Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Enterrement
Théâtre du Rond Point  (Paris)  octobre 2012

Drame de Thomas Vinterberg, mise en scène de Daniel Benoin, avec Pierre Cassignard, Paul Chariéras, Mélanie Doutey, Dominique Labourier, Samuel Le Bihan, Mathilda May et Caroline Proust.

"Festen", le film-choc de Thomas Vinterberg, a marqué les esprits à la fin du siècle dernier. Pamphlet contre la famille, ses silences, ses compromissions, éloge de la vérité délatrice et sensationnelle, cette oeuvre sentait le soufre, à l'image des membres de "Dogme 95" ce label d'insolence et d'anti-conformisme garantis.

La pièce montée au Rond-Point sous le titre "L'Enterrement", sorte de "Festen II, le retour", aborde les mêmes thèmes, au moment de la mort du Pater familias honni et coupable, mort en tombant d'une échelle.

Le fils abusé, Christian, a épousé la femme de chambre de l'hôtel familial et survit mal avec les blessures de son enfance. Le reste de la famille a oublié que c'est par lui que le scandale est arrivé.

La mère est gaie. Le frère, flanqué d'une nouvelle maîtresse, a tourné la page : son jeune fils (qui a peur des églises), d'un autre lit, les accompagne. Enfin, la soeur hystérique, dépendante au portable, éructe et grince. Cette famille en lambeaux assiste aux obsèques, calmement, en apparence.

Au souper, on boit, trop, on se lâche et l'amertume remonte à la surface, tandis que les pulsions les plus diverses grouillent sur la table comme une autre décomposition.

Ce texte, parfait témoin de la Culture de mort qui domine la société contemporaine, avec le nouveau puritanisme, le culte de l'enfant-innocent, mis sous cloche pour une admiration morbide, la haine du pédéraste qui permet l'absolution de l'homosexuel, la violence entre les sexes, "ennemis" depuis Strindberg, le démembrement de la famille, apporte un courant d'air glacé venu du Nord, polaire, un vent de morgue aérée, terrifiant témoignage sur notre temps, où les protagonistes égarés passent de la dépression à la violence sanglante, de la rétention à la dénonciation jamais spontanée.

Les comédiens sont tout simplement époustouflants. Samuel Le Bihan, vrai grand du Théâtre, incarne un frère viril, brutal et déboussolé, très touchant de réalité, avec une intensité vitale bouleversante.

Pierre Cassignard est le frère victime du père, impuissant, obsédé, hanté par son enfance, excellent d'émotion est de naturel. Dominique Labourier, en mère lénifiante, assouplissante, est remarquable et fait songer, à ses moments inquiétants, à l'Ingrid Thulin des Damnés.

Mathilda May, à contre-emploi - la biche devient hyène - montre ses vrais talents de comédienne, étonnante, dérangeante et frénétique. Ménanie Doutey et Caroline Proust, plus classiques, incarnent des compagnes débordées. Le domestique zélé, Pierre Chariéras, est excellent, terrible, âme damnée de la famille.

Enfin, le Diable, le Père, l'Ogre, le Monstre, c'est François Marthouret, démon et possédé, inhumain, déshumanisé, qui hante encore ses enfants par le truchement d'une vidéo hallucinatoire.

La mise en scène de Daniel Benoin jouit des derniers perfectionnements de la technique et de moyens évidents.

Un spectacle de vrai théâtre, puisqu'il y a de vrais comédiens, un miroir hideux de nos phantasmes et de nos recherches de pureté par la destruction, avec, de nouveau, de vrais méchants et de vrais agneaux, comme dans les contes de l'enfance.

 

C-L. Morel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 Avril 2019 : 365 jours par an

Ce week end c'était le Disquaire Day, l'occasion de rappeler que vos disquaires, comme vos libraires ont une santé fragile et qu'il est important de les soutenir tout au long de l'année. Alors allez acheter vos disques et vos livres dans vos commerces de proximités, leurs bons conseils valent mieux que les frais de port offerts.

Du côté de la musique :

"A thousand voices" de Yules
"Dernier voyage" de Accident
"Avancer" de Tarsius
"Partitions" de Orouni
"Sola" de Dziedot Dzimu, Dziedot Augu
Laurent Montagne en interview, autour de "Souviens-toi" à retrouver pour une session acoustique de 4 titres
"Homme demain" de Monsieur et tout un Orchestre
Rencontre avec Le Bal des Enragés
"Free" de In Volt
"Macadam animal" de Guillo
"Replica" de Cassia
et toujours :
"Soleil, soleil bleu" de Baptiste W. Hamon
"Whoosh !" de The Stroppies
"Vonal Axis" de Steeple Remove
"Moderniste" de Les Vents Français
"Requiem" de AqME
"Hand it over" de Hat Fitz & Cara
"François Couperin : Concerts royaux" de Christophe Rousset & Les Talens Lyriques
"Journey around the truth" de Andy Emler & David Liebman
A l'occasion du concert de Novatom et des Sheriff à Montbrison nous les avons rencontré :Interview de Novatom,Interview des Sheriff
"Ce qui nous lie" de Mes Souliers sont rouges

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"JR" à la Grande Halle de La Villette
"Je suis Fassbinder" au Théâtre du Rond-Point
"Dieu habite Dusseldorf" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Amour en toutes lettres" au Théâtre de Belleville
"Cinq ans d'âge" au Théâtre Essaion
"Tchekhov à la folie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Célébration" au Théâtre de Belleville
"Lewis Furey - Haunted by Brahms" au Théâtre du Rond-Point
"Close"
"Into the little hill" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
des reprises:
"Matka" au Théâtre-Laboratoire Elizabeth Czerzuk
"La petite fille de Monsieur Lihn" au Théâtre de l'Epée de Bois
"L'Autre fille" au Studio Hébertot
"Voyage au bout de la nuit" au Théâtre Tristan Bernard
"Laura Laune - Le diable est une gentille petite fille" au Trianon
"Gainsbourg For ever" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en avril

Expositions avec :

"Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Seule à mon mariage" de Marta Bergman
Oldies but goodies avec"Paris qui dort" de René Clair dans le cadre de sa rétrospective à la Cinémathèque française
et la chronique des autres sorties d'avril

Lecture avec :

"Vindicta" de Cédric Sire
"Mujurushi, le signe des rêves, Vol. 1 & 2" de Naoki Urasawa
"La guerre des autres, rumeurs sur Beyrouth" de Bernard Boulad, Paul Boan, Gael Henry
"Je ne sais rien d'elle" de Philippe Mezescaze
"En lieu sûr" de Ryan Gattis
"Deux femmes" de Song Aram
"3 minutes " de Anders Roslund & Borge Hellstrom
"1793" de Niklas Natt Och Dag
et toujours :
"Barracoon" / "Article 36" de Zora Neale Hurston / Henri Vernet
"C'est aujourd'hui que je vous aime" de François Morel & Pascal Rabaté
"Ce que cela coûte" de Wilfred Charles Heinz
"L'enquête Hongroise, le tour du monde 1" / "Vous êtes de la famille ?" de Bernard Guetta / François Guillaume Lorrain
"La cartographie des Indes boréales" de Olivier Truc
"La guerre des scientifiques" de Jean Charles Foucrier
"Mémoire brisée" de E.O. Chirovici
"Parasite" de Sylvain Forge

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=