Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mekanik Kantatik
Interview  (Marseille)  samedi 29 septembre 2012

Marstac 2012, samedi 29 Septembre, quelques heures avant un concert détonnant d'énergie positive et de partage, Nicolas Cante, alias Mekanik Kantatik, nous a offert cette interview remplie de sincérité avec tout le naturel dont on lui connait.

Cette interview a été diffusée en direct sur DzFishRadio, radio bretonne, et Plato Radio en compagnie de l’animateur radio Robex et de Delphine d’Art’Chemist. A ne pas manquer, Mekanik Kantatik est actuellement en tournée pour présenter son dernier album Are you Kantatik ?.

Nicolas, tu as déjà donné trois dates sous différentes configurations à Marseille cet été. Ce soir (troisième soir de Marsatac), tu nous présentes un projet bien particulier ?

Nicolas Cante : Oui, les concerts qui ont eu lieu cet été constituaient différentes prestations qui n’ont rien à voir avec ce soir : c’étaient des ciné concerts, live électro, ça dépendait des soirs. Ce soir c'est LE projet, Mekanik Kantatik, sur lequel je travaille depuis près de 10 ans. Je suis seul avec mon piano, on commence tranquille, joli et on finit chépère total avec du hardcore.

Es-tu toujours avec ton piano mythique ?

Nicolas Cante : Exactement, même un peu plus qu'avant. Là il est agrémenté de petites lumières, de  loupiottes qui le rendent encore plus vivant.

Tu montes seul sur scène ce soir, pas de background, n’as-tu pas un peu peur ?

Nicolas Cante : Peur ? Bien sûr que non ! Sans musiciens, la vie est plus sûr tu vois (rires).

On te range habituellement dans le cadre des musiques nouvelles et expérimentales, te sens-tu tout de même à ta place dans ce festival de musiques actuelles (Marsatac) ?

Nicolas Cante : Oulah ! Où est la frontière entre nouvelle et actuelle ? Difficile de le dire. Ce dont je suis sûr, c’est que mon projet est actuel, moderne, nouveau, et expérimental aussi. Je ne pense pas que tous mes projets auraient leur place ici, mais concernant Mekanik Kantatik c'est très cohérent et cela me fait vraiment plaisir d’être à Marsatac.

Pour revenir à tes premiers pas dans ta musique, tu oscillais entre conservatoire de jazz et free party. Comment faisais-tu cohabiter Manu Le Malin et Duke Ellington ?

Nicolas Cante : Ce n'était pas facile ! En fait, il ne fallait pas prendre de drogues la semaine, et n'en prendre que le week-end (rires). Donc pas évident mais ça marchait. C'était la semaine au conservatoire, donc à travailler Duke Ellington, Billy Evans, etc., ce qui est tout de même la base de la musique que j'aime et que je travaille et le week-end, j'étais avec les copains en free à expérimenter les sons entre hardtech, hardcore mais c'était assez dur, pas très sexy comme musique. Le côté house et groove est venu après.

As-tu songé à mettre de côté un de ces deux genres musicaux au profit de l’autre ?

Nicolas Cante : Ah non ! Il y a tout qui me plait dans ces musiques. J'entends de belles choses dans Manu Le Malin, j'entends de belles choses dans Duke Ellington, Glen Gould, etc. Donc je garde tout.

Concernant le piano qui est une création assez exceptionnelle, comment est venue l'idée de modifier un instrument de base, pourtant pas évident à manipuler ? Comment as-tu fait pour le démultiplier ainsi sans en perdre la tessiture de base ?

Nicolas Cante : Cela fait une petite dizaine d'années que je travaille sur ce projet. Donc je n'arrive pas depuis hier, hop, comme ça. Je viens de l'expérimental, de la performance contemporaine. A la base, ce projet entrait dans le cadre d’une création pour la biennale des jeune créateurs de l'Europe et de la Méditerranée, à Naples. Donc c'était vraiment une installation où la musique n'était pas importante, ce qui était primordial c’était le concept, la musique était secondaire. Ce projet vient donc de là.

