Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Soap & Skin
Le Grand Mix  (Tourcoing)  vendredi 26 octobre 2012

Le 26 octobre, en Autriche, c'est le jour de la fête nationale.

Ce 26 octobre, le Grand Mix de Tourcoing accueillait Soap & Skin, artiste issue du pays sus-mentionné, et c'est peu dire qu'on était loin des hymnes à la patrie. Ceci dit le public était dans un état proche du recueillement. Précisons que sans première partie, le bar fermé pendant le concert, toute l'attention était aiguisée à point.

Cette jeune fille d'à peine 22 ans, au corps juste sorti de l'enfance impose une authenticité brute, aboutie qui tient tout le monde en respect. Elle nous offre (vraiment, difficilement) une prestation frontale, une attitude au premier degré, très touchantes. Dès le début, sur une scène plongée dans le noir et la brume, c'est irruption de musique électronique très forte et tribale, lumière stroboscopique, mais dès qu'elle peut, même entre deux phrases, Anja Plaschg part se réfugier derrière le rideau du fond de scène. Tout est dur, tout est donné.

L'ordinateur portable, la scénographie qui se fait fumées et faisceau de lumière pudique, l'intention évoque le froid et la dureté qu'on s'imagine de son pays, de l'histoire et des histoires autrichiennes, un côté Danny Elfman sans le décalage burtonien, du gothique à l'ancienne, sans les dentelles et en gardant le noir, la nuit, les ruines. Mais le piano à queue, sa voix si ronde et puissante font chair : c'est de la lave en plein glacier, une gravité terriblement humaine et charnelle.

Elle enchaîne au piano, accompagnée parfois d'une choriste en fond de scène, les titres nus, crus, rejoints par des pistes programmées tout aussi directes qui peuvent finir sur une irruption de basses qui fait vibrer les os, coupe le souffle. Joli passage où sa reprise de "Voyage Voyage" révèle ce titre, "Au-dessus des barbelés, des coeurs bombardés", comment a-t-on pu ignorer le tragique et la beauté de cette chanson ? (bon, 1986, c'était un autre monde).

Elle qui voudrait s'effacer dans sa musique, est manifestement débordée, à fleur de peau, à fleur de tripes. Et c'est beau de la voir assaillir son clavier, le frapper, démoniaque, il va prendre feu quand entière, elle se lève d'un bond comme brûlée, sans manières, mais ça n'est juste pas possible autrement, c'est trop, ça lâche, elle tente de reprendre ses esprits.

Esprits qu'elle semble perdre quand sa voix défaille. Ce soir-là quelque chose cloche, et cette fragilité renforce d'autant l'impression monolithique qui se dégage d'elle. Le flot de paroles se ralentit, soupir, tenir, se ressaisit, enfle, explose, mais c'est une lutte. Elle s'en excuse mais ça nous fait piquer les yeux.

Revenue de tout elle finit en laissant son piano pour une danse de corps orchestre, incarnation, c'est là qu'elle s'efface. Dans la musique tonitruante de sa Marche funèbre.

Son corps qui s'exprime nous rappelle l'introspection de sa musique que sa présence nous avait fait oublier. Les sens et la pensée étroitement enlacés dans son univers froid et puissant, c'était un concert extraordinaire.

Allons boire un verre pour s'en remettre. Mais non, inutile. C'est là, ça reste là.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Soap and Skin en concert à L'Européen (mardi 3 novembre 2009)
La chronique de l'album Narrow de Soap & Skin

En savoir plus :
Le site officiel de Soap & Skin
Le Myspace de Soap & Skin
Le Facebook de Soap & Skin

Crédits photos : Olivier Ryckebusch (Toute la série sur Taste of Indie)


Marion Gleizes         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=