Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Eloge du dégoût
Bernard Morlino  (Editions du Rocher)  juin 2012

Le titre n'est souvent qu'un titre qui n'augure pas du contenu et il ne faut ni penser ni espérer trouver dans cet "Eloge du dégoût" un éloge, en son acception de genre littéraire, soutenu par un discours épidictique qui prônerait le dégoût comme posture, comme manière d'être au monde ou de voir le monde.

Ni un essai sous double inspiration disciplinaire, culturelle et politique, alors même que la notion plurielle de dégoût en tant que inappétence, répugnance et aversion qui peut avoir une signification morale, se prête à l'objectivation.

Publié dans une collection à la finalité "ésotérique" qui, comme l'indique le chapitre liminaire, propose simplement de savoir tirer le meilleur du pire ou, mathématiquement, le plus du moins", l'opuscule n'a été écrit, comme l'indique explicitement son auteur, le journaliste, chroniqueur littéraire et blogueur Bernard Morlino, que pour "faire le point sur ses convictions".

Les convictions de Bernard Morlino consistent en une longue litanie visant à boulets rouges sur la société du 21ème siècle, et ses incontournables scies que sont la politique, l'argent et la culture à travers le politique show, de PAF, la financiarisation et les people.

Né au début des années 50, il se défend de pratiquer le "c'était mieux avant" pour y substituer le "c'est pire aujourd'hui" et aligne, entre deux souvenirs de jeunesse du temps de Lennon et Woodstock, des truismes qui ressortissent de conversations de café du commerce toutefois dépourvus même de l'humour des perles de la beaufitude contenues dans les brèves de comptoir.

Dans la catégorie "C'est pas parce qu'on a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule" et à coup de critique stérile et de formules à l'emporte-pièce parfois d'un goût douteux ("Les starifiés occupent la presse comme la Wehrmacht a occupé Paris"), il vitupère entre autres contre une France pourrie ("La France n'est plus qu'une grande surface avec pleins de chefs de rayon") et asservie ("Nous sommes dominés par des politiciens patentés, deux groupes de presse par ailleurs marchands d'armes et trois instituts de sondage"), la délinquance en col blanc, la télévision devenue "l'idiot-visuel", les radios "vide-ordures", l'imposture de la fausse modernité, les actrices "racoleuses pour metteurs en seins" qui montent "les marches du bunker du Festival de Cannes", la déchéance de la littérature et la fumisterie des artistes plasticiens contemporains.

Alors, les convictions de Bernard Morlino sont-elles suceptibles d'intéresser un lectorat potentiel constitué du commun des mortels ? Pas davantage que celles des shampouineuses dont il dévalorise l'opinion quand il dénonce ainsi la pratique de la presse : "Les journaux donnent plus la parole à des shampouineuses qu'à de grands esprits trop humbles pour faire le tapin comme les laquais du pouvoir".

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Eloge de la vulgarité" de Claude Cabanès
La chronique de "Eloge du contraire" de François Bott
La chronique de "Eloge du mauvais goût" de Frédéric Roux
La chronique de "Eloge de la trahison" de Jacques Aboucaya
La chronique de "Eloge de l'arrogance" de Philippe Vilain
La chronique de "Eloge du non" de Jean-Claude Lamy


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=