Après cela m'a un peu saoulé personnellement car j'aime danser, donner du fun, de la fête, donc j'ai essayé d'adapter ce concept d’installation, très conceptuel, à du dancefloor, à des soirées festives. Petit à petit, j'ai ajouté l'ordi qui trafique en temps réel, puis des lumières et des capteurs un peu partout. C'est un travail de longue haleine, mais avec le travail... tout passe !

Justement dans cette configuration très spécifique, comment se déroule ton travail de composition ? As-tu dans un premier temps une mélodie ou des sons en tête ?

Nicolas Cante : Je n’ai rien en tête avant de composer. Je suis musicien, donc intermittent du spectacle depuis une dizaine d'années. J'ai de la chance d'être français et de pouvoir profiter de ce sacré statut qui est magnifique et du coup, je ne vis que de la musique et tous les jours j’en fais. Ainsi quand la musique me vient, elle est là et je la prends. Ce dernier album a été enregistré l'été dernier à Aix-en-Provence, avec du soleil, le ciel bleu, les petits oiseaux, la piscine, donc j'ai profité du moment présent, je compose sur le temps réel, sur l’instant. C’est ainsi un deuxième album beaucoup moins expérimental et plus fun que le premier.

Cela vient donc naturellement ?

Nicolas Cante : Oui tout à fait, à fond.

Au sujet de tes prestations sur scène, tu es très présent, tu bouges beaucoup, on peut te considérer comme un showman, comme...

Nicolas Cante : Un clown ! Lâche-le ! J'assume ! (rires)

Oui, c’est vrai que tu fais rigoler et c'est pêchu !

Nicolas Cante : Avec ce projet, Mekanik Kantatik, j'aime ce côté show, je joue de ça et c’est très important pour moi d’avoir un spectacle vivant. J'ai d'autres projets sur lesquels je le suis moins, je ne regarde pas le public, je fais de l'expérimentation, je ne danse pas et ne chante pas. Mekanik Kantatik est un projet que j'ai envie de faire vivre et de  partager, et le rôle du clown savant un peu chépere total je l'aime bien, je ne triche pas, je suis un peu comme ça dans la vie. Certes, j'exagère un peu en montant sur scène mais c’est moi qui suis sur scène et il y a du public en face donc je me lâche.

Actuellement tu as un deuxième projet, Improvisium 1.1, qui semble bien plus personnel. Etait-ce un besoin pour toi cette introspection ?

Nicolas Cante : Ah oui, tout à fait, justement le souci avec le premier album de Mekanik Kantatik est que j'avais un peu le cul entre deux chaises, je ne savais pas trop où aller entre le côté festif, fun, et le côté expérimentation que j'aime beaucoup.

Donc cet Improvisium 1.1, c'est vraiment de l'improvisation électro-acoustique, qui me permet d’aller beaucoup plus radicalement dans le côté son, matières sonores, expériences, expérimentations et du coup Mekanik Kantatik devient beaucoup plus fun et festif. Voilà, l'un sans l'autre, j'aurais beaucoup de mal.

C’est donc une nécessité pour toi de faire fonctionner ces deux projets en parallèle ?

Nicolas Cante : Oui, c'est ça, ces deux projets sont vraiment complémentaires pour moi.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Sounds... from my Piano de Mekanik Kantatik
La chronique de l'album Are you kantatik ? de Mekanik Kantatik
Mekanik Kantatik en concert au Fil (5 mars 2009)
Mekanik Kantatik en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mercredi 14)
Mekanik Kantatik en concert à La Maroquinerie (vendredi 4 novembre 2011)
Mekanik Kantatik en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Samedi 29 septembre
L'interview de Mekanik Kantatik (21 avril 2009)

En savoir plus :
Le site officiel de Mekanik Kantatik
Le Myspace de Mekanik Kantatik
Le Facebook de Mekanik Kantatik

Crédits photos : Sébastien Trivellin (Retrouvez toute la série sur son Flickr)


Séb.T & Julie B.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=