Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Phèdre les oiseaux
Institut du Monde Arabe  (Paris)  septembre 2012

Tragédie de Frédric Boyer, mise en scène de Jean-Baptiste Sastre, avec Hiam Abbass, Jean-Baptiste Sastre et les Compagnons d’Emmaüs.

"Phèdre les oiseaux", c’est d’abord une colère, un reproche, un flux de mots, un flux poétique qui sort brutalement, organiquement, du corps d’une femme dévorée d’amour, pleine d’écorchures et d’emportements.

Hiam Abbass, cheveux noirs robe noire, jambes nues, bien posée dans ses Doc Martens vertes, a l’assurance d’une héroïne grecque qui parlerait arabe.

Plus Irène Papas que Mélina Mercouri, elle fait face à l’être aimé sans retour. Comme elle, il a la voix assurée, parfois courroucée, et refuse le jeu qu’elle lui propose. Jean-Baptiste Sastre, par ailleurs metteur en scène du spectacle, est l’archet qui donne toute son ampleur à la musique de Hiam Abbass.

Frédéric Boyer a composé une supplique d’amoureuse en prise à la raison de celui qui ne peut pas lui rendre cet amour. Phèdre n’est pas l’épouse d’un héros mythique, mais un prénom qui résume toutes les femmes de tous les temps et de toutes les civilisations, prises dans les tourments de l’amour à mort.

Entre Phèdre et Hippolyte, ces êtres qui ne fusionnent que dans la haine, il y a un chœur multiple et universel qui cherche à les réconcilier, à leur proposer une autre voie que celle empruntée par la tragédie grecque.

Ce chœur, c’est celui des Compagnons d’Emmaüs, d’abord pelotonnés les uns contre les autres dans la solidarité de leurs différences, puis, peu à peu, osant intervenir chacun leur tour pour offrir un chatoiement de paroles et d’expériences.

Certes, dans cette bulle de blancheur qu’est l'"IMA mobile", la scène n’est qu’un espace où les acteurs s’expriment à hauteur des spectateurs, en pouvant parfois frôler les premiers rangs. On a l’impression d’être dans un long couloir blanc, élément d’un labyrinthe blanc dont on ne fixerait qu’un détour, permettant de fuir ou de se cacher.

Mais ce qui "dé-théâtralise" cette évocation assure aussi une proximité presque charnelle avec les protagonistes. Les voix ne résonnent pas théâtre et l’on perçoit non médiatisée par une "vraie scène" la force de conviction de Hiam Abbass. Impressionnante en Phèdre, cette petite Piaf palestinienne est la grande âme d’un peuple bien rôdé à la tragédie.

On aimera ce moment qu’elle partage avec les Compagnons d’Emmaüs, heureux d’être de ce festin lyrique concocté par Frédéric Boyer, orchestré par Jean-Baptiste Sastre, et dans lequel on pourra aussi savourer quelques beaux propos de Pierre Michon.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=