Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Au galop
Louis-Do de Lencquesaing  octobre 2012

Réalisé par Louis-Do de Lencquesaing. France. 2011. Comédie dramatique.

Le film de Louis-Do de Lencquesaing Au galop sorti le 17 octobre 2012 raconte l’histoire d’un homme (Paul) qui tombe amoureux d’une femme (Ada), une femme installée dans sa vie avec un homme qu’elle compte épouser et une fille de cinq ans. Au moment où nait cette attirance magique de Paul pour Ada, il perd son père des suites d’une opération du cœur. Paul vit avec sa fille, une lycéenne qui connaît ses premiers amours.

Louis-Do de Lencquesaing, à travers son long métrage, se place lui-même avec son personnage Paul au milieu d’un manège de trois figures féminines : sa mère, sa fille, sa maîtresse, auxquelles on peut ajouter en creux – parce qu’invisible-son ex-femme. Paul a par ailleurs un rôle flou, balloté dans cette période de sa vie qu’il ne maitrise pas. Mais a-t-il jamais trop maitrisé sa vie ? Docile et bienveillant comme il semble le paraître.

"Chauffé" ou "conduit" : posture qu’il peut refuser en voiture, il n’en est pas moins celui qui se laisse faire. Un peu paumé, à rêver se jeter des ponts ou par les fenêtres. Que dit le réalisateur des femmes dans Au Galop ? Rien de bien nouveau sous le soleil, j’en ai peur, que les femmes sont faites pour l’amour et la maternité, à la fois irresponsable et organisée. Les hommes s’usent plus vite, dans les soucis d’argent et une sensibilité réfrénée qui les font trébucher : le cœur qui lâche, la cheville qui pète, le mal de dos, les bouffées délirantes, les cheveux qui tombent, la bedaine prématurée.

La mère (Marthe Keller) est une bourgeoise aisée d’origine allemande, les apparences ont pour elle le plus grand prix : la mort de son mari est l’occasion d’une cérémonie mondaine. Elle n’a jamais participé, ni même entendu parler des placements financiers de son mari. Extérieure à tout ce qui est de l’ordre de gagner sa vie, elle n’est même pas consciente qu’elle n’est pas en mesure de payer les obsèques de son époux, elle n’est pas présente lors de la consultation du notaire pour la succession. Elle est généreuse et fantasque, issue de cette vieille aristocratie qui se montre chaleureuse avec les domestiques, avec les gens de service, prête à leur donner de grosses sommes sur un élan du cœur. La grande affaire de cette femme, c’est l’amour de son mari, avec qui elle a partagé toute sa vie, avec qui elle a été heureuse dans un luxe discret. Elle lui a donné deux fils pour perpétrer le nom de famille, pour continuer l’arbre, l’enracinement dans la généalogie. En cela elle semble satisfaite, elle fait ce qu’elle avait à faire : s’occuper de son mari, entretenir l’harmonie du foyer avec des serviteurs compétents et dévoués et elle a eu les fils. Ce qu’elle déplore chez ses fils (la quarantaine bien sonnée), c’est qu’ils soient tous les deux divorcés et qu’ils n’aient que des filles.

La fille de Paul, "celle qui croit encore à l’amour", l’amour d’un homme pour une femme et chacun serait fidèle l’un à l’autre. Attention elle n’est pas "polygame". Elle est lycéenne , elle ne semble pas passionnée par l’instruction, elle partage son temps entre son activité de babysitting : garder une fille de 5 ans (Zoé) avec qui elle s’amuse beaucoup. Elle rêve devant ce couple avec un enfant qu’elle apprécie. Elle serait prête à garder l’enfant sans être payée. Elle est jalouse avec son copain qu’elle s’apprête à soigner avec un dévouement total. Côté sexe : rien à déclarer, elle a l’initiative et trouve les moyens d’être seule à seul avec lui sans que ce soit sur le terrain du père. Elle l’emmène dans l’appartement vide de sa mère. Ce sont les filles / femmes qui décident où et quand elles couchent avec leurs amants. Elle vit ses premières amours de lycéenne sous l’œil bienveillant de la grand-mère et de son père. Il s’agit de savoir si c’est le bon, celui de toute une vie. Son père lui semble perdu et pervers : quoi ? Il couche avec une femme mariée ? Quoi ? A son âge tomber amoureux ? Comme si pour elle c’était sale.

Mais alors sa mère ? Ses parents sont divorcés, elle vit avec son père parce que sa mère n’est jamais là, elle a les clés de l’appartement donc c’est dans les murs de la mère qu’elle peut coucher avec son copain, la mère n’a pas trop d’égard pour les affaires familiales : elle n’est pas présente aux obsèques du grand-père. Elle ne donne pas de nouvelles, elle est loin. Et Paul est comme "confié" à sa fille, qui apprend son rôle : une femme doit discipliner l’homme. Au moment où Paul pense qu’Ada va finir par vivre chez lui, sa fille lui demande de partir vivre dans un studio (avec son copain - ce qu’on peut supposer). Elle le laisse aux soins d’une nouvelle femme. Cette mère absente est une figure anticipée d’Ada (Valentina Cervi), absente dans la vie de son mari et de Zoé. Sauf qu’Ada c’est avant tout la Mère.

