Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Six personnages en quête d'auteur
Théâtre de la Colline  (Paris)  septembre 2012

Comédie dramatique d'après l'oeuvre éponyme de Luigi Pirandello, mise en scène de Stéphane Braunschweig, avec Elsa Bouchain, Christophe Brault, Caroline Chaniolleau, Claude Duparfait, Philippe Girard, Anthony Jeanne, Maud Le Grévellec, Anne-Laure Tondu, Manuel Vallade, Emmanuel Vérité et la participation d'Annie Mercier.

1920. Avec "Six personnages en quête d'auteur", Luigi Pirandello, écrivain et dramaturge italien, innovait avec un non-spectacle et une mise en abyme du théâtre qui s'interrogeait sur la création littéraire, et notamment sur la construction du personnage, et de la possible mutation opérée par la représentation sur une scène qui floute les contours de la réalité et celle de la fiction.

2012. Près d'un siècle plus tard, Stéphane Braunschweig adapte l'opus pirandellien à la lumière d'un double éclairage : celui d'une époque d'exhibitionnisme confondant et de vide existentiel où les gens ordinaires et anonymes n'en finissent pas de se répandre sur leur vie en inondant le paf et le net et celui du credo du théâtre post-moderne.

Le travail de Stéphane Braunschweig est infiniment plus subtil et subversif qu'il peut y paraître d'autant qu'il use du procédé de l'arbre qui cache la forêt et peut être apprécié comme comme un hymne en creux - ou un hommage selon le degré d'optimisme du spectateur - au théâtre dans sa conception moderne et qualifiée dorénavant de "classique".

En effet, avec la scène introductive, scène additionnelle à l'oeuvre originale, il dresse de manière concise et sidérante, et avec avec autant de sérieux que d'humour et de second degré, un état des lieux des questionnements souvent essentiellement nombrilistes qui agitent le théâtre contemporain dit "post-moderne", un théâtre au bord de l'anéantissement induit par le dogme de la tabula rasa.

Celle-ci qui reproduit une scène désormais récurrente infligée au spectateur, celle du travail à la table en début de répétition d'une pièce, c'est-à-dire des cogitations des comédiens en forme de brainstorming jargonnant qui constitue un quasi vademecum savoureux tant des axes, voire des élucubrations, du théâtre postmoderne que de la mutinerie des comédiens.

Ainsi se confrontent à un metteur en scène "traditionnel" soucieux d'une certaine fidélité au texte, et, à la fois, manque d'autorité naturelle et est assailli de doutes, certes pertinents mais non résolus, qui le placent en position de faiblesse, quatre comédiens qui ont accepté sa proposition de jouer une pièce du répertoire mais surtout pour ne pas la jouer en l'état, au mieux en conserver l'esprit.

Car pour ces derniers, déclinaisons archétypales du comédien infatué de son ego et d'un narcissisme boursouflé quand il ne l'est pas, en sus, de prétention professionnelle, l'enjeu n'est pas d'exercer leur métier à destination du public mais de satisfaire à leur épanouissement personnel.

Aussi contestent-ils non seulement la légitimité de l'auteur, l'intégrité de son oeuvre (diffuser et mettre en valeur un texte et un auteur avec le respect de la lettre d'un texte ressortirait au fétichisme canonique et rétrograde et le personnage n'est plus qu'une "vieille lune") et son intérêt (dès lors qu'elle est factuellement antérieure aux réalités sociétales contemporaines elle serait moins intéressante que les petites histoires et/ou réflexions personnelles du comédien) mais également la légitimité et l'utilité du metteur en scène, comme directeur chef de troupe.

Christophe Brault, Anne-Laure Tondu, Emmanuel Vérité et Elsa Bouchain sont plus vrais que nature dans la posture du comédien face à l'excellent Claude Duparfait, frêle silhouette précieuse à la démarche de danseuse malgré d'énormes baskets qui semblent le lester tel un scaphandrier. Le moment est jubilatoire.

Comme chacun voit midi à sa porte, les pistes explorées que sont l'écriture de plateau, le spectacle "collectif" ou l'improvisation en resucée de happening ne font pas l'unanimité ce qui déboucherait sur une impasse si, brutalement, n'intervenait l'irruption sur scène des fameux "six personnages" de Pirandello, les vrais gens qui viennent porter leurs doléances pour devenir des personnages, voie royale pour la reconnaissance et l'immortalité, interprétés par Caroline Chaniolleau (la mère), Maud Le Grévellec (la soeur), Anthony Jeanne (le jeune frère), Manuel Vallade (le grand-frère) et Philippe Gérard, le père.

Ce dernier, colosse aux yeux clairs, comédien fascinant à la présence irradiante, chantre du pathétisme lyrique, est le personnage en miroir de celui interprété par Claude Duparfait, et son symétrique tant par le physique que le jeu, donne une dimension tragique à ce qui dans l'oeuvre originale est un mélodrame populaire pour faire pleurer Margot.

Car pour illustrer son propos réflexif, Pirandello, homme du 19ème siècle, héritier de la littérature romanesque et du vérisme italien lui-même héritier hybride du naturalisme français et du réalisme russe, déploie une intrigue au pathos larmoyant aujourd'hui suranné, et qui, en l'occurrence n'arrive pas, sur la durée, à se départir d'un caractère pesant voire laborieux, nonobstant le parti pris habile du surjeu pour conforter une démonstration sur l'efficacité et l'intemporalité des piliers du théâtre que sont que sont l'intrigue et les caractères.

Dans un décor de double plateau nu, celui du Théâtre de la Colline avec en fond de scène un miroir, et un mini plateau style white cube, Stéphane Braunschweig navigue serein alors que s'évanouit la confusion entre la réalité et la fiction, le réel et le vrai, la personne de de chair et de sang et l'être de papier et milite pour que soit préservé le mystère du théâtre.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=