Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Zlot
Les Blancs Manteaux  (octobre 2004) 

Avec un nom en forme d’éternuement moldo-slovaque et une affiche minimaliste en noir et blanc pour du néo folk caucasien du temps du mur, les Zlot n’ont pas fait dans la facilité pour attirer le chaland.

Par ailleurs, si la curiosité vous pousse à aller sur leur site web, leur présentation synthétique "ZLOT, c’est léger comme un pachyderme dans une montgolfière" fait craindre le bon gros registre la danse des canards.

Poursuivant la lecture de l’intro, on rectifie le tir. Avec les phrases suivantes, "Des mots qui piquent et des airs qu’on retient, ZLOT chante la dérision, l’ironie et le cynisme d’un monde dont le spectacle l’inspire. Bousculant préjugés et idées reçues, ZLOT révèle un univers riche et bigarré." nous voilà projetés du côté de la chanson française néo-réaliste avec peut être une pointe de métissage, terme fort usité en ce moment, souvent accolé à festif il est vrai.

Et puis, on regarde les photos, on découvre le duo, une fille et un garçon, et on se demande si ce ne sont pas finalement des clowns.

Sur la petite scène en sous sol des Blancs Manteaux, une potence avec quelques sonnettes, une vieille valise, un xylophone d’enfant, une cymbale. Noir. Lumière. Un guitariste, petite tête de piaf avec cheveux en pétard et chemise vintage obédience indochine. Puis entre une petite brunette rigolote aux joues rouges, au physique qui rappellerait Sabine Azéma juvénile, affublée d’une robe imprimé années 70, collants résille et doc noirs, et d’une ceinture à laquelle sont pendus par les anses deux sacs plastiques, de ceux que vous trouvez dans votre supermarché préféré. Deux mimiques et c'est parti. Lui guitare acoustique, elle batterie version sans batterie.

C’est parti pour une heure de spectacle complet, visuel-musique-textes pour asséner sous couvert de pantomime acidulée et rigolote des brûlots caustiques qui voisinent davantage avec le punk qu’avec Edith Piaf.

Laurent Imessounene n’est pas un gratteux à deux balles mais un excellent guitariste qui domine ses partitions sans souci même s’il prend parfois des airs de demeurés et Virginie Coze tient la rythmique avec brio qu’il s’agisse de sac plastique, de râpe ménagère ou de valise. Duo de musiciens, mais aussi duos de voix pour des textes comme "Le grand père" ou "Tu es belle" qui donneraient un peu froid dans le dos s’ils n’étaient pas distillés avec des mines ravies et des airs guillerets.

Bon, bref, il faut aller voir – et écouter - de visu.

 

En savoir plus :

Le site de Zlot: www.zlot.org


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=