Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival International de Benicàssim #18 (samedi 14 juillet 2012)
School of Seven Bells - Department S - Robyn Hitchcock & The Venus 3 - Buzzcocks - Noel Gallagher's High Flying Birds - The Stone Roses - Crystal Castles  (Benicàssim)  du 12 au 15 juillet 2012

Encore une courte nuit, pourtant la météo est maussade et la température presque fraîche (la faute à un vent violent). Je décide tout de même d’aller me reposer à la plage en misant sur un retour du soleil. Sur ce plan là, c’est gagné. En revanche, après une brève sieste, j’ai la désagréable surprise de constater que mon portefeuille et mon portable (pourtant bien enfouis dans mon sac à dos) ont disparu... Bonne fête nationale et légère panique : il me reste deux jours de festival, sans un sou en poche et sans moyen de communication. Ça sent le mode Low Cost pour la suite. Le passage par la Guardia Civil et les démarches administratives me font rater l’entame des festivités (notamment School of Seven Bells et Department S). J’ai un peu le moral dans les tongues mais c’est la soirée des Stone Roses donc je ne vais pas non plus me laisser abattre !

J’arrive à la moitié du concert de Robyn Hitchcock ; l’ancien leader des Soft Boys, qui restent une référence pour pas mal de groupes (R.E.M. notamment), est en grande forme. Il enchaîne les pop songs immédiates, piochant dans son propre répertoire et s’appuyant aussi sur pas mal de reprises. Une bonne mise en bouche avant le déboulé des Buzzcocks.

Là encore, je m’attendais au pire, avec des préjugés sur le vieillissement prématuré des précurseurs du mouvement Punk. Que nenni ! La voix de Pete Shelley est intacte et l’envie d’en découdre bien présente. John Maher martyrise sa batterie avec un rictus au coin des lèvres, quant à Steve Diggle, il prend des poses très "Hookienne" et affole le public. Tous les classiques y passent et s’enchaînent dans un rythme effréné (les pauses entre les morceaux sont du niveau d’un Frank Black des grands soirs, c'est-à-dire inexistantes !). Pas le temps de respirer, ni de reprendre son souffle, c’est assez bluffant ! Je n’ai pas compté le nombre de morceaux, mais je pense que le set est plus qu'optimisé !

Ça fait en tous cas du bien de voir que s’ils ne sont pas forcément là que pour le plaisir, ils en prennent quand même un certain (ou alors ils simulent très bien).

Après cette bonne claque revigorante, il est temps de rejoindre la grande scène pour le retour d’un frère Gallagher au FIB, après la mascarade de 2009 qui avait marqué le début de la fin. En l’occurrence, il s’agit de Noel (avant Liam en 2013 et la reformation programmée d’Oasis en 2014 pour les 20 ans du festival ?) et de ses High Flying Birds. La foule est dense, les Anglais sont au taquet, les hymnes stadiers sont entonnés et les gobelets virevoltent. Ah… Manchester. Le concert est à l’image de l’album : simple, classieux, loin de la désinvolture du frangin. Et de s’apercevoir (si on l’avait oublié) que Noel est quand même un sacré compositeur, capable de pondre des mélodies entêtantes ("Everybody’s on the Run" et son  joli clip, "The Death of You and Me"). Après avoir dédié le concert aux Mancuniens et aux Ecossais, il clôt le set de manière très symbolique en reprenant deux titres d'Oasis : "Whatever" et "Don't Look Back in Anger" repris en cœur, avec une ferveur dont seuls les Anglais sont capables. Je suis libre de faire ce que je veux, et puis c'est tout. Comme disait l'autre, quand une de tes chansons est accueillie de cette façon là, tu peux mourir tranquille !

A l'issue du concert, il est plus sage de ne pas bouger et d'attendre gentiment l'arrivée des Stone Roses (il faut reconnaître qu'ils sont pour beaucoup dans ma venue cette année). La prestation de Ian Brown en solo en 2010 m'avait déjà mis l'eau à la bouche et c'est donc avec beaucoup d'impatience que j'attends la réunion d'un des groupes phares des années 90 dans sa version d'origine (Ian Brown, John Squire, Mani & Reni). Le moins que l'on puisse dire est que je ne vais pas être déçu : le groupe entame son set par le classique "I Wanna Be Adored", histoire de poser les règles du jeu. Le public s'enflamme dès l'intro de la ligne de basse et la tension ne redescendra pas. Tous les classiques sont déroulés sans fausse note ("Sally Cinnamon", "Made of Stone", "I Am the Resurrection").

Guitare impeccable, basse puissante et batterie profonde accompagnent un Ian Brown à la voix intacte, cabotin, toisant la foule de son regard frondeur. Le tout ponctué de "Fuck You" ("merci", en langage Madchesterien), "Muchas Gracias" avec un accent prononcé. Le concert se conclut sur un Ian Brown (décidément en grande forme) faisant danser pendant de longues minutes des figurines de Bruce Lee devant les caméras tout en surveillant le résultat sur l'écran géant derrière lui ! Les quatre membres du groupe se congratulent ensuite de manière plutôt spontanée et semblent vraiment heureux de se retrouver. Grosse prestation !

Je reprends mon souffle en attendant le concert suivant. Précisons le tout de suite, j’aime beaucoup Crystal Castles… sur album (il faut dire que sur scène, c’est déjà très compliqué de les croiser tant ils ont coutume d’annuler à la dernière minute !). Je me fais donc une joie de clôturer ma soirée avec eux. Comble du bonheur, ils sont réellement là ce soir ! Ça va donc être une chouette fête… ben non en fait, la demoiselle est pourtant très joyeuse mais manifestement ailleurs… en tous cas pas vraiment en état de chanter. La belle Canadienne (un petit côté Milla Jovovich dans Le Cinquième Elément) minaude énormément, crie aussi beaucoup et veut tellement se faire attraper par le public qu’à force de jouer, elle y parvient ! Elle revient difficilement, à moitié à poil, extirpée de la fosse par une sécurité prise au piège (de Crystal, ok...). Musicalement, le son (enregistré ?) est bien là. Pour le reste, c’est un gâchis total. Exténuée par tant de difficultés, la Miss finit par quitter la scène en plantant là son groupe, au bout d’à peine trente minutes de désolation. Triste. Je lance un grand appel : quelqu’un a-t-il déjà vu un concert valable du groupe ?

Je quitte les lieux sans demander mon reste et croise un jeune arborant un T-Shirt fait maison : "FIB2010 – Espana campeone del Mundo". Je réalise alors que jusque là pas un groupe local, ni une personne du public n’a lancé les traditionnels "Campeone" pour célébrer la victoire de la Roja à l’Euro… blasés les Espagnols ou alors vraiment préoccupés (ou bien tout simplement pas là) ?

Allez, direction dodo, les rêves vont être très Roses cette nuit.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Alpinisms de School of Seven Bells
La chronique de l'album Disconnected from Desire de School of Seven Bells
La chronique de l'album Ghostory de School Of Seven Bells
School of Seven Bells en concert au Festival Rock en Seine 2009 (samedi 29 août 2009)
Buzzcocks en concert au Fil (vendredi 13 mai 2011)
Noel Gallagher's High Flying Birds en concert à L'Aéronef (mardi 9 octobre 2012)
La chronique de l'album eponyme de Crystal Castles
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du dimanche - Wallis Bird - The Temper Trap - Success - The Black Angels

En savoir plus :
Le site officiel du Festival International de Benicàssim
Le Myspace du Festival International de Benicàssim
Le Facebook du Festival International de Benicàssim

Crédits photos : Franck Batalla


LaBat’         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=