Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Noel Gallagher's High Flying Birds
L'Aéronef  (Lille)  mardi 9 octobre 2012

Comme le disait Didier Wampas "Ce soir, ce soir c'est Noel", en revanche dans une abondance de name dropping absolument gratuite, il serait justice de trouver à tout cela un opposé. Car en effet, la vraie question pourrait être, comme le clamait Arlt dans "La Rouille" : "Avais-tu vu venir Noel ?".

Je n'ai jamais était un grand fan d'Oasis mais disons-le franchement, Noel Gallagher m'a toujours été sympathique, bien plus que son crétin de frère, qui m'a toujours semblé être à la pop ce que Sid Vicious était au punk. D'ailleurs, l'aventure Oasis s'est toujours résumée à ces quatres lettres : Noel. C'est donc pour cela que je suis allé à l'Aéronef en ce soir d'octobre, là où je ne mettrais jamais les pieds à un concert de Beady Eye.

De plus, Noel Gallagher fait partie de ces songwriters majeurs, qu'on le veuille ou non, de cette vaste affaire que l'on appelle vulgairement la musique populaire du vingtième siècle. Car l'impact d'un morceau comme "Wonderwall" a définitivement changé la face du monde. Cela s'est d'ailleurs directement ressenti dans l'ambiance présente dans la salle sur-bondée. Noel est accueilli comme une idole, le public crie son nom, chaque chanson débute et se termine par un tonnerre d'applaudissements et la foule chante chaque refrain en choeur.

Pourtant, Noel et son nouveau groupe les High Flying Birds (dans lequel on retrouve néanmoins Mark Rowe d'Oasis aux claviers) ont joué la quasi intégralité de leur unique album éponyme. Et cela est rassurant de voir que les gens, bien qu'ici présents avant tout par nostalgie, suivent toujours les nouveaux projets de leurs idoles.

Les fans d'Oasis ne furent d'ailleurs pas lésés puisque, sur les 20 morceaux présentés ce soir, 8 étaient des morceaux de la grande époque. D'ailleurs, le premier morceau de la set list fut un réjouissant "(It's Good) To Be Free" qui était la face B du single "Whatever", que l'on a aussi retrouvé, mais cette fois au cours du rappel.

Néanmoins, le moment le plus fort du concert fut une reprise acoustique de "Supersonic" après une intro finger-picking sur le thème de "Wonderwall", uniquement interprété par les deux ex-Oasis, prouvant à ceux qui hésitaient encore que c'est une putain de bonne chanson. Les frissons furent donc de la partie.

L'on reprochera néanmoins, pour les plus mauvaises langues, la non présence de Damon Albarn... mais surtout, et cela a toujours été le principal problème de Noel Gallagher, le manque de variations dans ses compositions, bien que restant d'une efficacité redoutable. Mais si cela prend au début, cela finit par lasser. Voila pourquoi Oasis m'a toujours semblé plus mineur qu'un groupe comme Supergrass ou bien évidemment Blur. Mais bon, si on n'a pas réinventé la musique ce soir, la soirée fut bonne en sueur et c'est tout ce qui compte.

Le rappel fut intégralement consacré aux tubes d'Oasis, avec "Whatever" donc, suivi d'un "Little By Little" qui reçut un accueil spectaculaire du public, avant de conclure sur ce qui reste peut-être la meilleure chanson du groupe de Manchester "Don't Look Back In Anger", véritable composition de génie, qui fut accueillie comme il se doit par une longue ovation.

Noel a donc prouvé ce soir que malgré son passif, il était possible de continuer sur la même lignée sans se planter, en proposant des chansons efficaces sans prétention, ayant avant tout pour but de redonner le sourire en ressoudant les foules. La musique populaire peut donc dormir tranquille, car Noel ne lui mettra pas une bûche mais continuera de l'enguirlander de ses plus belles couleurs et lumières. Pas de quoi avoir les boules, en somme...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Noel Gallagher en concert au Festival Rock en Seine 2012 - Programmation du samedi
High Flying Birds en concert au Festival International de Benicàssim #18 (samedi 14 juillet 2012)

En savoir plus :
Le site officiel de Noel Gallagher
Le Myspace de Noel Gallagher
Le Facebook de Noel Gallagher


Sam Nolin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=