Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Born to be in live
L'Auguste Théâtre  (Paris)  octobre 2012

Comédie écrite et mise en scène par Mily Neau, avec Marika Camilleri, Alexandre Coquoin, Matthieu Druguet, Chloé Mancel, Catherine Marion, Susana Poveda et Benjamin Tranié.

Diplômée de Sciences de l’Information et de la Communication, chroniqueuse et journaliste doublée d'une comédienne et metteuse en scène, Mily Neau a su mettre à profit ses acquis tant en matière de connaissance des médias et de faits de société que de vélocité scripturale pour concocter une amusante et pertinente comédie satirique sur les moeurs des générations de l'ère numérique.

Dans les années 90, dans "Denise au téléphone", le réalisateur américain Hal Salwen dénonçait de manière tragi-comique l'effet pervers de déréalisation induit par le téléphone mobile. Vingt ans après, avec l'explosion du numérique, Internet, les jeux vidéo et les réseaux sociaux, et les pathologies de la société de l'image, du culte de l'apparence à la télé-réalité, Mily Neau peut puiser dans un abondant corpus de vacuités et de dérives contemporaines.

Composé de micro scènes souvent percutantes et toujours impertinentes, "Born to be in live", titre inspiré d'un détournement de celui du tube planétaire du one-hit-wonder des années 70 Patrick Hernandez, elle épingle dans des séquences à l'humour jubilatoire, parfois noir, le pathétique affleurant sous le ridicule, tant la cyberdépendance dans tous ses états et les dangers de la communauté virtuelle que les délires de la communication permanente, la nomophobie, le speed dating que l'identification psychotique à des héros de fiction télévisées.

Bien évidemment, la thématique n'est pas novatrice mais Mily Neau a le sens de la satire comique, de la dramaturgie avec une imbrication de petites séquences apparemment indépendantes qui, en définitive, participent de la même histoire et du rythme avec des répliques ping-pong qui en font la saveur.

Le rythme, justement, est l'élément primordial de ce registre et elle sait également l'impulser sur scène avec un enchaînement rapide des scènes, rendu possible par la juxtaposition de deux espaces scéniques utilisés en alternance, l'un pour le jeu l'autre pour la mise en place de la vignette suivante, et une troupe de jeunes comédiens au taquet.

Sur scène, même si l'interprétation est encore un peu inégale, ce qui n'est pas forcément gênant dans la mesure où tous les personnages sont des névrosés, Marika Camilleri, Chloé Mancel, Catherine Marion, Susana Poveda, Alexandre Coquoin, Matthieu Druguet et Benjamin Tranié mouillent la chemise en interprétant plusieurs rôles tout en ayant chacun son petit quart d'heure warholien.

Et impossible de ne pas rire, même jaune, des déboires de l'homme victime de l'hyper-modernité qui est toujours l'autre.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 juillet 2019 : La folle histoire de l'espace

Ces jours-ci on célèbre les premiers pas de l'homme sur la lune, on ambitionne d'y retourner. En attendant, c'est les pieds sur terre que nous vous proposons notre petite sélection culturelle pour vous inviter à décoller un peu vous aussi du quotidien. C'est parti :

Du côté de la musique :

"Triple ripple" de Automatic City
"Jaws" de Condore
"480" de DBK Project
"Echo" de Marion Roch
"Bach & co" de Thibault Noally & Les Accents
"To be continued" de Tropical Mannschaft
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
On vous parle du Festival de Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Samedi avec Beach Youth, Clara Luciani, Idles, The Hives, Mogwai...
Dimanche pour finir avec Bro Gunnar Jansson, Jeanne Added, Tears for Fears, Interpol...
et toujours :
"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...

Au théâtre :

"Iceberg" au Théâtre de la Reine Blanche
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Benalla, la vraie histoire" de Sophie Coignard
"Floride" de Laurent Groff
"Whitman" de Barlen Pyamootoo
et toujours :
"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"La traque du Bismarck" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=