Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Au galop
Louis-Do de Lencquesaing  octobre 2012

Réalisé par Louis-Do de Lencquesaing. France. 2011. Comédie dramatique.

Le film de Louis-Do de Lencquesaing Au galop sorti le 17 octobre 2012 raconte l’histoire d’un homme (Paul) qui tombe amoureux d’une femme (Ada), une femme installée dans sa vie avec un homme qu’elle compte épouser et une fille de cinq ans. Au moment où nait cette attirance magique de Paul pour Ada, il perd son père des suites d’une opération du cœur. Paul vit avec sa fille, une lycéenne qui connaît ses premiers amours.

Louis-Do de Lencquesaing, à travers son long métrage, se place lui-même avec son personnage Paul au milieu d’un manège de trois figures féminines : sa mère, sa fille, sa maîtresse, auxquelles on peut ajouter en creux – parce qu’invisible-son ex-femme. Paul a par ailleurs un rôle flou, balloté dans cette période de sa vie qu’il ne maitrise pas. Mais a-t-il jamais trop maitrisé sa vie ? Docile et bienveillant comme il semble le paraître.

"Chauffé" ou "conduit" : posture qu’il peut refuser en voiture, il n’en est pas moins celui qui se laisse faire. Un peu paumé, à rêver se jeter des ponts ou par les fenêtres. Que dit le réalisateur des femmes dans Au Galop ? Rien de bien nouveau sous le soleil, j’en ai peur, que les femmes sont faites pour l’amour et la maternité, à la fois irresponsable et organisée. Les hommes s’usent plus vite, dans les soucis d’argent et une sensibilité réfrénée qui les font trébucher : le cœur qui lâche, la cheville qui pète, le mal de dos, les bouffées délirantes, les cheveux qui tombent, la bedaine prématurée.

La mère (Marthe Keller) est une bourgeoise aisée d’origine allemande, les apparences ont pour elle le plus grand prix : la mort de son mari est l’occasion d’une cérémonie mondaine. Elle n’a jamais participé, ni même entendu parler des placements financiers de son mari. Extérieure à tout ce qui est de l’ordre de gagner sa vie, elle n’est même pas consciente qu’elle n’est pas en mesure de payer les obsèques de son époux, elle n’est pas présente lors de la consultation du notaire pour la succession. Elle est généreuse et fantasque, issue de cette vieille aristocratie qui se montre chaleureuse avec les domestiques, avec les gens de service, prête à leur donner de grosses sommes sur un élan du cœur. La grande affaire de cette femme, c’est l’amour de son mari, avec qui elle a partagé toute sa vie, avec qui elle a été heureuse dans un luxe discret. Elle lui a donné deux fils pour perpétrer le nom de famille, pour continuer l’arbre, l’enracinement dans la généalogie. En cela elle semble satisfaite, elle fait ce qu’elle avait à faire : s’occuper de son mari, entretenir l’harmonie du foyer avec des serviteurs compétents et dévoués et elle a eu les fils. Ce qu’elle déplore chez ses fils (la quarantaine bien sonnée), c’est qu’ils soient tous les deux divorcés et qu’ils n’aient que des filles.

La fille de Paul, "celle qui croit encore à l’amour", l’amour d’un homme pour une femme et chacun serait fidèle l’un à l’autre. Attention elle n’est pas "polygame". Elle est lycéenne , elle ne semble pas passionnée par l’instruction, elle partage son temps entre son activité de babysitting : garder une fille de 5 ans (Zoé) avec qui elle s’amuse beaucoup. Elle rêve devant ce couple avec un enfant qu’elle apprécie. Elle serait prête à garder l’enfant sans être payée. Elle est jalouse avec son copain qu’elle s’apprête à soigner avec un dévouement total. Côté sexe : rien à déclarer, elle a l’initiative et trouve les moyens d’être seule à seul avec lui sans que ce soit sur le terrain du père. Elle l’emmène dans l’appartement vide de sa mère. Ce sont les filles / femmes qui décident où et quand elles couchent avec leurs amants. Elle vit ses premières amours de lycéenne sous l’œil bienveillant de la grand-mère et de son père. Il s’agit de savoir si c’est le bon, celui de toute une vie. Son père lui semble perdu et pervers : quoi ? Il couche avec une femme mariée ? Quoi ? A son âge tomber amoureux ? Comme si pour elle c’était sale.

