pari tenu pour une immersion dans les poubelles, les taudis et l'intimité des Havanais à la dérive à travers ce que certains qualifie une ethnologie de quartier.

Pour découvrir l'envers du décor de carte postale d'une ville mythifiée.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 novembre 2018 : En route pour l'hiver

Quoi de plus triste qu'un jour férié un dimanche pluvieux ? Pas grand chose mais il est temps de se remonter le moral avec le sommaire de notre petite sélection culturelle hebdomadaire.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Olivier Brion, complétée par une session 5 titres
"Au dessus" de Au Dessus
"Terrain à mire. Une maison rétive. Contrainte par le toit" de Bégayer
"Rojo vivo" de Borja Flames
"Alaska" de Eryk.E
"Envol" de Joulik
"La boîte de pandore" de Karin Clercq
"Pur sang EP" de Pur Sang
"Grazyna Bacewicz : The Two Piano Quintets - Quartet for four violins - Quartet for four cellos" de Silesian Quartet and Friends
"Songs for a city" de Victoire Oberkampf
et toujours :
"Tempérance #2" de Dominique Dalcan

"Thomas Pesquet : 16 levers de soleil, BOF" de Guillaume Perret
"In the street" de Laurent Fickelson
"Buenos Aires 72" de Marina Cedro
"Caribbean stories" de Samy Thiébault
"Black honey" de Black Honey
"Nulle part" de Daisy Driver
"Ancient majesty" de Portier Dean
"Chimie vivante" de Féloche

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Love" aux Ateliers Berthier
"Ivanov" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Demi-Véronique" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Stück Plastik, une pièce en plastque" à la Manufacture des Oeillets
"La Vie devant soi" au Théâtre Jean Arp à Clamart
"L'Avalée des Avalés" au Théâtre Les Déchargeurs
"Les Filles du Trois et demi" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Les Fourberies de Scapin" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Autre fille" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie lente" au Théâtre de La Reine Blanche
"Pauline Cariou - Chroniques d'une vie décalée" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"My Ex-step-in-law" au Théâtre Dunois
"Les Louvres and/or Kicking the dead" au Centquatre
"Retour à Lemberg" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
les reprises :
"Berlin Kabarett" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Ex-Anima" au Théâtre Zingaro
"Le Joueur d'échecs" au Théâtre de l'Epée de Bois
"En couple" à La Folie Théâtre
"Les Divalala - Femme, Femme, Femme" au Palais des Glaces
et la chronique des autres spectacles de novembre

Exposition avec :

"Grayson Perry - Vanité - Identité - Sexualité" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Carmen & Lola" de Arantxa Etchevarria
"High Life" de Claire Denis
"Un amour impossible" de Catherine Corsini
Oldies but Goodies avec "L'Adieu aux armes" de Frank Borzage en version restaurée
et la chronique des sorties d'octobre

Lecture avec :

"Prisonniers de la géographie" de Tim Marshall
"Le peuple contre la démocratie" de Yascha Mounk
"Le complexe d'Hoffman" de Colas Gutman
"La croisière charnwood" de Robert Goddard
"Haute société / Frank et Billy" de Vita Sackville / Laurie Colwin

et toujours :
"Ce qui t'appartient" de Garth Greenwell
"Et j'abattrai l'arrogance des tyrans" de Marie-Fleur Albecker
"Infirmière" de Christie Watson
"Le camp de la goutte d'eau" de Baniel Bililian
"Qaanaaq" de No Malo
"Treize jours" de Arni Thorarinsson

Froggeek's Delight :

"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows

et toujours :
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=