Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Edward Hopper
Grand Palais  (Paris)  Du 10 otobre 2012 au 28 janvier 2013

Au Grand Palais, la rétrospective "Edward Hopper" organisée en partenariat avec le Centre Pompidou par la Réunion des Musées Nationaux-Grand Palais et le Musée Thyssen-Bornemisza de Madrid, est considérée comme "la" grande exposition de la rentrée muséale 2012-2013.

Si le nom d'Edward Hopper ne vient peut-être spontanément aux lèvres pour le grand public grand public, en revanche, il connaît sans doute ses tableaux dont les reproductions sont largement diffusées et utilisées comme illustrations, dur coup du sort pour un peintre qui a longtemps pratiqué à contre coeur cette activité graphique purement alimentaire.

Conçue par Didier Ottinger, directeur adjoint du Musée National d'Art Moderne du Centre Pompidou, l'exposition se présente comme une monstration chronologique en deux parties classiques, les années de formation, avec notamment des aquarelles et des gravures, et la maturité, dans une scénographie minimaliste.

Présentant la moitié du thésaurus pictural de Hopper, peintre à la production picturale chiche d'une centaine de toiles, dont un grand nombre de tableaux emblématiques, elle prend en quelque sorte le relais de l'exposition du Withney Museum of American Art de New York qui a tourné en Europe en 2010.

Cette dernière était particulièrement intéressante par son parti pris d'une approche par le processus créatif avec les études préparatoires des tableaux lesquelles sont particulièrement éclairantes quant au processus abstrait et codifié de construction des scènes élaboré par Hopper.

La peinture de Edward Hopper - Fragments d'une mythologie américaine et autoportraits d'un homme en quête introspective

L'oeuvre de Hopper est unique à plus d'un titre. Sans équivalent ni filiation en son temps, non seulement elle ne se prête pas à l'étiquetage mais elle a été peu commentée par un artiste introverti et peu disert qui reconnaissait quelques influences, celles des impressionnistes découverts lors de ses séjours parisiens mais aussi Rembrandt, Vermeer et Watteau.

Ainsi se contentait-il de reprendre à son compte la définition de Goethe sur la finalité de littérature ("C'est le reproduction du monde qui m'entoure via le monde qui est en moi, toute chose devant être saisie, reprise, recréée assimilée et reconstruite sous une forme personnelle et originale") et d'indiquer qu'il cherchait à "peindre les rayons du soleil découpant une architecture".

D'où la cacophonie des critiques et historiens d'art, réalisme transcendantal pour le commissaire, peintre romantisme, symboliste, surréaliste, formaliste voire mystique pour certains, précurseur du pop art et du nouveau réalisme pour d'autres. Au regard plus spécifique de la peinture américaine, elle se situerait entre le réalisme plébéien de l'Ashcan School fonfée par Robert Henri qui fut son professeur à la New York School of Art et l'Avant Garde célébrée en 1913 par l'exposition newyorkaise "Armory Show".

A chacun son Hopper donc mais sa singularité tient à ce qu'elle attire et fascine tant les spécialistes que l'homme de la rue alors même que, dépourvue de perspective et de profondeur et se contentant de larges aplats de couleurs elle ne manifeste aucune virtuosité technique.

Passionné d'architecture, de théâtre, de photographie documentaire, notamment celle de Eugène Adget, et de cinéma, Hopper peint des maisons, des immeubles, des bâtiments et des intérieurs comme un assemblage de formes géométriques simples. Sa représentation de la réalité ressemble à un décor de studio.

Quand il y insère des personnages, ils sont désincarnés et inexpressifs, figés dans une immobilité étrange comme celle résultant d'un arrêt sur image, ce qui donne à la scène l'aspect d'un still film.

Et même la lumière paraît artificielle.

Ces fondamentaux, qui figurent en germe dans ses premières oeuvres, sont posés au milieu des années 20 avec notamment "House by the railroad", "Drug Store", "Eleven A.M.".

Peintre figuratif, Hopper peint la condition humaine tel qu'il la ressent, c'est-à-dire de manière tragique, même la chair parfois dénudée des femmes est triste, à travers des scènes banales inspirées de la réalité qu'il comme des "natures mortes urbaines*".

Il montre une image inexplicite, dans un temps à jamais arrêté, dont l'absence de psychologisme et le vide narratif, qui excitent la curiosité et l'imaginaire, rendent possibles toutes les interprétations pour celui qui regarde. Mieux que le test de Rorschach.

Le "wasp" Hopper peint la middle class au sein de la mégapole, à New York, dans l'Amérique profonde ("Carolina Morning", "Four Lane Road"), au bureau ("New York Office"), au café ("Nighthawks"), à l'hôtel ("Hotel by a Roilroad"), en villégiature ("Second Dtory Sunlight","People in the sun"). Tout ce qui va contribuer à créer une iconographie américaine.

Mais la peinture est aussi pour Edward Hopper un véhicule d'introspection (..."je vais plus profond en moi-même quand je travaille dans l’atelier"), ce qui constitue un autre point de vue pour regarder et tenter de comprendre son oeuvre.

D'où la tentation de la nimber de mysticisme et de voir dans ses dernières oeuvres tel "Sun in empty room" datant de 1963 (Hopper avait 81 ans) l'achèvement d'une quête spirituelle avec la lumière divine éclairant la maison vide du moi débarrassé de toute vacuité existentielle.

Les liens entre le cinéma et la photographie et l'oeuvre de Hopper sont étroits et c'est dans ces deux disciplines que se mesure son influence. Au cinéma avec des cinéastes comme David Lynch et Wim Wenders notamment, à la filiation assumée, et dans le 8ème art avec la photographie post-moderne, avec par exemple, dans les années 80, les "Untitled Film Stills" de Cindy Sherman et, la "staged photography" telle celle pratiquée par Gregory Crewdson.

Une exposition pour laquelle il faut prendre le temps de l'immersion picturale.

 

* Philippe Lançon - Critique "L’art à part d’Edward Hopper" in Libération édition du 5 octobre 2012

En savoir plus :

Le site officiel de la Réunion des Musées Nationaux

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation de la Réunion des Musées Nationaux


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'articice culturel c'est sur Froggy que ca se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chapelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=