Mais alors sa mère ? Ses parents sont divorcés, elle vit avec son père parce que sa mère n’est jamais là, elle a les clés de l’appartement donc c’est dans les murs de la mère qu’elle peut coucher avec son copain, la mère n’a pas trop d’égard pour les affaires familiales : elle n’est pas présente aux obsèques du grand-père. Elle ne donne pas de nouvelles, elle est loin. Et Paul est comme "confié" à sa fille, qui apprend son rôle : une femme doit discipliner l’homme. Au moment où Paul pense qu’Ada va finir par vivre chez lui, sa fille lui demande de partir vivre dans un studio (avec son copain - ce qu’on peut supposer). Elle le laisse aux soins d’une nouvelle femme. Cette mère absente est une figure anticipée d’Ada (Valentina Cervi), absente dans la vie de son mari et de Zoé. Sauf qu’Ada c’est avant tout la Mère.

Ada tombe enceinte avant d’épouser ses amants. Sa vie est bien installée avec un premier homme, gentil, qui ne rechigne pas à faire la vaisselle. Ils ont une fille, des amis bon chic bon genre. Un bel appartement. Elle travaille dans une maison d’édition, c’est le patron (Denis Podalydès) qui a maille à partir avec le comptable. Elle, elle gère une collection d’ouvrages pour enfants. Elle est l’assistante, l’organisatrice. Elle est d’origine étrangère (tiens comme la mère de Paul) , elle a une mère absente qui lui laisse les clés d’un appartement pour faire l’amour (tiens, comme la fille de Paul). Elle hésite entre l’amour et la famille et puis elle tombe enceinte, "sait", "sent" que l’enfant est de Paul alors elle part chez Paul. Bel appartement encore et Paul ne rechigne pas à faire les lessives. Elle attend un fils, il s’appelle déjà Ferdinand. Nul doute que jolie comme elle est, elle plait déjà à la mère.

Au galop ne se démarque pas des représentations de la Femme, la mère, la mégère, l’amoureuse. Davantage Eve que Lilith. L’amour est à réinventer : la formule est toujours d’actualité. Dans tout ce méli-mélo féminin, l’homme est incertain quant à son rôle, sa fonction, sa force surtout quand les hommes de la génération qui le précède disparaissent. L’homme n’est–il pas l’éternel enfant quand la femme est l’éternelle mère ? Qui s’y retrouve pour la vie ?

 

Sandrine Gaillard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 novembre 2019 : 4 ans déjà

13 novembre 2015. inoubliable nuit de terreur dont on commémorait les 4 ans cette semaine. Un 13 novembre 2019 avec plein de concerts à Paris et un pincement au coeur pour beaucoup d'entre nous. Mais la vie continue, et elle doit continuer d'être culturelle et festive.

Du côté de la musique :

"L'année du loup" de Alma Forrer
"Lucarne" de Cassagrande
"Air India" de David Sztanke
"Immanent fire" de Emily Jane White
"Bach, Liszt, Wido : Organ works at La Madeleine" de Jae Hyuck Cho
"What's in it for me ?" le Mix numéro 4 de Listen In Bed
"Femme idéale" de Ludiane Pivoine
et toujours :
"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"On s'en va" au Théâtre national de Chaillotl
"Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre - L'Affaire de la rue de Lourcine" au Théâtre de la Tempête
"Pièce" au Théâtre des Abbesses
"La Vie est belle" au Théâtre 13/Jardin
"Adieu Ferdinand ! Le Casino de Namur II" au Théâtre du Rond-Point
"Adieu Ferdinand ! - La Baleine et le Camp naturiste" au Théâtre du Rond-Point
"Bartleby" au Théâtre Essaion
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereau - aaAhh Bibi" au Théâtre Le Lucernaire
"Pour ceux qui parlent tout seuls" au Théâtre Darius Milhaud
des reprises :
"Et si on ne se mentait plus ?" à la Scène Parisienne
"Berlin 33" au Théâtre L'Atalante
"La Magie lente" au Théâtre de la Reine Blanche
"Je ne me souviens pas" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
"G.R.AI.N. - Histoire de fous" à la Manufacture des Abbesses
"Evita - Le destin fou d'Evita Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec :

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"L'affaire Lord Spenser" de Flynn Berry
"La curée d'après le roman d'Emile Zola" de Cédric Simon & Eric Stainer
"Les faire taire" de Ronan Farrow
"Mondes en guerre tome 2, l'âge classique" de Hervé Drévillon
"Résistante" de Jacqueline Fleury Marié
"Une histoire de France tome 1, La dalle rouge" de Michel Onfray, Thomas Kotlarek & JEF
et toujours :
"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=