Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Francesca, La Trahison des Borgia
Sara Poole  (MA Editions)  avril 2012

"Avant les Tudor, il y avait les Borgia. Fascinants et cruels." Enfin ! Enfin un roman historique qui parle d’autre chose que de Louis XIV ou Napoléon ! Enfin le passé d’un pays autre que l’Egypte ou l’Allemagne nazie ! Oui, c’est ce que je me suis encore répétée en choisissant ce tome 2 de Sara Poole : Francesca, la trahison des Borgia, suite directe de Francesca, Empoisonneuse à la cour des Borgia.

Pour ceux qui n’ont pas suivi, les Borgia sont la famille papale régnante sur le Monde au XVème siècle. Oui, une famille de papes, carrément ! Que je vous explique le contexte, vite fait bien fait. Nous avons appris dans notre antique jeunesse (ou moins antique !) que les papes portent des prénoms pas toujours très jolis : Boniface, Félix, Eugène…  (et qui ne sont même pas les leurs) avec un numéro, par exemple : Urbain VI a fait un discours tellement émouvant sur la Terre Sainte qu’il a envoyé au massacre des générations entières de croisés.

Donc, au début, les papes étaient bien à Avignon (la ville avec le pont qu’on y danse, qu’on y danse), un certain Grégoire XI trouvait son palais pas très beau ni très flamboyant de son amour pour son Dieu miséricordieux. Il décide donc de déplacer la papauté à Rome (où il y a plus de place ?). Oui mais Avignon voulait bien évidemment garder son titre de capitale des papes, Urbain VI n’est pas approuvé par le conclave d’Avignon ? Basta ! On va le papiser à Rome et mettre Clément VII à Avignon (ce dernier et ses illustres successeurs sont actuellement qualifiés d’antipapes, mais l’époque, ils étaient papes à part entière). Bref, it is the Grand Schisme. Qui en verra d’autres puisque Rodez, Pise et la Savoie vont aussi se mettre à élire des papes, ce qui fera jusqu’à trois papes simultanés !

Ah ! La Renaissance ! Quelle époque ! Au bout du compte, après quelques guerres et moults palabres (ce sont des gens civilisés tout de même ! Allons !), la papauté se retire à Rome, qui craignait un peu dans sa Chapelle Sixtine et son Eglise Saint-Pierre (mais avec un vieux Colisée tout pourri dont tout le monde se fichait à l’époque).

Mais ce n’est pas fini, c’est à  cette période encore trouble qu’il faut accrocher le premier roman de Sara Poole, Empoisonneuse à la cour de Borgia, où les sombres machinations et les meurtres quotidiens permettent à Borgia d’accéder au trône papal sous le nom d’Alexandre VI. La suite est évidente : vu les moyens utilisés pour sa fin, Borgia s’attend à ce que la concurrence lui pique sa place (de préférence en utilisant les mêmes subterfuges au cyanure que lui !).

"Ce deuxième tome est dans la lignée du premier"… Je confirme, d’ailleurs, si vous avez lu le premier, ce deuxième est le même. Même scénario, même héroïne (ni plus mature, ni moins nunuche), même méchant (bon, ok, il n’a pas le même nom, mais il réagit exactement de la même façon que son homologue du premier volume, je le soupçonne même de plagiat le Morrozzi), même course poursuite dans les échafaudages poussiéreux du dernier centre de luxe en construction, mêmes réflexions sur les amours impossibles entre le romantique Rocco et Francesca (qui perfectionne sa réflexion en se tapant Cesare), même meilleure copine écervelée (qui manque de se faire empoisonner en gobant ses bonbons préférés non vérifiés par un anti-poison, alors que toute la famille est en alerte et qu’un mystérieux inconnu lui fait parvenir un gentil plateau de bonbons… Même Winnie l’Ourson se serait méfié !).

Bref, j’ai été sacrément déçue par ce deuxième volume. Disons donc que Sara Poole n’a pas perdu sa manière de parler du tragique d’une manière très légère (c’est assez cynique au fond, mais pourquoi pas ! ça n’aurait pas été aussi drôle sur le ton du mélodrame !). Seulement, elle n’a pas non plus perdu la trame du roman précédent, parce que même si les nouveaux éléments sont intéressants, elle les a un peu gâchés en les mélangeant en dépit du bon sens…

Sara Poole est-elle tombée dans la facilité d’une Barbara Cartland (un seul scénario, des centaines de livres !) ? Alors que les mêmes ingrédients peuvent donner un résultat différent, un peu comme la Béchamel et la crème anglaise : des œufs, de la farine, du lait, du beurre… Une béchamel pour le troisième Sara ?

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Francesca, Empoisonneuse à la cour des Borgia" du même auteur
La chronique de "Francesca, Maîtresse de Borgia" du même auteur

En savoir plus :
Le site officiel de Sara Poole


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=