Ada tombe enceinte avant d’épouser ses amants. Sa vie est bien installée avec un premier homme, gentil, qui ne rechigne pas à faire la vaisselle. Ils ont une fille, des amis bon chic bon genre. Un bel appartement. Elle travaille dans une maison d’édition, c’est le patron (Denis Podalydès) qui a maille à partir avec le comptable. Elle, elle gère une collection d’ouvrages pour enfants. Elle est l’assistante, l’organisatrice. Elle est d’origine étrangère (tiens comme la mère de Paul) , elle a une mère absente qui lui laisse les clés d’un appartement pour faire l’amour (tiens, comme la fille de Paul). Elle hésite entre l’amour et la famille et puis elle tombe enceinte, "sait", "sent" que l’enfant est de Paul alors elle part chez Paul. Bel appartement encore et Paul ne rechigne pas à faire les lessives. Elle attend un fils, il s’appelle déjà Ferdinand. Nul doute que jolie comme elle est, elle plait déjà à la mère.

Au galop ne se démarque pas des représentations de la Femme, la mère, la mégère, l’amoureuse. Davantage Eve que Lilith. L’amour est à réinventer : la formule est toujours d’actualité. Dans tout ce méli-mélo féminin, l’homme est incertain quant à son rôle, sa fonction, sa force surtout quand les hommes de la génération qui le précède disparaissent. L’homme n’est–il pas l’éternel enfant quand la femme est l’éternelle mère ? Qui s’y retrouve pour la vie ?

 

Sandrine Gaillard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 juin 2018 : Le jour le plus long

Cette semaine, c'est l'été, la Saint Jean et ses feux, le jour le plus long et sa Fête de la musique. Ca fait beaucoup pour un 21 juin. Pour marquer le coup, on organise un petit concert gratuit avec Donald Pierre, Alex Rossi, Nicolas Vidal et Cyril Adda ! En attendant, voici le sommaire de la semaine :
N'oubliez pas : On travaille actuellement sur une nouvelle version de Froggy's Delight et vous pouvez nous aider en répondant à ce petit questionnaire

Du côté de la musique :

Rencontre avec Brisa Roché autour de son album "Father"
"Hekatombeando" de Flor del Fango
Rencontre avec Foray
"Fortune EP" de Ghern
"Broken land" de Initiative H
"Matelot EP" de Laïn
"The iron age" de Nicolas Gardel et The Head Bangers
"F..k the jazz !" de Pascal Pistone et Delphine Lavergne au Petit théâtre du Bonheur
"Strangers" de The Ramona Flowers
"Banburismus" de Zonk't
et toujours :
Entretien avec Manu autour de son nouvel album "Entre deux eaux Vol. 1"
"Tarab" de Oiseaux-Tempête
"Father" de Brisa Roché, nouvel album à découvrir bientôt en session ici même
"Quelqu'un dans mon genre" de My Concubine
"Wild awake" de Parquet Courts
"Le deuxième soir non plus" de La Fille de la Côte
"The future and the past" de Natalie Prass
Rencontre avec Karina Duhamel et son projet K! à retrouver en session pour 3 titres

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Triomphe de l'Amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Manga Café - Trouble in Tahiti" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"La Cerisaie - Variations chantées" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le Bord" au Théâtre de l"Epée de Bois
"Feu la mère de Madame - Mais n'te promène donc pas toute nue !" au Théâtre Le Lucernaire
"7 contre 7" à la Manufacture des Abbesses
"Chance" au Théâtre La Bruyère
"Ava, la Dame verte" au Cirque Electrique
"Elle...Emoi" au Théâtre Raspail
"Peguy, le visionnaire" au Théâtre de la Contrescarpe
"50 ans , ma nouvelle adolescence" à la Manufacture des Abbesses
et les chroniques des autres spectacles de juin

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Sans un bruit" de John Krasinski
"Jericó, le vol infini des jours" de Catalina Mesa
Oldies but Goodies avec ;
"Cocktail Molotov" de Diane Kurys en version restaurée
"La Religieuse" de Jacques Rivette en version restaurée et en avant-première
Ciné en bref avec :
"La mauvaise réputation" de Iram Haq
"Jurassic World : Fallen Kingdom " de Juan Antonio Bayona
"Mon Ket" de François Damiens
"Demi Soeurs" de Saphia Azzeddine, François-Régis Jeanne
et les chroniques des autres sorties de juin

Lecture avec :

"Dehors" de Yann Moix
"Divine vengeance" de Fransceso Muzzopappa
"Funambules" de Charlotte Erlih
"L'Afrique, nouvelle frontière du djihad ?" de Marc antoine Pérouse de Montclos
"Le coeur des amazones" de Christian Rossi et Géraldine Bindi
"Le Grraaou" de Etienne Beck et Jonvon Nias
"Mon autre famille" de Armistead Maupin
"Une femme infréquentable" de Chris Dolan
"Une seconde de trop" de Linda Green
et toujours :
"Ayacucho" de Alfredo Pita
"Ceinture, rétro, clignotant" de Dorthe Nors
"La nuit de l'usine" de Eduardo Sacheri

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=